• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

HabEat- Détermination des goûts alimentaires durant l’enfance

Lancé les 9 et 10 mars derniers, à Dijon, le projet européen HabEat coordonné par Sylvie Issanchou de l’Inra de Dijon, a pour objectif de mieux comprendre les périodes et les mécanismes clés dans la formation des préférences alimentaires chez l’enfant depuis la naissance jusqu’à l’âge de cinq ans. Ce projet financé dans le cadre du 7ème PCRDT (2007-2013) via le contrat n°FP7-245012, associe 11 partenaires, dont trois français. A terme, les résultats devraient déboucher sur la diffusion de recommandations sur les pratiques alimentaires vis-à-vis du nourrisson et du jeune enfant..

Projet Européen HabEat. © Inra
Mis à jour le 09/07/2013
Publié le 05/05/2010

En matière de comportements et de préférences alimentaires, même si tout n’est pas joué à la fin de la petite enfance, les deux premières années revêtent une grande importance dans le développement des comportements alimentaires chez l’enfant.

Deux angles différents : épidémiologique et expérimental

Le projet collaboratif HabEat vise à mieux comprendre les déterminants de la formation des habitudes alimentaires à travers deux approches différentes : épidémiologique d’une part et expérimentale d’autre part. Ce projet ambitieux est bâti autour de 10 équipes scientifiques européennes de compétences complémentaires, auxquelles il faut ajouter Inra Transfert SA qui a assisté la coordinatrice dans le montage du projet et est maintenant responsable de son management administratif, logistique et financier. Un panel d’équipes de recherche d’autant plus intéressant qu’il associe des pays du nord et du sud de l’Europe ayant des habitudes alimentaires et en particulier des pratiques de diversification alimentaire différentes. Concernant les travaux épidémiologiques, les équipes impliquées dans HabEat vont exploiter des données existantes provenant de quatre cohortes européennes : ALSPAC pour la Grande-Bretagne, EDEN pour la France, Generation XXI pour le Portugal et la sous-cohorte Grecque d’Europrevall. Ces données vont être exploitées afin de répondre, avec les mêmes outils d’analyse, à des questions communes concernant en particulier la diversité du répertoire alimentaire à différents âges et l’acceptation des légumes à diverses périodes de la mise en place du répertoire alimentaire.

De son côté, la partie expérimentation sera déclinée en deux volets. Le premier, axé principalement sur les mécanismes clés de l’apprentissage, concernera essentiellement les enfants à partir de six mois et jusqu’à deux voire trois ans. Par exemple, il s’agira de tester des mécanismes d’apprentissage, déjà bien décrits dans la littérature scientifique, mais qui n’ont pas été systématiquement explorés de façon comparable à différents âges. Le second visera à étudier de nouvelles stratégies afin d’observer s’il est possible, au-delà de trois ans et jusqu’à cinq ans, de faire disparaître de mauvaises habitudes alimentaires précédemment mises en place.

Des recommandations aux professionnels

A l’horizon 2013-2014, les résultats du projet HabEat devraient déboucher sur la diffusion d’un certain nombre de recommandations en matière de pratiques alimentaires chez le jeune enfant. Ces recommandations seront adressées aux professionnels de la petite enfance, aux pédiatres, aux décideurs politiques chargés de définir la politique nutritionnelle, mais aussi aux industriels du secteur agroalimentaire de plus en plus demandeurs en la matière.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Sylvie Issanchou (03 80 69 30 76) UMR CSGA - Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation 17 rue Sully, 21065 DIJON
Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine, Caractérisation et élaboration des produits issus de l’agriculture
Centre(s) associé(s) :
Dijon Bourgogne Franche-Comté

En savoir plus

  • Ce projet européen a été labellisé par le pôle de compétitivité VITAGORA de Dijon