• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

OPTIBIOCAT : de  nouveaux  biocatalyseurs pour le secteur cosmétique

Un nouveau programme européen se penche sur les estérases : biocatalyseurs employés pour la fabrication de molécules antioxydantes pour l’industrie cosmétique. Doté d’un financement de 7 millions d’euros, ce projet rassemble un consortium de recherche public-privé impliquant 16 partenaires de 8 pays européens.

Le projet de 4 ans OPTIBIOCAT cible le développement de nouvelles enzymes pour la production à moindre coût et durable de composés utilisés en cosmétique
Mis à jour le 31/10/2014
Publié le 31/10/2014

Un contexte favorable à l’essor industriel de produits cosmétiques naturels, bio, durables …  

Selon les analyses, ce marché qui s’élevait à 5,8 milliards d’euros en 2012, devrait atteindre 10,1 milliards en 2018. Il répond à une attente de plus en plus forte des consommateurs séduits par des produits plus sains et plus durables.
Aujourd’hui, l’industrie chimique s’adapte et se tourne vers les biotechnologies pour proposer des produits adaptés. Grâce à des « outils » comme les enzymes, catalyseurs naturels de nombreuses réactions chimiques, il est possible de produire autrement. Leur emploi permet par exemple de diminuer le nombre d’étapes intermédiaires de fabrication, d’employer des températures plus faibles ce qui permet de réduire l’empreinte environnementale de la production.    

Les objectifs d’Optibiocat

Démarré en décembre 2013 pour une durée de 4 ans, Optibiocat se focalise sur l’étude des biocatalyseurs du type estérases. Il vise à mieux connaître ces enzymes et développer leurs usages en mettant en œuvre des procédés innovants. Les estérases visées permettent plus spécifiquement de produire des esters gras phénoliques et des sucres esters dont les propriétés antioxydantes sont recherchées en formulation cosmétique mais aussi dans l’industrie alimentaire. Ces enzymes sont aussi très intéressantes pour la production de nouvelles molécules bioactives.

Le LISBP : Partenaire du programme en génomique

Dans le cadre de ces travaux le LISBP, unité mixte de recherche Inra/INSA/CNRS basée à Toulouse aura pour objectif d’optimiser les estérases par les méthodes d’ingénierie enzymatique. Deux approches seront explorées : l’une rationnelle visant à modifier ponctuellement et de façon réfléchie un ou plusieurs acides animés de la séquence des estérases ciblées, l’autre, consistant à agir de façon aléatoire (évolution dirigée), l’objectif étant de sélectionner les enzymes les plus performantes. Le laboratoire s’appuiera sur son plateau–technique ICEO qui rassemble un ensemble d’équipements de pointe dédiés à l’ingénierie et au criblage d’enzymes originales. Ce travail s’appuiera sur un volet glycochimie -également développé au LISBP- visant à synthétiser de nouvelles molécules originales pour l’étude et la sélection des enzymes d’intérêt.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Liste des partenaires

  • Université de Naples Frédéric II (coordonnateur),
  • BIOCOM AG (Allemagne),
  • Centre de biodiversité fongique (Pays-Bas),
  • Ecole polytechnique de Chalmers (Suède),
  • CLEA Technologies (Pays –Bas),
  • Dyadic Netherlands (Pays –Bas),
  • Inra-LISBP (France),
  • KORRES (Grèce),
  • Université technologique de Lulea (Suède),
  • NZYTech (Portugal),
  • ProteoNic  (Pays–Bas),
  • ServiceXS (Pays-Bas),
  • SUPREN (Allemagne), 
  • Taros Chemicals (Allemagne),
  • Université d’Helsinki (Finlande),
  • Université de Mũnster (Allemagne)

Pour en savoir plus sur Optibiocat : http://www.optibiocat.eu/