• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Guyaflux: a TOWER for measuring the carbon flow. Experimental facility to measure the carbon stocks in the Guyanese forest and the CO2 balance between the forest and the atmosphere. © Ch. Maître

Des infrastructures pour la recherche en environnement

Anaee : infrastructure européenne de plateformes d’expérimentations et d’analyses des écosystèmes

Anaee est un projet européen d’infrastructure scientifique dont le but est de remédier à l'actuel morcellement de la recherche sur les écosystèmes en Europe en mettant en place un ensemble coordonné de plateformes expérimentales (Expeer, Anaee-France). Leur tâche est de tester, analyser et modéliser les réactions des écosystèmes aux changements climatiques et d’élaborer des techniques de gestion appropriées.

Par Sébastien Broquere
Mis à jour le 02/04/2014
Publié le 27/05/2013

Plus de 2 000 chercheurs en Europe

Ce projet coordonné par l’Inra fournit à la communauté scientifique en écologie et agronomie un réseau organisé d’infrastructures expérimentales et de plateformes d’analyse permettant la compréhension et la prédiction des impacts des changements climatiques, des modes de gestion des terres sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes continentaux. Avec plus de 2 000 chercheurs en Europe, il s’intègre en France à la feuille de route des infrastructures de recherche et comprend plusieurs Soere labellisés par Allenvi. Anaee intègre et s’appuie également sur deux projets phares : Expeer à l’échelle européenne et Anaee-Services au plan national.

Le projet Expeer

Le projet Expeer coordonné par l’Inra a pour mission de mettre en place à l’échelle européenne un ensemble de plateformes expérimentales (in situ et en milieu contrôlé), associées à des plateformes d’analyse et de modélisation. Il s’agit par exemple de dispositifs expérimentaux de terrain permettant d’appliquer des variables définies : labour/non labour, prairies/cultures, effets du chargement animal ou de la fertilisation azotée d’une parcelle. A ces dispositifs de terrain s’ajoutent des écotrons, milieux fermés où les paramètres du milieu sont entièrement contrôlés (température, humidité, évaporation, etc.) Ces plateformes de haute technologie seront en relation avec des réseaux de sites d’observation instrumentés, équipés de capteurs mesurant les flux de CO2 ou d’azote, l’activité microbienne des sols, etc., de la zone considérée.

Expeer est l’un des grands projets collaboratifs du 7e Programme Cadre de Recherche sur les Infrastructures de Recherche en Environnement. La contribution européenne de 7,4 millions d’euros et le thème particulièrement novateur de ces infrastructures en font un projet exemplaire pour l’Inra. L’origine de ce projet est un consortium européen (37 partenaires de 22 pays) au sein duquel l’Inra est moteur. Parmi les 33 sites de ce réseau, 5 sont français, dont 3 sont gérés par l’Inra (1).

Le projet Anaee-France

Dispositif de l'ORE ACBB mis en place en 2010 à Estrées-Mons (80). © MAITRE Christophe
Dispositif de l'ORE ACBB mis en place en 2010 à Estrées-Mons (80). © MAITRE Christophe

Anaee-France « Analyse et Expérimentation sur les Écosystèmes », est la seule infrastructure nationale entièrement dédiée à l’étude des écosystèmes. Anaee réunit un ensemble de plateformes expérimentales analytiques et de modélisation dédié à la biologie des écosystèmes continentaux, terrestres et aquatiques, à l’interface entre les sciences du vivant et les sciences de l’environnement. ll comprend plusieurs Soere pilotés ou co-pilotés par l’Inra : ACBB, F-ORE-T, GLACPE, PRO.
L’infrastructure expérimentale ouvre l’accès aux meilleurs dispositifs expérimentaux et à leurs ressources biologiques ainsi qu’aux données produites. Ces dispositifs couvrent une large gamme de conditions expérimentales, de complexités écologiques et de pressions anthropiques. L’Inra va notamment développer des plateformes de microbiologie environnementale afin de mieux connaître la diversité des micro-organismes (bactérie, champignon, faune) et leur fonctionnement dans les sols, les sédiments et l’eau. Anaee-France proposera des bases de données et des plateformes de modélisation pour représenter la dynamique des écosystèmes et traiter du couplage entre les approches écologiques et évolutives.
Portée par le CNRS (coordinateur : Jean Clobert), l’Inra et l’Université Joseph Fourier, Anaee-Services est soutenu par le Programme Investissements d’Avenir et constitue la contribution française au projet européen Anaee.

Anaee : analyser les écosystèmes à l’échelle internationale

Anaee s’inscrit dans la lignée d’Expeer mais avec des objectifs plus larges. D’envergure internationale, cette infrastructure co-construite par l’Inra et le CNRS sera le noyau dur sur lequel vont s’appuyer les programmes de recherche. Ses coûts de préparation et de construction sont estimés à 210 millions d'euros. Anaee sera opérationnel après 2015 et permettra à 200 chercheurs en France et plus de 2 000 en Europe de profiter de la mutualisation des ressources des plateformes européennes et de bénéficier d’une diversité d’écosystèmes rendus accessibles à l’expérimentation. Au niveau national, il contribuera à l’harmonisation et à la pérennisation des Soere et permettra de les intégrer dans une approche multi-échelles.

(1) L’ORE ACBB (Agrosystèmes, cycles biogéochimiques et biodiversité), le site forestier de Hesse près de Nancy et Ecosylve autour de Bordeaux.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jean-François Soussana, directeur scientifique Environnement