Reportage photographique réalisé en novembre 2009 en  GUYANE  française à l'unité Ecologie des forets de  GUYANE . Echantillonnages réalisés sur le terrain afin d'inventorier la diversité des espèces forestières de la forêt tropicale guyanaise.. © © INRA, MAITRE Christophe

Le climat change : la nature et l’agriculture aussi !

Agriculture climatointelligente

Le concept d’agriculture « climatointelligente » exprime la nécessaire convergence entre objectifs économiques et atténuation des gaz à effet de serre, convergence également entre adaptation au changement climatique, atténuation et sécurité alimentaire. De grands programmes internationaux se sont mis en place pour faire face au défi du changement climatique.

Schéma d'un cerveau. © Société des neurosciences
Schéma d'un cerveau © Société des neurosciences

Une agriculture « climatointelligente »

 Une agriculture « climatointelligente », tel est le nouveau concept autour duquel se rassemblent les grands organismes internationaux tels que la banque mondiale et la FAO, face au défi toujours pressant du réchauffement climatique. L’ampleur de ce défi est telle que, outre l’agriculture, certaines composantes fortement ancrées, comme les grands modèles de consommation, devront être remises en cause, en particulier la réduction des gaspillages et une évolution des régimes alimentaires. C’est ce qui ressort du Carrefour de l'Innovation agronomique intitulé « Atténuation des Gaz à Effet de Serre par l’agriculture » qui s'est tenu à Versailles le 04 juin 2014. Cette réflexion s’est appuyée également sur les résultats de l’étude « quelle contribution de l’agriculture française à la réduction des GES ? », (Inra-Ademe, 2013), voir ci-après.

Lire l'article

Les grands programmes de recherche nationaux et internationaux

 - La GRA

Créée en 2009, la « Global Research Alliance on Agricultural Greenhouse Gases » (GRA) comprend 40 pays (www.gra.). Cette Alliance mondiale de recherche a pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur agricole tout en favorisant le stockage de carbone dans les sols et la résilience des systèmes agricoles au changement climatique. L’Inra participe à quatre des cinq groupes de travail. Le groupe sur les cycles du carbone et de l’azote est présidé par la France (J-F Soussana, Inra) ; il évalue le potentiel de la modélisation pour estimer les émissions de gaz à effet de serre et guider les stratégies d’atténuation.

- AgMIP

Ce programme international de recherche rassemble des scientifiques d’une cinquantaine de pays. Il est consacré à la modélisation des impacts du changement climatique sur l’agriculture et la sécurité alimentaire et promeut une démarche d’amélioration et d’inter-comparaison des modèles agronomiques et économiques dans ce domaine. L’Inra co-dirige plusieurs programmes (concernant le blé, le maïs et les prairies). J-F Soussana (Inra) co-préside le comité de pilotage du programme AgMIP dont l’équipe de direction est principalement composée de scientifiques de la Nasa, de l’USDA et de l’université de Floride (Cynthia Rosenzweig, Jerry Hatfield et Jim Jones).

- FACCE – JPI

L’initiative de programmation conjointe de la recherche sur l’agriculture, le changement climatique et la sécurité alimentaire (FACCE-JPI) rassemble 21 états membres et associés de l’Union européenne représentés par des ministères, des agences de recherche et des organismes. Elle a défini un agenda stratégique de recherche avec un premier programme 2014-2015 de mise en oeuvre. Cette programmation conjointe a lancé une série d’appels à propositions de recherche en mobilisant une série d’instruments complémentaires (Eranets, Knowledge Hub, ateliers de prospective scientifique) permettant de traiter des principaux enjeux dans ce domaine et mobilisant en 2013 environ 50 M€ apportés par les états et par la Commission européenne. La France est représentée par l’ANR (Maurice Héral) et par l’Inra (François Houllier). Le conseil scientifique international est présidé par J-F Soussana (Inra).

- KIC Climat

L’Inra est membre de la KIC Climat, la principale communauté d’innovation publique-privée sur le changement climatique en Europe (plus de 200 partenaires académiques et économiques à travers 12 pays européens). L’Inra contribue principalement au pilier innovation de la KIC et co-coordonne une plateforme sur la bioéconomie, tout en participant activement à la plateforme sur l’eau et les sols. Un portefeuille de 15 projets avec une vingtaine de partenaires privés (Veolia, Astrium, Philips, Bayer, Suez Environnement, CIMV...) a été développé. Sur l’enjeu de l’agriculture intelligente face au climat, quatre services aux entreprises (technologies, impacts climatiques, réglementation, co-construction entre acteurs des filières) sont développés avec une priorité à l’élevage (lait, viande) et aux cultures pérennes (vigne, arbres fruitiers) dans un projet phare, coordonné avec WUR, Wageningen aux Pays-Bas. J-F Soussana représente l’Inra à la KIC Climat.

- Méta-Programme Adaptation de l’Agriculture et de la Forêt au Changement Climatique

Le métaprogramme ACCAF, dirigé par Thierry Caquet, a été lancé en 2011. Il constitue l’un des 8 méta-programmes de l’Inra. Rassemblant des compétences scientifiques pluri-disciplinaires, il mobilise des financements annuels en coûts complets de l’ordre de 5 M€. ACCAF a développé un portefeuille de 25 projets de recherche et d’actions internationales (AgMIP notamment) concernant les cultures annuelles et pérennes, l’élevage, la forêt, la biodiversité ainsi que les ressources en eau et en sol. Le programme vise à évaluer et gérer les risques et les opportunités, à scénariser les impacts régionaux, à comprendre les impacts sur la biodiversité et sur la santé animale et végétale, à améliorer génétiquement les espèces et à renforcer la capacité d’adaptation des systèmes de production agricoles et forestiers, des filières et des territoires tout en identifiant les coûts et bénéfices, ainsi que le potentiel de nouvelles technologies et modes d’organisation collectifs. En 2015, le méta-programme lance un projet inter-instituts visant à créer une modélisation intégrée des interactions climat-ressources en eau-agriculture et forêt afin de scénariser les adaptations régionales de ces secteurs.

Expertise nationale et internationale

- Nationale

À la demande des ministères en charge de l’agriculture et de l’écologie et de l’Ademe, l’Inra a réalisé une étude portant sur 10 mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture française sans modifier significativement sa production. Cette étude a montré un potentiel important d’atténuation des émissions, dont les deux tiers environ pourraient intervenir avec un coût faible, voire avec un bénéfice net en termes de marge brute. Avec la méthodologie utilisée par l’inventaire national français des émissions de gaz à effet de serre, seule une partie de ces mesures serait reflétée par la comptabilité nationale.

- Internationale

Le cinquième rapport du Giec (Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat) a été publié en 2013 et 2014. Le groupe II, consacré aux impacts du changement climatique, à l’adaptation et à la vulnérabilité, comprend un chapitre régional qui fournit une synthèse pour l’Europe. J-F Soussana (Inra) a coordonné la rédaction concernant l’agriculture, la forêt et la pêche, en lien avec les ressources en sol et en eau, pour ce chapitre.

Productions repères de l’Inra

L’Inra a publié un cahier spécial dans la revue « Pour la Science » consacré à l’adaptation au changement climatique.

L’Inra a publié en 2014 près de 200 articles scientifiques référencés par WOS dans le domaine du changement climatique avec un nombre significatif d’articles dans des revues d’impact exceptionnel (Nature Climate Change, PNAS, Global Change Biology...).

En 2014, l’Inra a présenté les résultats de ses recherches dans le changement climatique dans plus de 50 manifestations publiques et professionnelles et a été audité par des commissions de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental.