Illustration du concept du

Fausse viande ou vrai élevage ?

La condition ouvrière des vaches laitières

L’analyse des conduites de vaches laitières dans une exploitation avec robot de traite montre que les vaches « travaillent », prennent des décisions et des initiatives qui compliquent ou facilitent le travail des éleveurs. Interview de Jocelyne Porcher, sociologue et directrice de recherche à l’Inra.

Par Pascale Mollier
Publié le 13/03/2017

Installation expérimentale de production laitière de l'Unité Mixte de Recherche Pegase. Etable expérimentale de vaches laitières.. © Inra, MAITRE Christophe
© Inra, MAITRE Christophe

Il est communément admis que les chiens policiers, les chiens d’aveugles, les chiens de bergers travaillent. Mais on remarque moins cet engagement dans le travail chez les animaux d’élevage. Les animaux d’élevage sont les grands oubliés de la sociologie rurale et de la sociologie du travail. Or, des études conduites à l’Inra montrent que les vaches, les cochons collaborent au travail, et qu’ils le font non pas comme un conditionnement, mais avec leur propre « personnalité ». Les vaches investissent leur intelligence et leur affectivité dans le travail.

Qu’avez-vous pu observer avec les vaches ?

Jocelyne Porcher : Les vaches comprennent les règles instituées par l’éleveur (1). Elles savent par exemple qu’elles doivent quitter leurs logettes  lorsque  l’éleveur épand la paille. Certaines anticipent, d’autres attendent la claque de l’éleveur pour bouger. Dans l’aire d’attente devant le robot de traite, qui laisse une certaine liberté aux vaches, on peut observer toute une série de comportements : éviter les conflits, se montrer polies, ou au contraire exercer des rapports d’autorité basés sur une hiérarchie entre vaches. Par exemple, une vache s’amuse à bloquer l’accès du robot de traite pendant 40 minutes : elle essaie de mettre la tête dans l’auge sans entrer complètement dans le robot, pour manger en évitant la traite. Ce type de comportement montre que les vaches comprennent comment fonctionne le robot.

Qu’attendent les vaches de leur « travail » ?

J. P. : Comme pour les humains, la reconnaissance est un des moteurs qui motivent pour travailler. En élevage, cette reconnaissance passe par un jugement réciproque qu’on peut qualifier de « jugement du lien ». Pour les vaches, le jugement du lien ne porte pas sur le travail accompli, mais sur les moyens du travail : elles ne s’intéressent pas à leurs courbes de performances laitières, mais aux conditions de vie au travail. Et elles attendent une reconnaissance pour leur « bon boulot ». Cette reconnaissance, chez des éleveurs peu démonstratifs, peut d’ailleurs être simplement une absence d’intervention, preuve que les vaches font ce qu’on attend d’elles.

Pour les humains comme pour les animaux, il y a travail et travail. Il y a le travail qui émancipe et le travail qui aliène. Les effets positifs ou négatifs du travail dépendent du système de production. Le travail peut accroître la sensibilité des animaux, développer leurs capacités ou au contraire les abrutir et les faire souffrir. Le travail sera d’autant plus positif qu’il permet aux animaux de garder le lien avec leur monde propre : la prairie pour les vaches, qui sont des ruminants, le sous-bois pour les cochons qui sont des explorateurs du sol.

Quels sont les effets de l’industrialisation de l’élevage ?

Système de traite mobile employé dans les alpages et mis au point à Jouy-en-Josas.. © © INRA, INRA
Système de traite mobile employé dans les alpages et mis au point à Jouy-en-Josas. © © INRA, INRA

J. P. : La relation de domestication aux animaux peut être la meilleure ou la pire des choses. La pire, si les animaux se trouvent aliénés par des systèmes au sein desquels ils n’ont plus aucune chance d’exister, la meilleure, si le rapport domestique aux animaux est une occasion de pacification et d’émancipation réciproque (2). Le processus d’industrialisation de l’élevage entamé en France à partir du milieu du XIXe siècle oriente nos relations aux animaux d’élevage du mauvais côté. C’est le cas de la production laitière et de la production porcine, qui relève depuis longtemps moins de la ruralité que de l’industrie. Cette orientation toutefois n’est pas une fatalité. Le robot de traite, comme d’autres équipements du travail en élevage, ne sont pas en soi nécessairement des outils d’aliénation des animaux et des éleveurs.  On pourrait par exemple concevoir un robot de traite compatible avec le pâturage et donc avec une certaine liberté de mouvements des animaux.

