• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

3BCAR : Six nouveaux projets pour innover en chimie biosourcée

En 2019, six projets de ressourcement portés par les composantes du Carnot 3BCAR seront financés. Véritable tremplin pour l’innovation, ces projets à fort potentiel économique permettent de soutenir la recherche et d’offrir aux entreprises des solutions dans les domaines des bioénergies, des molécules et des matériaux biosourcés.

Logo 3BCAR. © Inra
Publié le 25/01/2019

L’objectif des projets de ressourcement est de proposer des solutions innovantes aux acteurs économiques, dont les résultats pourront être exploités par l’industrie. Les projets sélectionnés qui débutent en 2019 offriront à leurs issues des innovations dans les trois grands domaines du Carnot 3BCAR : les bioénergies, les molécules et les matériaux biosourcés.

Valorisation des coproduits de la filière oléagineuse pour la chimie verte et la protection des plantes – projet BIOPHEOL – durée 24 mois

En France environ 7Mt d’oléagineux (colza, tournesol et lin oléagineux) sont produits chaque année. La principale voie de valorisation est la production d’huile ce qui génère de nombreux co-produits : tourteaux, pailles…. Dans le cadre du développement des bioraffineries, le projet BIOPHEOL a pour ambition de valider une preuve de concept de valorisation de la plante entière écoresponsable en vue d’améliorer la rentabilité économique de la filière.

L’originalité de ce projet se situe dans le traitement des principaux co-produits qui associe des voies chimio-enzymatiques et biotechnologiques permettant ainsi d’obtenir des molécules bioactives aux propriétés antioxydantes et antimicrobiennes. Ces molécules pourront être utilisées dans différents domaines : cosmétique, pharmacie, agro-alimentaire, biocontrôle …

Ecoconcevoir des bioprocédés optimisés – projet CoMECo - durée 24 mois

Pour faire de la bioéconomie une réalité industrielle, il est nécessaire de développer des bioprocédés capables d’assurer une production intensive notamment de molécules biosourcées. L’utilisation d’outils de modélisation en ingénierie des procédés permet de tester à moindre coût différents scénarii pour développer des procédés intensifiés et respectueux de l’environnement.

Le projet CoMECo intégrera dans son modèle toute la chaine de production d’un procédé biotechnologique, de la production (fermentation) à l’obtention de la molécule d’intérêt (séparation). Après un travail de collecte de données, le projet développera les outils de modélisation dynamique de la production microbienne et des étapes de séparation. Le modèle obtenu sera un véritable outil pour optimiser les bioprocédés intensifs en terme de durabilité environnementale, en combinant analyse de cycle de vie et technique.

Développement d’un procédé d’époxydation innovant – projet ENZEPOX – durée 12 mois

Les époxydes entrent dans la composition de nombreux produits du quotidien. Par exemple, les acides gras époxydés sont utilisés comme plastifiant du PVC, diluant dans les peintures, comme molécules plateformes pour des agents anticorrosifs, comme additif dans des lubrifiants… Pour obtenir ces molécules à l’échelle industrielle, les procédés actuellement utilisés nécessitent un acide fort qui entraine une usure du matériel, nécessite des étapes de neutralisation de ce dernier et le traitement des déchets. De plus, il peut se produire des réactions secondaires qui conduisent à des sélectivités faibles.
Le projet ENZEPOX a pour ambition de développer un procédé chimio-enzymatique d’époxydation mettant en œuvre des voies de synthèse plus sélectives et plus respectueuses de l’environnement. Ce nouveau procédé permettra de produire des dérivés époxydés issus de composés ω-insaturés biosourcés qui pourront être intégrés dans la synthèse de polymères pour des domaines tels que les lubrifiants, la détergence, la cosmétique…

Les champignons, des alliés pour la fabrication de matériaux biosourcés – projet FONGI - durée 24 mois

Le polystyrène est un matériau couramment utilisé pour des usages uniques et il est à l’heure actuelle non recyclable. Les matériaux biosourcés fongiques présentent une alternative durable et biodégradable notamment pour l’emballage. Les champignons filamenteux produisent de manière importante des protéines ainsi que de la chitine, qui peuvent être utilisées en tant que « liant » de biomasse.

Il existe déjà des solutions utilisant les propriétés de ces champignons, mais afin d’envisager un remplacement total du polystyrène, il est nécessaire d’optimiser les procédés pour une production à grande échelle.
L’objectif du projet FONGI est de réaliser une étude sur le développement d’un procédé continu innovant visant à améliorer les premières étapes du process notamment l’inoculation pour la fabrication de matériaux biosourcés.

