Cette 3e édition, actualisée et richement illustrée, intègre les derniers acquis de la biologie cellulaire et de la génétique moléculaire. Elle  offre aux étudiants un panorama de l’ensemble de la biologie végétale enseignée dans les premières années d’études supérieures.. © Inra

Biologie végétale : Croissance et développement

Cette 3e édition, actualisée et richement illustrée, intègre les derniers acquis de la biologie cellulaire et de la génétique moléculaire. Elle  offre aux étudiants un panorama de l’ensemble de la biologie végétale enseignée dans les premières années d’études supérieures.

Mis à jour le 26/04/2017
Publié le 24/03/2017

Ce volume, très illustré, traite des aspects physiologiques et moléculaires de la croissance et du développement des végétaux supérieurs couvrant les phytohormones, la perception et la transduction des signaux abiotiques, les méristèmes, la paroi et l’élongation cellulaire, l’élaboration et la germination de la graine, la floraison. Les relations entre la plante et son environnement biotique et le métabolisme secondaire terminent l’ouvrage. 

Les plantes ont permis et déterminé le développement de l'humanité

Dans cette édition actualisée, de nouveaux encarts replacent la biologie végétale dans l’actualité - - utilisation des engrais, des pesticides, photosynthèse et régulation du climat, chimie verte… - et un nouveau chapitre traite de la formation des fruits. Des questions de révision en fin de chapitre, toutes corrigées, permettent de tester ses connaissances et de s’entraîner avant l’épreuve. 

Quelques compléments sont disponibles sur le site dunod.com (coraux, lichens, flavonoïdes…). 

Les publics plus particulièrement concernés sont les étudiants en licence de sciences de la vie, les étudiants en pharmacie et les élèves en classes prépas BCPST. 

 

 

 

Sommaire : Phytohormones / Perception et transduction des signaux abiotiques / Méristèmes et architecture végétale / Paroi et croissance cellulaire / Développement et germination des graines / Floraison / Développement du fruit / Plante et son environnement biotique / Sénescence des feuilles /  

 

Les auteurs 

Sous la direction de Jean-François Morot-Gaudry, directeur de recherche honoraire à l’Inra, ancien professeur des universités Versailles-Saint-Quentin et Evry, membre de l’Académie d’agriculture de France et de Roger Prat, professeur à l’université Pierre et Marie Curie Paris.  

Isabelle Bohn-Courseau est professeure agrégée de biologie, chercheuse à l’Inra.

Frédéric Gévaudant est maître de conférences à l’université de Bordeaux.

Marc Jullien est professeur de physiologie végétale à AgroParistech, Paris Descartes.

Céline Masclaux-Daubresse est directeur de recherche à l’Inra de Versailles.

François Parcy est directeur de recherche, laboratoire de physiologie cellulaire végétale à l’IRTSV de Grenoble.

Catherine Perrot-Rechenmann est directeur de recherche CNRS, Institut Jean-Pierre Bourgin (IJPB), Inra, Versailles.

Michèle Reisdorf-Cren est maître de conférence à l’université de Versailles-Saint Quentin.

Luc Richard est maître de conférences à l’université Pierre et Marie Curie Paris.

Arnould Savouré est professeur à l’université Pierre et Marie Curie Paris. 

 

Biologie végétale : Croissance et développement

Editions Dunod – coll. Sciences Sup – 3e édition, 272 pages, 2017 – 19,90 euros

EXTRAITS

"Les plantes ne vivent pas seules et de nombreux prédateurs les entourent. Pour survivre, elles doivent se défendre, mettant au point des mécanismes biochimiques et moléculaires originaux et efficaces de reconnaissance du danger et de défense. Les plantes reconnaissent les pathogènes et déclenchent une cascade de signaux destinés à mettre en place des défenses. Elles disposent d’un système naturel de défense, la réaction hypersensible, sorte de mort cellulaire locale programmée ou de suicide, qui empêche toute progression du prédateur. Cette réaction de défense très violente est suivie de l’expression de gènes de défense qui aboutit à la synthèse de composés nocifs - antibiotiques végétaux, protéines spécifiques, composés aromatiques… - pour l’agresseur. La défense n’est pas seulement localisée aux zones d’attaque mais se transmet rapidement à tous les organes de la plante."

"Dans cet ouvrage, nous avons choisi de présenter d’abord les systèmes de communication entre organes, les médiateurs chimiques, les hormones végétales, les systèmes de communication entre la plante et le milieu extérieur, la perception du stimulus et la signalisation cellulaire. Les méristèmes, la paroi et l’élongation cellulaire, le développement de la graine à la plante, la floraison, la fructification, constituent le cœur de ce volume. La plante et son environnement biotique termineront le volume. Enfin, Le choix a été fait de mettre l’accent sur certains aspects actuels des connaissances et de fait de ne pas se placer dans un contexte historique plus exhaustif qui se retrouve dans d’autres ouvrages."