• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Concours « La Start-up est dans le pré » au Salon de l’Agriculture de Paris

« La Start-up est dans le pré » est un concours qui permet à des personnes de tous horizons de pouvoir créer leur entreprise, en étant coachés par des professionnels de la création d’entreprise innovante. L’Inra en partenariat avec Montpellier SupAgro organise la troisième édition de ce concours au Salon de l’Agriculture du 28 février au 02 mars 2014.

SIA 2014 La START-UP est dans le pré © Inra
Mis à jour le 20/02/2014
Publié le 20/02/2014

En plein cœur du Salon de l’Agriculture de Paris, du 28 février au 2 mars 2014, des agriculteurs, des entrepreneurs, des étudiants et des chercheurs vont former des groupes projet autour d’innovations dans le domaine de l’Agriculture, l’environnement et l’alimentation. L’objectif ? Unir tous les talents pour le succès de l’agriculture de demain.

Crée par la pépinière d’entreprises Via Innova-Pays de Lunel en 2012, repris par Lozère Développement en octobre 2013, c’est aujourd’hui à l’INRA, en partenariat avec Montpellier SupAgro d’organiser la troisième édition de ce concours.

Trois  temps forts rythmant 48 heures de création non-stop !

Le coup d’envoi du concours est donné à 17h00 le vendredi 28 février et démarre par le marché aux Bestiaux.

Le marché aux Bestiaux : les 40 participants vont former des groupes en fonction de leur affinité, mais aussi en fonction de leur personnalité et compétences. Les porteurs de projets vont annoncer leur invention ou innovation, avec pour objectif de fédérer une équipe homogène autour d’eux. C’est le moment fort  du « marché aux bestiaux », qui se déroulera pendant la nocturne du Salon.

L’abattoir : Dès le vendredi soir, les groupes formés vont être plongés dans la création. Ils vont se retrouver le samedi matin dans les espaces de travail prêtés gracieusement par notre partenaire « Parrainer la croissance ». Toute la journée, ils vont ainsi développer leurs idées, coachés par des consultants de haut niveau, et par les équipes des pépinières et incubateurs d’Agrovalo de Montpellier, Polen de Lozère Développement, et Via Innova Pays de Lunel. L’abattoir est un pré jury qui se déroulera le samedi à 17h, au Salon de l’Agriculture. Tours les groupes vont passer devant tous les coachs pour présenter leur projet en une minute. Et convaincre ainsi ce pré-jury de les laisser continuer l’aventure, et de bénéficier en même temps de conseils avisés.

Le jury final : La nuit du samedi au dimanche promet d’être longue pour les candidats. L’objectif est de tenir compte des avis reçus pendant l’abattoir, pour pouvoir présenter un projet d’entreprise cohérent le dimanche matin à 11h, lors du grand Jury final. Un jury composé par des personnalités nationales du monde agricole du monde de l’entreprise et du monde de la recherche unis pour le succès de l’agriculture de demain

Contact(s)
Organisation et contacts : :
Gaspard Lépine - Inra centre de Montpellier (06 70 87 22 35), Pascal Peny, Pierre Alzingre - Via Innova Pays de Lunel (06 86 67 63 28)

Exemples de projet

Eneo : conçoit des applications web-cartographiques pour l’acquisition, la valorisation et le partage de données de terrain,
ambition : les sortir de leur domaine de départ, la gestion de réseaux d’irrigation.

Angus made in France : projet de création d’élevage de vache Angus,
ambition : apporter un plus d’innovation pour donner une autre dimension au projet.

Thai Tea : création d’une unité de production de thé en Thaïlande pour importation et diffusion sur le marché français,
ambition : donner une dimension biotech au projet avec l’aide de chercheurs de l’unité SPO qui ont besoin de thé pour la création de biomatériaux et qui collaborent avec un laboratoire thaïlandais sur ce point.

Vivaterra : cabinet de conseil sur le développement territorial basé sur les méthodes développées par l’UMR Innovation,
ambition : formaliser le projet et trouver un modèle économique