• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Síntomas de flavescencia dorada en cepa roja de Cabernet Sauvignon. © Sandrine Eveillard

La flavescence dorée de la vigne

Moyens de lutte alternatifs et durables

Les recherches actuelles ont pour objectif de mettre en place des stratégies de lutte permettant une diminution des intrants. Elles sont basées sur les connaissances acquises sur le comportement de l'insecte vecteur, que l'on empêche de s'accoupler ou que l'on attire dans une zone précise pour le détruire de façon ciblée. Les travaux portent également sur la recherche de vignes résistantes à la flavescence dorée.

Par Pascale Mollier - Julien Chuche - Denis Thiéry - Daciana Papura - Sylvie Malembic - Alain Blanchard - Xavier Foissac
Mis à jour le 06/09/2016
Publié le 26/03/2013

Antenne de Scaphoideus titanus, la cicadelle de la vigne en microscopie électronique à balayage. Cet insecte est responsable de la propagation de la flavescence dorée, phytoplasmose grave des vignes. Des particules quasi sphériques se trouvent à la surface de l'antenne retenues par des ornementations. Appelées brochosomes, elles contiennent un liquide dont l'insecte s'enduit et qui aurait un rôle de protection. La barre d'échelle représente 2 µm. © TAUBAN Dominique
Antenne de Scaphoideus titanus, la cicadelle de la vigne en microscopie électronique à balayage. Cet insecte est responsable de la propagation de la flavescence dorée, phytoplasmose grave des vignes. Des particules quasi sphériques se trouvent à la surface de l'antenne retenues par des ornementations. Appelées brochosomes, elles contiennent un liquide dont l'insecte s'enduit et qui aurait un rôle de protection. La barre d'échelle représente 2 µm. © TAUBAN Dominique

Les plans de lutte obligatoire contre le vecteur, basés sur l'utilisation d'insecticides de synthèse, sont polluants, coûteux, et peuvent générer à terme le développement de résistances et des effets indésirables sur l’environnement. Les recherches actuelles ont pour objectif de mettre en place des stratégies de lutte permettant une diminution des intrants.

Brouiller l’écoute

L'accouplement chez les cicadelles met en jeu une communication utilisant des signaux vibratoires transmis par la vigne. Les mâles émettent des vibrations perçues par les femelles qui leurs répondent si elles sont disponibles pour s'accoupler. La nature de ces vibrations (intensité, longueur d'onde, fréquence) renseigne le mâle sur la localisation de la femelle et sur sa disponibilité. Une technique de lutte possible contre la cicadelle consiste à émettre des vibrations créées artificiellement afin de perturber la communication entre les deux sexes. Le but étant que le mâle ne puisse plus localiser de femelles et qu'il n'y ait donc plus, ou peu, d'accouplements. Les premiers essais menés en Italie ont été concluants en laboratoire et au vignoble.

Application des stratégies de type "push-pull"

Ces stratégies actuellement à l’étude consistent à manipuler le comportement des insectes via l'utilisation simultanée de stimuli attractifs et répulsifs : la culture est rendue répulsive par utilisation par exemple du kaolin, tandis que des produits attractifs (par exemple des extraits végétaux de différentes espèces américaines de Vitis) permettent d'attirer les ravageurs dans une zone où ils seront détruits. La concentration des insectes dans une zone précise permet de mieux contrôler leurs populations avec de plus faibles quantités d'insecticides ou grâce à l'utilisation ciblée de méthodes alternatives. Cette technique de push-pull a déjà donné des résultats prometteurs en Israël, contre des vecteurs de phytoplasmes de la vigne tels que Hyalesthes obsoletus.

Recherches de vignes moins sensibles

Les chercheurs de l'Inra ont initié un programme de recherche de résistances naturelles au phytoplasme et au vecteur au sein du genre Vitis. Ces travaux de phénotypage sont menés par observation des symptômes et quantification de la multiplication des phytoplasmes après inoculation par le vecteur en serre de haut confinement. L'objectif à court terme est d'identifier des assemblages porte-greffe/greffon plus résistants à la maladie, puis, à plus long terme, de caractériser les bases génétiques de la résistance.

(1) UMR "Biologie du fruit et pathologie" (UMR1332 BFP), en collaboration avec les UMR "Santé de la Vigne et Qualité du Vin" de Colmar (UMR 1131 SVQV) et "Ecophysiologie et Génomique Fonctionnelle de la Vigne" de Bordeaux (UMR1287 EGFV).

Réference

Chuche, J., Thiéry, D and Mazzoni, V. 2011. Do Scaphoideus titanus (Hemiptera: Cicadellidae) nymphs use vibrational communication? Naturwissenschaften. 98: 639-42.