Marchés innovants pour une agriculture durable. © Inra

Marchés innovants pour une agriculture durable

Comment des innovations dans les institutions qui régissent les marchés peuvent favoriser une agriculture durable dans les pays en développement. Publication disponible en anglais seulement “Innovative markets for sustainable agriculture”.

Mis à jour le 22/08/2016
Publié le 03/08/2016

Entre 2013 et 2015, l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Inra ont mené une enquête sur les approches innovantes qui permettent aux marchés d’inciter à la transition vers une agriculture durable et agroécologique dans les pays en développement. À l’issue d’un processus de sélection compétitive, 15 études de cas à travers le monde ont fourni des éléments pour expliquer la façon dont les initiatives à petite échelle, fondées sur des pratiques d’agriculture durables et agroécologiques, sont soutenues par la demande et génèrent des innovations dans les institutions qui gouvernent les pratiques durables et les échanges commerciaux. Ces cas répondent aux préoccupations des consommateurs, à la fois locaux et distants, quant à la qualité de ce qu’ils mangent. L’ouvrage met en évidence que ces initiatives s’appuient sur des valeurs sociales (ex. confiance, santé -sécurité alimentaire et sécurité sanitaire-, souveraineté alimentaire, promotion de la jeunesse et du développement rural, viabilité des communautés et des agricultures) pour adapter des pratiques durables aux contextes locaux, tout en créant de nouveaux débouchés pour les produits alimentaires.

En particulier, les acteurs du secteur privé et de la société civile travaillent en partenariat avec le secteur public pour construire des infrastructures de marchés, intégrer l’agriculture durable et l’agroécologie dans l’éducation publique et privée ainsi que dans des programmes de vulgarisation, et, enfin, garantir des échanges d’information transparents sur les débouchés commerciaux.
Les résultats sont les suivants :

  • des innovations dans les systèmes qui favorisent l’adoption de nouvelles règles pour le commerce et qui garantissent les qualités durables des produits ;
  • de nouvelles formes d’organisation qui permettent aux acteurs de jouer plusieurs rôles dans un même système alimentaire. Par exemple : fermier et auditeur, fermier et chercheur, consommateur et contrôleur, consommateur et intermédiaire… ;
  • de nouvelles formes d’échanges commerciaux telles que paniers alimentaires, kiosques universitaires, marchés publics ou systèmes d’échanges de semences ;
  • et, de nouvelles technologies pour l’agriculture durable et l’agroécologie (ex. microorganismes utiles, biopesticides et techniques d’analyse du sol).

Le secteur public joue un rôle clef en donnant : la légitimité politique, les espaces physiques qui permettent aux multiples acteurs de partager leur savoir sur l’agriculture durable et de créer, conjointement, pratiques et produits.

Année de publication : 2016
Rédigé par : Allison Loconto, Anne Sophie Poisot and Pilar Santacoloma

Cet ouvrage peut être consulté sur le FAO site internet de la FAO

Allison Loconto

En savoir plus sur Allison Loconto, chercheuse au Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations et Sociétés (INRA, Univ. Paris Est Marne-la-Vallée, CNRS, ESIEE, Ecole des Ponts ParisTech) :

Allison Loconto, expert auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO
Allison Loconto et Stéphanie Barral, membres de l’Association internationale de sociologie
Atelier Inra-FAO, juin 2015 : Vers des approches innovantes combinant une production durable et agroécologique et  des marchés diversifiés dans les pays en développement