• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Ce numéro spécial illustre le large panorama des services et impacts de l’élevage européen. Il développe non seulement le rôle de l’élevage vis-à-vis de la production de denrées alimentaires, de l’emploi, des dynamiques territoriales et de la construction des paysages, mais aussi comment l’élevage pourrait mieux répondre aux attentes légitimes de nos concitoyens en matière de préservation de l’environnement, de bien-être animal et de traçabilité des circuits alimentaires.

Inra Productions animales : l'élevage en Europe

Ce numéro spécial illustre le large panorama des services et impacts de l’élevage européen. Il développe non seulement le rôle de l’élevage vis-à-vis de la production de denrées alimentaires, de l’emploi, des dynamiques territoriales et de la construction des paysages, mais aussi comment l’élevage pourrait mieux répondre aux attentes légitimes de nos concitoyens en matière de préservation de l’environnement, de bien-être animal et de traçabilité des circuits alimentaires.

Mis à jour le 05/02/2018
Publié le 22/01/2018

Les ministères français en charge de l’Environnement et de l’Agriculture ainsi que l’Ademe ont sollicité l’Inra pour synthétiser les connaissances scientifiques disponibles sur les rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. L’exercice, qui a pris la forme d’une Expertise scientifique collective (ESCo), s’est donc intéressé aux différentes fonctions et conséquences de la production et de la consommation de produits animaux sur l’environnement et le climat, l’utilisation des ressources, les marchés, le travail et l’emploi, et les enjeux sociaux et culturels. Placée sous la responsabilité scientifique de Bertrand Dumont, zootechnicien et écologue (Inra), et de Pierre Dupraz, économiste (Inra) celle-ci a réuni, pendant deux ans, vingt-six experts issus de différentes disciplines et institutions. Ce travail a abouti à la rédaction d’un rapport principal présenté publiquement en novembre 2016, d’une synthèse et d’un résumé.  Ce numéro s’appuie principalement sur les éléments développés dans trois chapitres du rapport. 

 

Sommaire :

1. La « grange » : un cadre conceptuel pour appréhender les bouquets de services rendus par l’élevage dans les territoires Michel Duru, Catherine Donnars, Julie Ryschawy, Olivier Thérond & Bertrand Dumont

2. Une typologie pour représenter la diversité des territoires d’élevage en Europe Jonathan Hercule, Vincent Chatellier, Laurent Piet, Bertrand Dumont, Marc Benoit, Luc Delaby, Catherine Donnars, Isabelle Savini & Pierre Dupraz

3. Diversité des services rendus par les territoires à forte densité d’élevages, trois cas d’étude en Europe Jean-Yves Dourmad, Luc Delaby, Jaume Boixadera, Carlos Ortis, Bertrand Méda, Carl Gaigné & Bertrand Dumont

4. L’Irlande, un territoire porté par l’élevage laitier dans des conditions de milieu favorable et de marchés incertains Luc Delaby, Vincent Chatellier, Bertrand Dumont & Brendan Horan

5. La diversité des services rendus par les territoires d’élevage herbagers fournissant des produits de qualité dans des environnements préservés Dominique Vollet, Olivier Huguenin-Elie, Bruno Martin & Bertrand Dumont

6. Quand l’élevage est garant de la conservation de milieux patrimoniaux Servane Lemauviel-Lavenant & Rodolphe Sabatier

7. Quelles concurrences et synergies entre cultures et élevage dans les territoires de polyculture-élevage ? Julie Ryschawy, Marc Benoit, Nathalie Hostiou & Claire Delfosse

8. Enjeux et atouts des productions animales sous signe officiel de qualité pour répondre aux attentes sociétales : le cas des ovins en Agriculture Biologique et des poulets Label Rouge Marc Benoit & Bertrand Méda

9. Des services contrastés rendus par l’élevage dans les espaces urbains et périurbains européens Claire Delfosse, Bertrand Dumont & Nathalie Hostiou