 

(1) Voir encadré 1.

(2) Porcher et Tribondeau, 2008.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jocelyne Porcher UMR0951 Innovation et Développement dans l'Agriculture et l'Alimentation
Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Montpellier

La vie bien réglée des vaches en stabulation

Le bâtiment se compose de trois zones :

  • une zone pour les génisses
  • deux zones pour les vaches laitières, séparées par le robot de traite : une zone « stabulation », qui comporte des logettes de 7 m2 dans lesquelles les vaches peuvent se reposer  et une zone « étable », laquelle donne sur l’aire d’attente du robot de traite.

 Il existe des règles bien précises qui régissent la vie des vaches.

Les vaches se rendent elles-mêmes dans le robot de traite. Mais l’éleveur s’assure régulièrement qu’elles le font bien. Elles sont traites par intervalles maximum de 10h. Un collier enregistre les heures de traite et permet au robot de « reconnaître » les vaches à traire. Lorsqu’une vache est traite, elle reçoit en même temps de la nourriture dans une auge. Un bras robotisé positionne l’appareil sur la mamelle. Une fois la traite finie, la vache sort du robot, sa sortie est éventuellement accélérée par un « pousse-fesses ».

L’éleveur épand chaque jour une poudre, du lithothamme, dans les aires d’exercice, pour assécher les pieds des vaches : lors de cette procédure, les vaches, qu’elles soient dans leur logette ou en train de manger, ne doivent pas bouger pour ne pas gêner l’éleveur. Par contre, quand l’éleveur épand de la paille dans les logettes, les vaches doivent se lever pour libérer la logette. L’aire d’attente devant le robot est le seul endroit où il n’existe aucune règle précise.

Références

Jocelyne Porcher, Tiphaine Schmitt. 2010. Les vaches collaborent-elles au travail ? Une question de sociologie. La Découverte, Revue du MAUSS n°35, 235-261.

Porcher J., Schmitt T., 2012. Dairy cows, workers of the shadow. Society and animals. Vol. 20 (1), 39-60

Et aussi sur le travail animal :

  • Le programme ANR Cow (2012-2016) avait pour objectif de poser les premières pierres d’une conceptualisation du travail animal en documentant la question du travailler animal. Les études réalisées montrent que les animaux ne sont pas seulement des objets du travail, ils en sont surtout de véritables acteurs.
  • Animal’s Lab est un collectif de chercheurs construit dans le cadre du programme ANR COW Rattaché à l’UMR Innovation de Montpellier, il vise à produire des connaissances théoriques sur le travail animal et des connaissances sur les processus d’innovation médiés par les animaux. 

L’animal, leçon de nature

« La nature est ce qui nous englobe et ce qui nous construit intérieurement.

Ce que vivre avec les animaux dans la nature nous donne, tout autant que la lecture de Marc Aurèle, c’est l’amor fati, l’acceptation de ce qui arrive. Parce que le présent est ce qui compte pour les animaux.

C’est grâce aux animaux que nous pouvons encore savoir, alors que notre société 2.0 prétend le contraire, que la nature existe et que la vie et la mort sont les deux faces d’une même pièce. « Je suis né dans les animaux » ; « j’ai toujours vécu dans les animaux » ; « on vit avec les animaux et la nature »… disent les éleveurs. Être dans, être avec. »

Extraits de : Jocelyne Porcher. 2013. Ce que les animaux domestiques nous donnent en nature. La Découverte, Revue du MAUSS n°42, 49-62.