couverture livre cardère composer avec les moutons. © cardere

Composer avec les moutons

Cet essai est rédigé par deux chercheurs pour approcher la confrontation d'une intelligence humaine avec des intelligences animales en conditions d'interactions de travail. Vinciane DESPRET, philosophe et enseignante dans le domaine de la relation entre l'homme et l'animal, et Michel MEURET, chercheur à l'Inra sur les pratiques d'élevage et le comportement des ruminants au pâturage, proposent une lecture étonnante. Ils ont analysé et organisé des témoignages recueillis auprès d'une dizaine de bergers : ils partagent ici leurs réflexions sur la pratique d'échanges avec des animaux, mettant en lumière la difficulté de l'homme à se faire comprendre, tout en montrant la richesse des apprentissages réciproques.

Mis à jour le 24/03/2016
Publié le 16/01/2016

Comment le métier de berger s'apprend-il ? Comment un homme se confronte-il à des centaines d'animaux pour se faire comprendre ? Les comportements animaux sont parfois si imprévus... Le sous-titre de l'ouvrage en explicite le propos : "Lorsque les brebis apprennent à leurs bergers à leur apprendre". Il rappelle la nécessité de questionner l'élaboration des savoirs et celle de les verbaliser pour pouvoir les transmettre ; a fortiori quand ceux-ci décryptent les rapports entre un humain et une espèce animale organisée en groupes plus ou moins homogènes. Les "moutons de Panurge", cette expression n'est vraie qu'au moment où des individus décident d'aller "voir ailleurs si la pâture est plus verte", ou encore quand l'effroi gagne le troupeau de proche en proche, provoquant une fuite collective. Néanmoins, l'intelligence animale et les caractères individuels s'expriment également. Le berger doit "composer avec", il recompose inlassablement, tous les jours et à chaque saison, en fonction de l'orientation à donner à sa pratique d'élevage sur les espaces qui lui sont alloués, et selon ses propres expériences.

Un chemin, long et sinueux... comme une draille*

Cette expression est tirée d'un titre de chapitre, tant le contact avec les animaux ou le fonctionnement d'un troupeau relève d'un apprentissage permanent. Le livre prend pour base des paroles recueillies par les chercheurs, et sa progression est organisée pour faire comprendre ces savoirs professionnels "ordinaires" et "animaliers". Le berger entretient un rapport de persuasion, parfois facile, parfois compliqué, pour guider au mieux ses troupes. Les animaux sont dociles ou têtus ; certains arrivent pour la première fois en extérieur et imiteront les plus âgés ; d'autres sont dits "mal élevés", car ils savent s'éloigner pour trouver une herbe plus appétente, feinter le chien ou s'écarter de l'espace imposé par l'homme, ce qui perturbe son travail. Le berger réoriente ses activités et projets au fur et à mesure de sa progression, le tout s'effectuant le plus souvent en terrain périlleux ou sous météo capricieuse.

Avec les idées proposées par les bergers et distillées par petites touches, ce document est une vraie mine pour la compréhension du sujet. Le terrain d'étude des chercheurs sonde le domaine intellectuel, intime et affectif des bergers : lorsqu'ils conduisent leur troupeau, quand ils l’observent en liberté très surveillée, quand ils le regroupent avec l'aide de chiens... Les témoignages portent sur le fonctionnement du système pastoral, avec son mouvement collectif conduit par des impératifs d'humain, ce dernier devant tirer satisfaction de son travail avec de bons résultats économiques en fin de saison. Une perpétuelle "conversation" d'ajustements est donc réalisée par le berger, pour que les ressources fourragères soient correctement pâturées -ni trop, ni trop peu- et que les brebis profitent au mieux de toute la gamme des végétaux offerts.

Facile de lecture, ce livre peut intéresser tout amateur d'animaux domestiques. Mais il est plutôt destiné à éclairer la transmission de savoirs ou le questionnement de pratiques d'apprentissage en lien avec un animal. Car les auteurs entrent dans le sujet, sur fond de respect mutuel de ce que les uns attendent des autres, l'homme comme les moutons ! Parce que les connaissances pastorales ne sont pas toujours reconnues, ce travail de mise en partage est d'une grande utilité. Celui qui a déjà essayé de stopper des vaches trop pressées ou de pousser un cochon récalcitrant trouvera ici la manière dont l’homme s’y prend pour négocier avec des moutons, ou comment il apprend de l'animal pour parvenir à ses fins !

Un court glossaire rapporte les définitions des mots usuels utilisés dans le texte, souvent issus du provençal.

*Les drailles sont les chemins ancestraux que les moutons empruntaient lors des transhumances à pied ; par extension, ce sont les sentiers qui se dessinent peu à peu en zones de pâturage, des lignes en biais plus faciles à emprunter par les animaux quand ils cheminent dans des pentes.

________________

"Composer avec les moutons - Lorsque les brebis apprennent à leurs bergers à leur apprendre"

Vinciane Despret, Michel Meuret.
Editions Cardère, 2016, 152 p.

Sommaire :
- Début de parcours
- "Souvent le chemin est long.... et sinueux, comme une draille"
- "C'est en gardant..."
- Du conditionnement à l'art de s'ajuster
- Métamorphose
- Manger comme art d'habiter
- Epilogue