• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Guyaflux: a TOWER for measuring the carbon flow. Experimental facility to measure the carbon stocks in the Guyanese forest and the CO2 balance between the forest and the atmosphere. © Ch. Maître

Des infrastructures pour la recherche en environnement

Soere Ecoscope : plateforme nationale pour les observatoires de recherche sur la biodiversité

La biodiversité et les services associés occupent une place de plus en plus grande aux échelles locale, nationale et mondiale. Les communautés de recherche sur ce thème se développent et doivent répondre à des enjeux de plus en plus forts. Dans ce cadre, les observatoires de recherche sur la biodiversité représentent un élément capital car les séries temporelles longues (et aux bonnes échelles) sont indispensables à la compréhension et à l’anticipation des changements à venir.

Par Sébastien Broquere
Mis à jour le 13/06/2013
Publié le 27/05/2013

L’Ecoscope a pour but d’identifier, de déployer et de mettre en réseau les données collectées. Il a pour objectif d’assurer la cohérence des observatoires de recherche sur la biodiversité et les services écosystémiques. Ce qui permet d’organiser au mieux la collecte, la préservation et l’exploitation des données. Les moyens sont mutualisés et un pont est ainsi établi entre les organismes, les grands observatoires et les grands types de biodiversité. En 2011, l’Ecoscope a fédéré une douzaine de dispositifs existants et actifs, dont SEBIOPAG et PFC, et couvre les domaines touchant à l’agriculture, aux espaces protégés, aux milieux marins, aux forêts...

Sebiopag : biodiversité et paysages agricoles

Le projet Sebiopag, porté par le laboratoire de l’Inra Dynafor Dynamique et Ecologie des Paysages Agriforestiers, a pour objectif d'étudier et de caractériser les services écosystémiques rendus par la biodiversité dans les paysages agricoles. Le suivi de l’évolution de ces services permet de déterminer les capacités de réponse et d’adaptation de l’agriculture à des changements globaux.

Cinq sites de recherche en réseau

Cinq sites de recherche ayant une expérience sur les dispositifs à long terme travaillent en réseau. Leur diversité biogéographique permet de couvrir différents types de climats et de systèmes de production représentatifs du territoire français. Les mesures directes y sont privilégiées afin d’évaluer l’efficacité des services écosystémiques rendus par la prédation, la pollinisation et la dissémination des graines dans différents contextes paysagers.

La diversité locale des systèmes de production agricole

Mosaïques paysagères dans le Luberon, Vaucluse.. © Inra, MEURET Michel
Mosaïques paysagères dans le Luberon, Vaucluse. © Inra, MEURET Michel

La diversité intra-site sera également étudiée à l’aide de protocoles de mesures spécifiques. Dans chacun des sites, 20 mailles de 1 km² seront observées pour définir les types de paysages présents au sein d’une même zone. La centaine de carrés étudiée au total devrait rendre compte efficacement de la diversité locale des systèmes de production agricole et des paysages associés. Enfin, des mesures de paramètres climatiques seront aussi mises en place afin de suivre l’évolution du climat dans le temps. Ces dispositifs devraient être rapidement intégrés dans l’Ecoscope, outil de coordination de l'ensemble des systèmes d'observation et d'expérimentation en matière de biodiversité.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jean-Fançois Soussana, directeur scientifique Environnement