• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
couverture livre comprendre amélioration des plantes. © quae

Comprendre l'amélioration des plantes

Avec pour sous-titre "enjeux, méthodes, objectifs et critères de sélection", voici une synthèse précise sur l'amélioration des plantes, sujet parfois controversé depuis la mondialisation des informations, des données, .... ou encore avec la création des banques de semences et de variétés végétales. Elle est réalisée par André Gallais, professeur honoraire d'AgroParisTech et ancien responsable d'un laboratoire d'amélioration des plantes.

Publié le 28/05/2015

Réunies en un seul ouvrage, une multiplicité de questions trouvent ici des réponses. Certaines entraînent le lecteur à s'ouvrir vers de nouveaux questionnements. Ce livre permet de comprendre, par le détail, qu'une variété n'est pas une semence, que les variétés d'une même espèce ont des sensibilités différentes aux maladies, ou encore qu'un fort rendement n'est pas forcément l'objectif de celui qui sélectionne une plante.

Rendement... si possible ...

Améliorer le matériel végétal qui sert de base à l'alimentation humaine était l'objectif majeur, puisqu'il faut produire du grain, des plants, des feuilles ou des racines ! Le sélectionneur, le chercheur en génétique végétale, ont pour finalité principale de réunir des qualités intéressant les agriculteurs au sein d'une même plante. Or, le potentiel génétique des plantes sélectionnées s'exprimera plus ou moins bien selon des facteurs multiples : le sol, le climat, la fertilisation, le desherbage, les maladies et les prédateurs, la quantité de soleil ou d'eau reçue durant la période de végétation... Toutes ces caractéristiques interagissent pour produire le rendement d'un champ semé ou planté avec une variété donnée. Le sélectionneur a depuis longtemps intégré que les plantes doivent survivre aux maladies et aux insectes qui les touchent, et que l'épandage de produits phytosanitaires n'est pas une fin en soi, ni pour l'économie de l'agriculteur, ni pour l'environnement, ni pour le consommateur qui souhaite trouver un aliment le plus naturel possible.

...et aussi qualités, diversité, résistance, robustesse contre des agressions.

Le livre est divisé en trois parties. La première explique pourquoi et comment l'Homme a amélioré ses plantes cultivées, ce qu'est une "variété végétale", ainsi que le contexte dans lequel se situe cette activité économique. Une deuxième partie expose les outils et les méthodes, et l'on y découvre comment les techniques -mises au point plus ou moins récemment- génèrent les variétés cultivées aujourd'hui.

Dans une troisième partie, entièrement consacrée aux objectifs et aux critères de sélection, l'auteur nous montre que la sélection pour le rendement, encore nécessaire sur certaines espèces nourricières, n'est qu'un des paramètres de l'équation. Il s'agit aussi d'obtenir des plantes plus robustes, moins sensibles aux aléas, correspondant à des nécessités de l'industriel qui les transformera en aliments, ou apportant une diversité de produits au consommateur. Avec des rendements comparables, la plante sera moins consommatrice d'engrais, d'eau, de produits phytosanitaires... et répondra mieux aux demandes des utilisateurs.

En guise de conclusion, le lecteur trouve des incursions dans les domaines du "naturel-artificiel", des ogm, du regard des acteurs et de la société sur cette activité, ainsi qu'une réflexion sur les cinq décennies passées.

C'est un livre de science qui peut intéresser un public plus large, et dans lequel la diversité -des plantes et des agricultures- est tout à fait présente.

__________________________________________________

"Comprendre l'amélioration des plantes - Enjeux, méthodes, objectifs et critères de sélection"

Editions Quae, collection Synthèses - 240 p., 2015, 24 €, 15,99 € - en librairie ou sur le site de l'éditeur (sommaire détaillé)

André Gallais, professeur honoraire d’AgroParisTech, membre de l’Académie d’agriculture de France, est un spécialiste des méthodes d’amélioration des plantes. Il a enseigné ce sujet à l’Institut national agronomique de Paris-Grignon de 1982 à 2005 ; chercheur, il a été responsable de programmes de génétique et d’amélioration du maïs (Inra-Université de Paris-Sud–Cnrs–AgroParisTech, station du Moulon-Gif/Yvette, Essonne).