• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Pâturages contre marée verte

Depuis 2008, les chercheurs de l’Inra travaillent avec les acteurs locaux (collectivités territoriales et chambres d’agriculture) du bassin versant de la Lieue de Grève dans les Côtes-d’Armor sur un programme d’actions pour lutter contre les algues vertes.

Prolifération et accumulation d’algues vertes du genre Ulva appelées communément « laitue de mer » sur la plage de Saint-Michel en Grève (côte d'Armor) liées à l'eutrophisation du milieu marin. © LE BASTARD Rémi
Mis à jour le 30/01/2013
Publié le 15/10/2011

Malgré une évolution importante des pratiques agricoles et une stabilisation des concentrations en nitrates des cours d’eau aux alentours de 30 mg/l, les algues vertes continuent de se développer chaque été sur les plages de la Baie de St-Michel-en-Grève. Rapidement, un constat s’impose : au vu de la sensibilité de ce bassin versant, réduire la quantité d’algues vertes suppose une baisse drastique du taux de nitrate jusque 10 mg/l. Les différents acteurs du bassin versant sont unanimes : un changement de pratiques ne suffira pas, il faut modifier profondément les systèmes de production.

Elaborer et tester des changements de système de production

« L’histoire commence fin 2006, se souvient Luc Delaby, chercheur à l’Inra de Rennes, lorsque Lannion Trégor Agglomération et les chambres ­d’agri­culture bretonnes nous ont sollicités pour les aider à élaborer des actions innovantes pour limiter les fuites de nitrate vers les rivières ». Le bassin versant de la Lieue de Grève est un bassin d’élevage en production bovine, laitière et allaitante. L’idée de développer des systèmes à base d’herbe s’impose naturellement, l’herbe étant une ­culture pérenne adaptée à l’alimentation des bovins qui valorise l’azote toute l’année. Pour tester sur le terrain les solutions imaginées ensemble par les chercheurs, les acteurs locaux (développement agricole, collectivités locales) et les agriculteurs, le dispositif « Fermes pilotes » est mis en place, avec au départ dix fermes pilotes volontaires (1).

Expérimenter grandeur nature

Début 2011, les dix agriculteurs volontaires signent une charte individuelle d’évolution. « Après la phase d’audit des exploitations, indispensable pour identifier au cas par cas les possibilités d’évolution vers un système plus herbager, nous avons défini des seuils qui nous semblaient intéressants pour limiter les fuites de nitrates » précise Luc Delaby. Deux indicateurs guident ainsi l’évolution de ces exploitations : d’une part le taux de chargement en animal, fixé à 1,4 UGB (unité de gros bétail) par ha d’herbe, et d’autre part l’entrée d’azote sur l’exploitation, limité à 100 unités d’azote/ha de surface agricole utile. « L’idée toujours présente est de réduire les entrées d’azote, de favoriser le recyclage interne et de stopper les pratiques favorables au lessivage » souligne Luc Delaby. Couplée à l’expérimentation in vivo, la modélisation permet de tester a priori la validité et l’efficacité économique, environ­nementale et sociale des changements proposés. C’est aussi un outil essentiel pour simuler l’impact de l’évolution des exploitations sur la charge azotée totale du bassin versant. Chaque éleveur du dispositif Fermes pilotes bénéficie ainsi d’un accompagnement technique. « Les premiers résultats sont encourageants même si le rythme ­d’évolution varie selon les exploitations » note Luc Delaby. L’expérience va s’étendre dès l’automne aux 170 exploitations du bassin versant. Selon le plan national Algues vertes, 30% des engagements pris par les bassins versants devront avoir été tenus en 2015 et la totalité en 2027.

(1) Le dispositif Fermes pilotes est orchestré par les équipes Inra des UMR « Production du lait » et « Sol, agro et hydrosystème, spatialisation » de Rennes. Il s’inscrit également dans le volet expérimental du projet ANR Acassya (Accompagner l'évolution Agroécologique des systèmes d’élevage dans les bassins versants côtiers, 2009-2013).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage, Génétique animale, Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Bretagne-Normandie