10. Les bouquets de services, un concept clé pour raisonner l’avenir des territoires d’élevage Bertrand Dumont, Julie Ryschawy, Michel Duru, Marc Benoit, Luc Delaby, Jean-Yves Dourmad, Bertrand Méda, Dominique Vollet & Rodolphe Sabatier

 

Inra Productions animales

Numéro spécial 
L’élevage en Europe : une diversité de services et d’impacts 

Volume 30, numéro 4, 136 pages, 2017 – 25 euros

EXTRAITS

Des services contrastés rendus par l’élevage dans les espaces urbains et périurbains européens

Résumé

L’élevage dans les espaces urbains et périurbains trouve actuellement un net regain d’intérêt en Europe du fait de l’intérêt croissant des consommateurs autour du « produire local » et du besoin de « nature » des citadins. Notre objectif est ici de synthétiser une littérature souvent fragmentaire et de structurer cette analyse grâce au cadre des bouquets de services. Pour les espaces périurbains, la littérature scientifique traite en priorité des enjeux d’aménagement pour répondre à l’approvisionnement alimentaire des villes. L’élevage en ville est bien moins étudié, ce qui nous a conduits à utiliser quelques travaux hors Europe et à consulter les sites internet de communautés urbaines et des sites associatifs. Les bouquets de services rendus par l’élevage et les freins à son développement sont très différents entre ces deux types d’espaces. Dans les villes d’Europe de l’Ouest le service d’approvisionnement reste minoritaire. La réintroduction des animaux en ville est largement motivée par une volonté de créer du lien social et constitue un facteur de réinsertion et d’éducation des citadins vis-à-vis de l’origine des produits qu’ils consomment. Les principaux freins sont liés aux nuisances et aux risques épidémiologiques occasionnés par les animaux. Dans les espaces périurbains, la contribution de l’élevage au service d’approvisionnement est plus importante et dynamisée par la vente directe. L’élevage d’herbivores maintient des prairies qui fournissent différents services de régulation et répondent aux attentes des citadins pour des espaces récréatifs à proximité immédiate des villes. Le développement de l’élevage est principalement contraint par la forte pression foncière qui s’exerce sur ces espaces. Nous concluons en proposant quelques pistes de recherches.

 

Quand l’élevage est garant de la conservation de milieux patrimoniaux

Résumé

La conservation de nombreux écosystèmes patrimoniaux est conditionnée par le maintien d’une activité d’élevage extensive. Les prairies humides et les systèmes transhumants de Méditerranée constituent deux exemples contrastés de territoires à forts enjeux naturels où excès d’eau dans le premier cas et sècheresses annuelles dans l’autre conditionnent à la fois la végétation et les conditions d’élevage. Les marais portent des services environnementaux majeurs comme l’accueil de la biodiversité, notamment de l’avifaune ou la régulation des crues. Ce sont des territoires complexes où de nombreux acteurs interagissent autour de la gestion des niveaux d’eau. Parmi eux, les éleveurs jouent un rôle clé en gérant des prairies contraignantes à exploiter. Les prairies de marais sont fragilisées par un double mouvement d’intensification et de déprise agricole. L’élevage craven, exemple de système ovin transhumant de la plaine de Crau en zone méditerranéenne, permet de lutter contre la fermeture des milieux et joue un rôle de protection contre certains risques naturels comme les incendies dans les collines en Provence ou contre les risques d’avalanche dans les Alpes. Dans la plaine de la Crau, les éleveurs sont au coeur des enjeux de biodiversité dans la conservation du « Coussoul », dernière steppe européenne. Crise de la filière ovine, retour du loup et pression foncière grandissante sur les espaces de Crau menacent ce système d’élevage. Le maintien de l’élevage représente un véritable enjeu pour la conservation des espaces à forte valeur patrimoniale. Il dépend de la viabilité économique de formes d'élevage soumises à de fortes contraintes naturelles et nécessite donc une politique agroenvironnementale adaptée. La dynamique des territoires, à travers une valorisation de produits de qualité, apparaît également comme un levier pour préserver les activités d’élevage et conserver les habitats naturels.