Une nouvelle filière de production d’acides gras monohydroxylés – projet HYAGRAM – durée 24 mois

L’acide 12-hydroxystéarique issu de l’huile de ricin présente des propriétés intéressantes pour la synthèse de polymères dans l’industrie. Cependant, dans une logique de développement durable et de bioraffinerie territoriale, la provenance et les systèmes de production doivent être pris en compte. C’est dans ce but que le projet HYAGRAM propose de développer une nouvelle filière de production d’acide gras monohydroxylés issus d’huile métropolitaine.

Le développement de nouvelles variétés d’oléagineux et les travaux de caractérisation des huiles ont permis d’identifier une culture produisant des acides gras structurellement proches de l’acide 12-hydroxystéarique. Dans le cadre de ce projet les équipes de recherche testeront l’hydrogénolyse de cette huile à l’aide d’un réacteur continu de type monolithe. Ces acides gras monohydroxylés seront ensuite intégrés dans des polymères pour comparaison avec des polymères issus de l’huile de ricin.

Une nouvelle source de carbone renouvelable – projet SUCRES – durée 18 mois

Les sucres ou carbohydrates constituent une famille de molécules élémentaires essentielles pour le vivant et disponibles à différentes échelles. Ils sont d’une part une ressource naturelle abondante pour l’obtention d’intermédiaires de synthèse à relativement gros volumes pour les bioraffineries, et d’autre part des cibles à haute valeur ajoutée.

Face à la raréfaction des ressources fossiles, la biomasse végétale et le CO2 sont des sources de carbones renouvelables utilisables. Le projet SUCRE trouve son fondement dans la valorisation du CO2 comme source alternative de carbone renouvelable pour générer de novo des carbohydrates.

L’objectif du projet est de développer un procédé in vitro chimio-enzymatiques pour transformer le CO2 en carbohydrates en se basant sur le cycle de Calvin (ensemble des réactions de la photosynthèse). Grâce à ce procédé il sera possible de synthétiser des carbohydrates d’intérêts pour divers domaines d’application et notamment pharmaceutique.

Si un de ces sujets vous intéresse ou si vous souhaitez développer un projet de recherche collaboratives sur ces thématiques, n’hésitez pas à contacter la chargée d’affaire du Carnot 3BCAR

Contact(s)
chargée d’affaires du Carnot 3BCAR :
Coraline Caullet (01 42 75 93 82)

Le Carnot 3BCAR

Le label Carnot est attribué à des structures de recherche publique pour certifier leur excellence scientifique et leur professionnalisme dans la relation partenariale.
Le Carnot 3BCAR propose une offre de R&D intégrée et multidisciplinaire en mobilisant les biotechnologies et la chimie verte, composantes de la bioéconomie, pour l’innovation des entreprises dans les domaines des bioénergies, molécules et matériaux biosourcés.
Pour maintenir son avance scientifique, 3BCAR finance des projets internes innovants via des appels à projets annuels. Ces projets sont sélectionnés sur des critères d’excellence, d’inventivité, de potentiel économique et de transférabilité. 3BCAR est de plus certifié ISO 9001 dans le contexte des bonnes pratiques de contractualisation et de propriété intellectuelle avec les partenaires industriels.
3BCAR est un réseau regroupant 18 entités de R&D allant du laboratoire à l’échelle pilote. Il rassemble des compétences s’étendant depuis la production de biomasse, la bioraffinerie, jusqu’aux propriétés fonctionnelles.

Le financement de projets de recherche par l’abondement des Carnot

Les Carnot perçoivent chaque année un abondement de l’Agence Nationale de la Recherche, calculé proportionnellement à leurs collaborations avec les entreprises. Cet abondement permet de financer, outre le fonctionnement et les activités de professionnalisation des Carnot, la recherche au sein du réseau.

Ainsi plusieurs projets de ressourcement sont lancés chaque année, à la suite d’un appel à projets interne ciblé sur les domaines de compétences stratégiques du Carnot. Ces projets de recherche amont permettent de conserver une avance de phase et d’anticiper les besoins futurs des entreprises. Les résultats de ces projets déboucheront sur de nouvelles pistes d’innovation et pourront venir irriguer la R&D des entreprises par le transfert de technologie.