• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Cet ouvrage analyse les racines des dysharmonies sociétales auxquelles l’homme est confronté et présente des voies de réalisation d’un projet humain clairvoyant qui soit en phase avec l’intérêt général de l’humanité.

Le mécanisme de construction du monde

Cet ouvrage analyse les racines des dysharmonies sociétales auxquelles l’homme est confronté et présente des voies de réalisation d’un projet humain clairvoyant qui soit en phase avec l’intérêt général de l’humanité.

Publié le 11/10/2019

L’interdisciplinarité sciences biologiques-sciences humaines est ici mise au service d’un objectif audacieux : décrypter, à l’aide d’une chaîne logique, les facteurs explicatifs des trajectoires humaines et des déséquilibres entre les sociétés et les nations. L’ouvrage s’appuie sur une analyse inédite de la dynamique des sapiens, croisant les apports de l’anthropologie, l’archéologie, la biologie, la climatologie, l’économie, la géographie, l’histoire et la sociologie.  

 

L'auteur

Concepteur de programmes pluridisciplinaires et d’outils méthodologiques, Jacques Barnouin a été directeur de recherche à l’Inra. Ses recherches ont principalement concerné l’épidémiologie multifactorielle.

Le mécanisme de construction du monde

Trajectoires, déséquilibres et avenir des sociétés

Volume 3

Editions ISTE – 310 pages, septembre 2019 – 57 euros

Série Interdisciplinarité sciences biologiques et sciences sociales coordonnée par Georges Guille-Escuret

Collection Sciences, société et nouvelles technologies

EXTRAITS

L’auteur s’est donné l’objectif d’étudier, en tant « qu’Homme responsable de soi et d’autrui », les déterminants de la trajectoire de l’humanité, ainsi que les traits des sapiens auxquels cette trajectoire apparaît associée, et les « mécanismes » ayant pu engendrer des dysharmonies au sein des sociétés humaines. Mécanismes dont le décryptage pourrait conduire à une humanité qui, mieux avertie des facteurs de déséquilibre qui la traversent, serait en meilleure mesure d’agir, de sorte que les sapiens, une fois ces déséquilibres corrigés, soient conjointement mieux à même de se réaliser et d’avoir le sentiment de tous faire partie de l’avenir du monde. Ce sont là, en effet, des perspectives ne pouvant qu’être favorables à l’implication – et à la motivation positive – de l’animal ultra-sociable, articulé autour de contacts et d’échanges, qu’est l’être humain [TOM 14 ; WIL 13]. Lequel, s’il est en position d’écoute et de confiance, s’avère généralement apte à élever son degré d’initiative et d’implication sociales ; et s’il se vit dans le rejet et l’oubli, tend à se laisser gagner par la passivité et à plonger dans la défiance. Ainsi, toute personne laissée sur le bord de la route, parce que démunie, isolée, invisible ou considérée inutile, constitue-t-elle une perte potentielle, en vue de l’optimisation du fonctionnement humain. Pour tenter de répondre en connaissance de cause à ces objectifs, un parcours scientifique de découverte et d’analyse des constructions sociétales va être entrepris au sein de l’espace-temps associant l’Homme à la planète, la Terre, qui le protège du grand chaos organisé qu’est l’Univers.