• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Nouveau complément alimentaire pour réduire la production de méthane par les ruminants

Des scientifiques de l’UMR Herbivores ont démontré que l'utilisation d'un complément alimentaire issu de la fermentation d’une céréale par un champignon du genre Monascus réduit jusqu’à 30% la production de méthane chez les ruminants. Des partenaires industriels du secteur de l’alimentation animale sont recherchés pour développer cette technologie.

Chez les herbivores, la digestion des végétaux conduit à la production de méthane. Les quantités produites sont variables selon le site de la digestion microbienne, ruminale ou intestinale, l’espèce animale, le type de production (lait, viande ...), le stade physiologique de l’ ANIMAL  et la nature des aliments consommés.,Les quantités de méthane émises par les bovins en France ont déjà été évaluées lors d’études menées à l‘INRA. La photos représente des animaux porteur de système de prélèvement. © CHARRIER Xavier
Par Inra Transfert (01 42 75 93 54)
Mis à jour le 26/09/2013
Publié le 01/07/2013

Les émissions de méthane (CH4) dans l’atmosphère sont un réel problème car c’est un gaz à effet de serre au potentiel de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2 ! Le niveau de CH4 atmosphérique a plus que doublé ces deux derniers siècles, essentiellement en raison d’activités humaines dont l'élevage de bétail. En effet, les ruminants tels que les bovins ont un estomac compartimenté dans lequel - et plus précisément dans le rumen - les bactéries décomposent les aliments et génèrent du CH4 en tant que sous-produit. Une vache laitière produit par exemple environ 90 kg de CH4 par an, essentiellement rejeté par voie orale (95%), ce qui représente une perte de 7% de l’énergie ingérée par l’animal.

Les scientifiques INRA de l’UMR Herbivores ont mis au point une méthode pour réduire la production de CH4 chez les ruminants en utilisant un aliment ou supplément alimentaire issu de la fermentation d’un substrat par au moins un champignon appartenant au genre Monascus. Ces champignons sont sans danger pour l’Homme et l’animal. Ils sont traditionnellement utilisés dans la gastronomie chinoise et leur consommation a été autorisée par l’EFSA et la FDA. Les chercheurs ont montré qu’un substrat organique fermenté par une souche de l’espèce Monascus ruber et ajouté à la ration de ruminants (moutons) réduit significativement (30%) la production de CH4 par ces animaux. Le substrat organique à fermenter par Monascus peut être obtenu à partir de grains de céréales comme le riz, le blé ou le maïs, ainsi que leurs produits dérivés. Un aspect important de l’invention est que la ration alimentaire complémentée avec le substrat fermenté par Monascus ou composée essentiellement de cet aliment réduit rapidement la production de méthane sans affecter la fermentation ruminale. Les chercheurs ont aussi démontré chez les animaux ayant reçu des aliments fermentés par Monascus une diminution significative du nombre des archées méthanogènes dans le rumen sans que cela affecte les populations de bactéries et de protozoaires.

INRA Transfert recherche des partenaires industriels du secteur de l’alimentation animale pour développer cette technologie brevetée par l’INRA (WO2011/117552 ; EP, USA, CA) par la concession de licence ou d’option de licence adossée à un programme de R&D. Le produit provenant de la fermentation d'un substrat organique par au moins un micro-organisme fongique appartenant au genre Monascus pourra être commercialisé en tant que complément alimentaire ou ingrédient alimentaire bioactif pour réduire la production de méthane chez les ruminants d’élevage.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Diego MORGAVI UMR1213 Herbivores, Centre INRA de Theix
  • Hamid BOUDRA UMR1213 Herbivores, Centre INRA de Theix
Chargée de valorisation, Inra Transfert :
Alice AGASSE (01 42 75 93 54)
Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage, Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement
Centre(s) associé(s) :
Auvergne - Rhône-Alpes

En savoir plus

  • Morgavi DP, Martin C, Boudra H, , Fungal secondary metabolites from Monascus spp. reduce rumen methane production in vitro and in vivo. J. Anim. Sci. 2013, 91:848-860
Courbe de production de méthane in vivo. © Inra

Figure

  • Courbe de production de méthane in vivo par des moutons nourris d’une ration alimentaire comprenant un complément alimentaire de l’invention (« Traitement »).