• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
La région Afrique du Nord - Moyen-Orient est marquée par sa dépendance croissante vis-à-vis des importations agricoles. Cette dépendance devrait globalement s’accentuer et atteindre, notamment en cas de renforcement du changement climatique, des niveaux extrêmes. Cet ouvrage examine le devenir du système agricole et alimentaire de cette région du monde à l’horizon 2050, à partir de divers scénarios d’évolution de la demande alimentaire.

La dépendance alimentaire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à l’horizon 2050

La région Afrique du Nord - Moyen-Orient est marquée par sa dépendance croissante vis-à-vis des importations agricoles. Cette dépendance devrait globalement s’accentuer et atteindre, notamment en cas de renforcement du changement climatique, des niveaux extrêmes. Cet ouvrage examine le devenir du système agricole et alimentaire de cette région du monde à l’horizon 2050, à partir de divers scénarios d’évolution de la demande alimentaire.

Publié le 24/04/2017

En 2008 et en 2010, l’explosion des prix des céréales sur les marchés mondiaux a mis en lumière la vulnérabilité des pays des rives sud et est de la Méditerranée

Les besoins en produits agricoles de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient sont aujourd’hui couverts à 40 % par des importations, alors qu’au début des années 1960, seuls 10 % de ces besoins provenaient d’importations. Croissance démographique et évolution des régimes alimentaires se sont combinées pour entraîner une forte hausse de la demande alimentaire alors que la production agricole a connu une croissance certes importante mais de bien moindre ampleur. Dans cette région géopolitiquement complexe, les importations agricoles et les politiques alimentaires pèsent lourd dans le budget des États et leur niveau actuel peut devenir un frein au développement et à la lutte contre la pauvreté. À l’avenir, la pression démographique se sera encore renforcée et les impacts du changement climatique pourraient modifier sensiblement les potentialités agricoles de la région.

Dans ce contexte, une étude visant à examiner le devenir agricole et alimentaire de cette région du monde à l’horizon 2050 a été réalisée. Après une analyse fine des déterminants de la situation actuelle, les effets d’un simple prolongement des tendances passées sur la dépendance alimentaire ont été simulés. Ce scénario central, qui intègre les effets d’un renforcement du changement climatique, a été complété par plusieurs scénarios alternatifs renforçant ou allégeant la dépendance aux importations. En tendances, la dépendance aux importations de la région pourrait s’accentuer et devenir extrême au Maghreb, au Moyen-Orient et au Proche-Orient. Aucun des différents leviers examinés pour limiter cette dépendance ne peut, pris isolément, en enrayer significativement la dérive. Seule leur combinaison, qui nécessite des politiques agricoles et alimentaires ambitieuses, et leur association à un effort mondial d’atténuation du changement climatique pourraient permettre de maintenir la dépendance alimentaire de la région à des niveaux raisonnables.  

 

 

 

Les coordinateurs

Chantal Le Mouël est directrice de recherche en économie à l’Inra. Elle exerce dans l’unité mixte de recherche Smart-Lereco de Rennes. Ses travaux de recherche portent sur des thèmes liés au commerce international agricole, au changement d’usage des terres et à la sécurité alimentaire. 

Bertrand Schmitt, directeur de recherche, dirige actuellement la Délégation à l’expertise, à la prospective et aux études (DEPE) de l’Inra. En tant que chef du département des Sciences sociales de l’Inra, il a initié la mise en place du métaprogramme Inra-Cirad Transitions pour la sécurité alimentaire mondiale. 

 

La dépendance alimentaire de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient à l’horizon 2050 

Editions Quae - coll. Matière à débattre et décider, 144 p., 2017 – 32,00 euros

Extraits

« L’accroissement de l’offre agricole régionale couvre, en partie, l’augmentation considérable des besoins agricoles et alimentaires de la région Afrique du Nord – Moyen- Orient et leurs évolutions structurelles. Cependant, et même si cette offre agricole s’est accrue de façon spectaculaire, son rythme de croissance est resté en deçà de celui de la demande tant humaine qu’animale. Les fortes contraintes qui pèsent sur les facteurs de production dans la région se traduisent donc par une réelle difficulté à couvrir des besoins alimentaires en croissance rapide à partir de la seule production domestique. »

 « La terre est devenue, depuis une décennie, un enjeu géopolitique majeur, les puissances financières de la région investissent dans des acquisitions foncières hors de leurs frontières, acquisitions qui touchent des pays de la région, eux-mêmes en situation de forte dépendance. En outre, la vulnérabilité céréalière est aussi une vulnérabilité géopolitique et une composante majeure de l’insécurité alimentaire de la région. »