• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Utilisation de la bactérie commensale Roseburia intestinalis pour traiter ou prévenir les MICI

Traiter et prévenir les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) avec une bactérie commensale présente naturellement dans l’intestin

Roseburia intestinalis
Mis à jour le 18/10/2018
Publié le 21/09/2018

Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI), qui regroupent principalement la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, sont un ensemble de troubles caractérisés par une inflammation durable du tube digestif. Ces maladies se traduisent par une alternance de phases de rémissions et de poussées aigües, crises aux cours desquelles les symptômes refont surface : principalement de fortes douleurs abdominales, diarrhées, accompagnés d’abcès et d’une perte de poids. Les taux d’apparition de ces maladies sont plus élevés dans les pays développés, particulièrement en Europe du Nord-Ouest et aux Etats-Unis. Environ 1,6 millions de personnes en sont atteintes aux Etats-Unis et 2,5 millions en Europe. Les traitements actuels, essentiellement des anti-inflammatoires et des immunosuppresseurs sont d’une part, uniquement suspensifs et d’autre part, ont de nombreux effets secondaires indésirables voire dangereux. Il existe donc une forte demande de la part des patients de traitements plus doux et plus efficaces sur le long terme. Un rôle clé du microbiote intestinal a été mis en évidence dans le déclenchement de la maladie. Pourtant, aucun des probiotiques classiques n’ont démontré d’effet positif. Il est donc nécessaire de tester de nouvelles souches probiotiques pour le traitement des MICI.

Roseburia intestinalis est une espèce bénéfique du microbiote qui a des propriétés anti-inflammatoires et dont les effectifs s’effondrent chez les patients ayant une MICI, en particulier dans la maladie de Crohn. Elle est la principale bactérie productrice de butyrate au voisinage de l’épithélium intestinal, le butyrate ayant un rôle dans la réduction de l’inflammation intestinale.

L’équipe de Marianne De Paepe a sélectionné une souche de R. intestinalis améliorée et l’a administrée à des souris dans un modèle inflammatoire. On observe que les souris gavées avec la souche de R. intestinalis améliorée sont mieux protégées de l’inflammation en comparaison des souris gavées par la souche sauvage.

Avantages

  • Roseburia intestinalis est une espèce commensale présente naturellement dans l'intestin et qui produit du butyrate

Applications

  • Traitement et prévention de maladies inflammatoires telles que les MICI

Téléchargez la fiche

Voir les autres opportunités de transfert sur le site Inra Transfert dédié

Contact(s)
Chargé de valorisation Inra transfert :
Héloïse Simonson (06 47 05 15 98)

Brevet

FR1856152
Titre :  Utilisation d’une souche de Roseburia intestinalis pour la prévention et le traitement de l’inflammation de l’intestin.

Ce brevet couvre l’utilisation d’une souche de Roseburia intestinalis, seule ou en combinaison avec une autre espèce ou un composé pour le traitement et/ou la prévention des MICI ou pour améliorer le confort et/ou le bien-être gastro-intestinal.

Type de transfert

Licence ou option de licence avec programme de R&D
Echelle TRL 3