• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer

One Health : homme et animal, une seule santé

Homme et animal, même combat, face à l’accroissement des agents infectieux et des risques de pandémie. Les travaux de l’Inra en santé animale trouvent de nombreux prolongements en santé humaine et s’inscrivent dans la dynamique « One Health », définie en 2008.

One health. © Inra, Véronique Gavala
Par Pascale Mollier
Mis à jour le 15/04/2016
Publié le 24/01/2016

One Health : un programme international

One Health est un programme international, créé par la WCS et associant la FAO, l’OMS, l’OIE, l’Unicef, l’Unsic et la banque mondiale. Son cadre de référence, élaboré en 2008, vise à affirmer « le partage des responsabilités et la coordination des actions globales pour gérer les risques sanitaires aux interfaces animal-homme-écosystèmes ». La nécessité d’une telle approche globale s’est fait jour en 2004 après la survenue de différentes épidémies mêlant l’homme et l’animal : Ebola, SRAS et surtout grippe aviaire en 2003. Près de 60 % des maladies humaines infectieuses seraient d’origine animale.

L’Inra engagé dans la bataille

La France a rejoint cet ambitieux programme en 2011. Les axes de recherche sont multiples.

C’est sur le sujet du franchissement des barrières inter-espèces par les prions (agents de la « vache folle » et de la tremblante) que les développements les plus originaux se profilent.

D’autres résultats sont d’ores et déjà acquis, par exemple sur le virus de la bronchiolite ou celui du Nil occidental. Ce dernier, responsable d’encéphalites chez l’homme et le cheval, illustre bien la dynamique de One Health. Dans ce cas, une équipe de l’Inra a produit un virus de poisson recombinant (en insérant un gène dans le génome du virus) pour élaborer un vaccin pour les mammifères. L’originalité ? Le virus de poisson ne se multiplie pas à des températures supérieures à 20°C. Parfait pour des animaux à sang chaud !

Autre illustration, les travaux de l’Inra sur les avermectines, des médicaments antiparasitaires, ont contribué à comprendre leurs mécanismes d’action et ont ouvert la voie au développement de traitements pour l’homme, qui ont été distingués en 2015 par le prix Nobel de Médecine. Lire le dossier.

Le concept One Health en antibiorésistance