• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Reportage photographique réalisé en novembre 2009 en  GUYANE  française à l'unité Ecologie des forets de  GUYANE . Echantillonnages réalisés sur le terrain afin d'inventorier la diversité des espèces forestières de la forêt tropicale guyanaise.. © © INRA, MAITRE Christophe

Le climat change : la nature et l’agriculture aussi !

Impacts sur les cultures pérennes

Le changement climatique induit des modifications significatives pour les arbres fruitiers et la vigne : floraison avancée, risque accru d’exposition des fruits aux gels printaniers, raisins plus riches en sucres donnant des vins plus alcoolisés. Les chercheurs envisagent plusieurs pistes pour adapter la vigne à ce nouveau contexte climatique.

Publié le 20/02/2015


Une analyse de données acquises sur les 20 à 30 dernières années (rassemblées dans la base de données Phenoclim a permis de constater plusieurs tendances.

Avancée des dates de floraison

 On observe une floraison plus précoce des arbres fruitiers, quels que soient les espèces et les sites (y compris des espèces à feuilles persistantes comme l’olivier). Le phénomène n’a pas été graduel : une étude statistique sur quelques longues séries a permis de mettre en évidence une rupture autour des années 89-90. À titre d’exemple, on peut estimer pour l’abricotier que l’avancée moyenne de la floraison se situe entre 10 et 20 jours sur les 20 dernières années dans le sud-est de la France.

La floraison est également plus précoce pour la vigne, mais l’avancée s’accentue au cours du cycle pour atteindre 2 semaines à la maturité (jusqu’à 3 semaines en 2003), ce que révèle également l’analyse historique des dates de vendange.

Augmentation du degré alcoolique du raisin

 Les conditions plus chaudes pendant la maturation du raisin, conduisent à une augmentation régulière du degré alcoolique et à une modification potentielle de qualité à la vendange à cause, entre autres, d’un déséquilibre entre alcool et acides. Des écarts notables de typicité peuvent aussi se superposer pour des conditions extrêmes comme la canicule de l’été 2003. Des études montrent qu’il sera difficile d’échapper aux températures élevées pendant la maturation du raisin, ce dont il sera nécessaire de tenir compte pour l’élaboration du produit final. Le changement de cépage ou le recours à l’irrigation pour abaisser les températures au niveau des grappes pourraient être des solutions à envisager.

 Risque accru de gel des fruits et de chute des bourgeons

 L’avancée des floraisons provoque une augmentation du risque d’exposition des fruits aux gels printaniers.

Parallèlement, des études montrent que des chutes physiologiques de bourgeons sont induites par des conditions hivernales douces, et risquent ainsi de se multiplier avec l’augmentation moyenne des températures.

Du changement dans les vignes

Les chercheurs étudient les différentes solutions pour adapter au plus vite le vignoble français au changement climatique (projet Laccave). Ils explorent ainsi les possibilités de relocaliser les vignes dans des zones plus fraîches, plus en altitude Sur les domaines expérimentaux de l’Inra en Alsace, en Aquitaine et en Languedoc Roussillon, ils testent de nouvelles variétés, plus tardives, plus résistantes à la sécheresse et à la chaleur. Ils évaluent de nouvelles pratiques viticoles : introduisant l’irrigation, réduisant la taille et l’effeuillage de la vigne pour mieux protéger le raisin du soleil. Ils testent aussi différentes techniques pour réduire le taux d’alcool des vins ou modifier le pH du jus de raisin…

Lire l'article

Adaptation des viticultures en Europe

L’Inra participe au projet européen Life-Adviclim, qui étudie des scénarii d’adaptation de la viticulture aux échelles locales pour différentes régions viticoles représentatives d’Europe, dont deux en France (Coteaux du Layon et Saumur Champigny). Le projet exploite les données obtenues par un réseau d’observation et de modélisation aux échelles fines mis en place à l’échelle internationale en 2008. Le projet inclut la modélisation des activités humaines et la réactivité des acteurs, ainsi que le transfert des résultats vers les professionnels et les décideurs publics, via une interface Web.

Lire l'article