• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

Cinquante ans de recherches forestières

Depuis la création des stations forestières dans les années 60, l’Inra présente l’originalité de regrouper les recherches sur l’agriculture et la forêt, ce qui permet de penser la recherche sur l’environnement de manière intégrée.

comprendre réponse forêt enjeu imaginer avenir. © Inra, URFM
Par Pascale Mollier
Mis à jour le 11/04/2016
Publié le 23/01/2016

Création des stations de recherche forestières

L’histoire commence en 1964, lorsque des stations de recherche forestière sont créées à l’Inra de Nancy, Avignon et Bordeaux. Ainsi, à partir de cette date historique, l’Institut présente l’originalité de regrouper des recherches sur l’agriculture et sur la forêt, alors que ces domaines sont généralement traités dans des instituts séparés dans la plupart des autres pays. De fait, la proximité des deux secteurs permet d’enrichir les réflexions sur les mouvements de fond que sont l’agroécologie, l’intensification écologique et plus globalement, de penser la recherche sur l’environnement de manière intégrée.

La vision s’élargit

En 2004, un département scientifique spécifique est créé, intitulé EFPA (1). Les objets d’étude tels que « forêt », « poissons » s’élargissent progressivement vers des notions plus vastes et plus intégrées telles que « écosystèmes », « biodiversité ». Les connaissances s’enrichissent grâce à l’apport de la génétique moléculaire et de l’étude des génomes, ainsi que de la modélisation, et le développement à large échelle de réseaux d’observation et d’expérimentation à long terme.

Des résultats transférés sur le terrain

Les résultats obtenus permettent par exemple de comprendre pourquoi la production forestière augmente continument en France depuis les années 50 alors que l’on observe dans le même temps un dépérissement multifactoriel, lié tant à des phénomènes d’acidification qu’à de graves sécheresses. A ce propos, l’utilisation d’amendements calcaires en remède à l’acidification représente un des cas de transfert abouti de la recherche vers le terrain (2). Quatre autres cas de transfert ayant eu des impacts significatifs pour la société concernent : l’amélioration du pin maritime (3), la lutte contre la processionnaire du pin (4), le projet Fire Paradox contre les incendies de forêts (5) et la plateforme de modélisation CAPSIS (6).

(1) Département EFPA : Ecologie des forêts, prairies et milieux aquatiques.

(2) Voir l’étude d’impact ASIRPA : Analyse des impacts de la recherche publique agronomique. Projet mené depuis 2011 par des chercheurs de deux unités de l’Inra - Science en Société (Sens) et le Laboratoire d’économie appliquée de Grenoble (Gael) - et par l’Institut francilien recherche innovation société (Ifris). 

(3) Lire l’article

(4) Lire le dossier.

(5) Lire le dossier

(6) CAPSIS : Croissance d'Arbres en Peuplement et Simulation d'Itinéraires Sylvicoles. Lire l’article.  

En savoir plus

Vidéos du Colloque "50 ans de recherches sur la forêt et les milieux aquatiques à l'Inra, histoire et futurs". 19 décembre 2014, amphithéâtre Tisserand, AgroParistech, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris.