• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Evaluation environnementale en viticulture par l'Analyse de cycle de vie

L’Analyse de Cycle de Vie appliqué à trois systèmes bas intrants en viticulture montre l’importance prépondérante des étapes de fabrication des matériels (tracteurs, outils, etc.) et des intrants (carburant, produits phytosanitaires, fertilisants) dans l'évaluation environnementale.

Gros plan sur une partie de  GRAPPE  de Grenache noir à véraison (ramollissement et translucidité, coloration): on distingue quelques étamines restant encore accrochées autour des pédicelles alors que les baies
Par Dominique Forget - Fanny Pretzmann
Mis à jour le 23/04/2015
Publié le 17/04/2014

L’Analyse de Cycle de Vie (ACV) permet d’établir des risques pour l’environnement à toutes les étapes du cycle de vie du raisin.

L’UE Viticole de Bordeaux a testé l’intérêt de cette méthode comme outil d’évaluation environnementale d'un essai système conduit depuis 2011, sur le site de La Grande Ferrade (1). Cet essai compare trois modes de conduites innovants à bas intrants étudiés dans le cadre du programme appelé ResIntBio, dans lequel "Res" désigne une vigne résistante aux maladies (2), conduite sans intrants, "Int" désigne un mode de conduite intégrée et "Bio" un système en culture biologique. Ces trois systèmes ont été comparés sur trois ans, de la plantation à la production des premiers raisins, en utilisant comme parcelle de référence une parcelle voisine représentative de la conduite classique du reste de l’exploitation (MHMG: Merlot).

(1) En collaboration avec l' UMR1065 SAVE (Santé et Agroécologie du Vignoble) et l'UMR1287 EGFV (Ecophysiologie et Génomique Fonctionnelle de la Vigne) de l'Inra de Bordeaux.

(2) Vigne issue du programme de sélection de l'Inra de Colmar.

Les trois systèmes innovants sont moins impactants pour l'environnement que les systèmes classiques

Il existe peu de données d'ACV sur des vignes en production dans la bibliographie, mais les résultats disponibles indiquent que les systèmes classiques ont des impacts négatifs sur l'environnement en moyenne sept fois plus élevés que les trois systèmes innovants Res, Int et Bio.

Différences peu marquées entre les trois systèmes, sauf pour l'écotoxicité terrestre

Exemple de résultats fournis par l’ACV pour trois systèmes bas intrants, par rapport à la référence exploitation MHMG, sur cinq facteurs d’impacts majeurs. Plus les valeurs obtenues sont élevées plus le système est impactant sur l’environnement.. © Inra
Exemple de résultats fournis par l’ACV pour trois systèmes bas intrants, par rapport à la référence exploitation MHMG, sur cinq facteurs d’impacts majeurs. Plus les valeurs obtenues sont élevées plus le système est impactant sur l’environnement. © Inra

Les trois systèmes Res, Int et Bio ont été comparés entre eux et au système de référence (MHMG) pour cinq facteurs d'impact majeurs pour l'environnement (voir le schéma).

les différences constatées entre les trois systèmes restent limitées sur la globalité des impacts, à l’exception de l’écotoxicité terrestre qui est le critère le plus discriminant. 

Le système Res (zéro intrant) se démarque en ayant les impacts environnementaux les plus faibles.

Au regard de l'ACV, le système Bio montre les moins bonnes performances environnementales. Ce résultat, qui peut paraître contre-intuitif, s'explique par une utilisation plus fréquente du tracteur, qui se traduit par des émissions de gaz à effet de serre et une consommation d'énergie supérieures. On inclut en effet dans le calcul la fabrication et la consommation de carburant et la fabrication des tracteurs. Toujours à cause de l'utilisation du tracteur, le système bio est le plus impactant sur l'écotoxicité terrestre, en particulier humaine, à cause de la plus forte exposition aux particules issues de la combustion du diesel. L'impact sur l'écotoxicité aquatique serait avant tout lié à l'étape de transformation du cuivre pour fabriquer les produits de traitement.

L'utilisation du glyphosate dans le système Int (intégré) explique les impacts de ce système sur l'écotoxicité aquatique et sur la consommation de ressources non renouvelables (à cause de l'énergie consommée pour la fabrication du produit).

Au total, l’ACV permet donc d’identifier des différences d’impact environnemental entre les différents systèmes. Elle montre surtout l’importance prépondérante des étapes de fabrication des matériels (tracteurs, outils, etc.) et des intrants (carburant, produits phytosanitaires, fertilisants) sur les principaux facteurs d’impact étudiés.

Ces premiers résultats pourront être affinés grâce à l’important travail de développement de bases de données qui est en cours actuellement. Le perfectionnement des modèles d’émissions adaptés à la viticulture permettra aussi de mieux évaluer les émissions provoquées dans le sol, l’air et l’eau, par la fabrication et l'utilisation des produits phytosanitaires.

Note : unités employées dans le schéma :

  • kg Sb eq : la consommation de ressources est exprimée en équivalents de matières consommées pour la fabrication d'1 kg d'antimoine
  •  kg 1,4 DB eq : la toxicité est exprimée en équivalents de celle d'un kg de 1,4 dichlorobenzène, une substance de référence très toxique pour l'homme.
Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Dominique Forget UE1086 Domaine Expérimental Viticole de Bordeaux
  • Fanny Pretzmann Stage ESA Purpan
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Nouvelle-Aquitaine-Bordeaux

Qu'est-ce que l'ACV?

D’après Jolliet et al, 2005, « l’analyse de cycle de vie (ACV) évalue l’impact environnemental d’un produit, d’un service ou d’un système en relation à une fonction particulière et ceci en considérant toutes les étapes de son cycle de vie ». Le cycle de vie d’un produit est tout son parcours de l’extraction des matières premières servant à le fabriquer à son utilisation et sa fin de vie. C’est une méthode pour évaluer les impacts environnementaux de l’agriculture mais elle doit être adaptée pour les procédés spécifiques aux productions agricoles.

L'expérimentation système en images