• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Château Couhins, modèle de vigne à haute valeur environnementale

Château Couhins, cru classé Graves acquis par l’Inra en 1968, apparaît comme une vitrine des recherches en matière de viticulture à haute valeur environnementale. Le domaine a obtenu en juillet 2017 la certification HVE3 (haute valeur environnementale de niveau 3).

Château Couhins Appareil de mesure de la vigueur végétative (greenseeker). © Inra, Chateau Couhins
Par Pascale Mollier
Publié le 14/11/2017

Une démarche collective

Château Couhins fait partie d’une association créée en 2010 sous l’impulsion du CIVB (1) pour développer un système de management environnemental (SME). Constituée au départ d’une vingtaine d’exploitations pilotes, elle en comporte aujourd’hui environ deux cents, sur la base du volontariat. La démarche a reçu la certification Iso 14001 de l’AFNOR en 2011. De plus, Chateau Couhins a obtenu en juillet 2017 la certification HVE3, ainsi qu’une distinction internationale (lire l’article). La certification HVE3 est accordée au regard de critères précis en matière de protection phytosanitaire, de fertilisation et de biodiversité. Cette certification peut être affichée comme un label par l’exploitation.

La reconnaissance de pratiques agroécologiques

La démarche environnementale de Château Couhins comporte plusieurs volets : réduction des intrants, dispositifs favorisant la biodiversité, gestion et recyclage des déchets, économie de fluides (voir encadré).

« C’est grâce au collectif que nous pouvons grouper nos déchets et les valoriser avec des partenaires comme Véolia, explique Matthieu Arroyo, chef de culture et responsable SME à Couhins . 82% des déchets sont valorisés : pieds de vigne pour les chaudières, cartons, verres recyclés, huiles, aérosols…Chaque déchet a sa filière de recyclage spécifique ». Côté intrants, l’exploitation utilise 30% de produits phytosanitaires de moins que la moyenne des vignobles bordelais. Ces résultats sont obtenus grâce à plusieurs leviers : désherbage mécanique, lutte biologique par confusion sexuelle, utilisation de capteurs de vigueur pour raisonner la fertilisation, plantation de céréales et légumineuses dans les inter-rang pour décompacter le sol et entretenir son taux de matière organique, plantation de haies et préservation de zones inondables en  prairies naturelles (voir  encadré 1).

« Notre système est finalement assez proche du bio, mais sans la rigidité du cahier des charges. Contre le mildiou et l’oïdium, nous utilisons les mêmes traitements qu’en bio, à base respectivement de cuivre et de soufre. Pour l’instant, nous n’utilisons pas de cépages résistants contre ces maladies (2), car le cahier des charges de l’AOP Pessac Leognan ne le permet pas ».

 

(1) CIVB : Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux.

(2) Cépages possédant un ou plusieurs gènes de résistance contre le mildiou et l’oïdium. Lire l’article.

Parcelle du vignoble de Château Couhins avant les vandanges.. © Inra, GIRARD Alain

Château Couhins, une vigne « aux petits oignons »

- SAU = 45 ha dont 6 ha de prairies, 1 km de haies.

- Diminution des intrants :

  • Désherbage mécanique avec un tracteur enjambeur (aucun herbicide depuis 2000)
  • Pas de traitement contre la pourriture grise depuis 5 ans
  • Lutte biologique par confusion sexuelle contre les papillons (eudémis, cochylis)
  • Priorité aux Produits de biocontrôle (soufre , extraits d’orange douce, phosphonates de potassium)
  • IFT = 10 à 12 (contre 18 en moyenne pour la région)
  • Local phytosanitaire conçu selon un modèle de « marche en avant » pour protéger le préparateur : celui-ci entre, se change, prépare les produits et sort sans jamais revenir sur ses pas.
  • Raisonnement de l’apport d’amendements organiques en utilisant des capteurs de vigueur embarqués sur des tracteurs (mesure de la photosynthèse avec une caméra infra-rouge)
  • Couvert automnal d’orge et de trèfle incarnat

- Biodiversité :

  • 5 à 6 ha de prairies
  • 1km de haies
  • Mesures par l’Observatoire agricole de la biodiversité : comptage d’abeilles, d’escargots, de vers de terre, de papillons

- Economie de fluides : suivi de la consommation d’eau, d’électricité, de carburant

- Recyclage des déchets : 82% des déchets sont recyclés.

Calendrier de culture

- Décembre à mars : taille manuelle de la vigne et pliage (les branches sont pliées sur un fil pour les aligner)

- Mai-juin : on enlève les pousses et on garde seulement les rameaux fructifères

- Juin à août : palissage : on redresse la vigne en forme de haie et désherbage mécanique

- Début septembre, jusqu’en octobre : vendanges manuelles

- Octobre : semis de trèfle incarnat et d’orge entre les rangs pour couvrir le sol et le décompacter, destruction et enfouissement en avril.