• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Guyaflux: a TOWER for measuring the carbon flow. Experimental facility to measure the carbon stocks in the Guyanese forest and the CO2 balance between the forest and the atmosphere. © Ch. Maître

Des infrastructures pour la recherche en environnement

Soere Glacpe : observatoire des grands lacs péri-alpins 

Depuis les années 70, l’Inra est en charge du suivi de l’hydrobiologie des grands lacs péri-alpins basé sur l’enregistrement périodique d’indicateurs permettant d’évaluer la « santé » de ces écosystèmes emblématiques. Dans les années 2000, le concept d’ORE, puis de Soere, fournit un cadre théorique et opérationnel justifiant et valorisant la collecte et le traitement d’informations sur les dynamiques à long terme des écosystèmes. 

Par Sébastien Broquere
Mis à jour le 13/06/2013
Publié le 27/05/2013

Un capital exceptionnel de données sur la santé des lacs péri-alpins

L’observatoire « Grands lacs » dispose d’un capital exceptionnel de données récoltées en permanence suivant des protocoles de mesures stables depuis parfois plus de 40 ans, auxquelles s’ajoutent les observations ponctuelles anciennes, certaines datant de la fin du XIXe siècle. L’exploitation de ces chroniques autorise une connaissance fine des trajectoires d’état des grands lacs sous l’influence des changements environnementaux. Le dispositif de suivi des grands lacs est validé comme Soere en 2010 et s’inscrit donc désormais dans cette démarche nationale dédiée à l’observation pérenne de l’environnement.

Deux grandes phases de changement identifiées

Lac du Mont Cenis (Savoie). © SLAGMULDER Christian
Lac du Mont Cenis (Savoie). © SLAGMULDER Christian

Deux grandes phases peuvent être distinguées :

  • celle caractérisée par un changement d’état trophique des lacs dans le sens d’une eutrophisation croissante;
  • et celle dite de réoligotrophisation résultant des efforts entrepris pour maîtriser les flux de phosphore, et sous l’influence de nouvelles pressions dues à la variabilité climatique et aux micro-polluants.
Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jean-François Soussana, directeur scientifique Environnement