• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Prévention ou traitement d’une infection intestinale par Bacteroides thetaiotaomicron

Les pathologies infectieuses néonatales et infantiles sont un problème majeur en santé humaine et animale. La sensibilité accrue aux infections dans cette population est en grande partie liée à l’immaturité du système immunitaire.

Prévention ou traitement d’une infection intestinale par Bacteroides thetaiotaomicron
Mis à jour le 25/04/2018
Publié le 27/02/2018

Les infections intestinales causent 1,7 milliard de cas de diarrhée chaque année dans le monde et sont la deuxième cause de mortalité chez l’enfant de moins de cinq ans. Les rotavirus et les E. coli sont les causes principales des diarrhées infectieuses chez les jeunes mammifères. Ils sont responsables de la majorité des décès par diarrhée, et d’un coût considérable pour le système de santé dans les pays industrialisés. Chez tous les animaux d’élevage (ovins, bovins, porcs, volailles), les diarrhées infectieuses et particulièrement celles dues aux rotavirus et à E. coli ont des conséquences graves (retard de croissance, mortalité, perte économique).
Les scientifiques de l’UMR Micalis (AgroParisTech – INRA) ont récemment démontré que la bactérie Bacteroides thetaiotaomicron, un membre dominant du microbiote intestinal humain, était capable de maturer à lui seul le système immunitaire intestinal à un niveau proche de celui observé avec un microbiote intestinal complet (Hoffmann et al, 2015, ISME Journal). B. thetaiotaomicron induit une infiltration de la muqueuse colique par des lymphocytes T, des lymphocytes B et des macrophages. B. thetaiotaomicron induit également la maturation du système IgA dans la muqueuse.  Dans des modèles infectieux de souris, B. thetaiotaomicron a un effet protecteur contre une infection par un rotavirus.

Applications :

  • Prévention des infections intestinales en santé humaine ou animale.

Avantages :

  • Alternative aux antibiotiques
  • Spectre potentiellement varié (virus, bactéries, parasites, levures)

Téléchargez la fiche

Voir les autres opportunités de transfert : http://www.inra-transfert.fr/fr/licence-pdf/pdfs

Contact(s)
Chargée de valorisation Inra Transfert :
Héloïse Simonson (+33 (0)6 47 05 15 98)

A propos de

Le brevet PCT/FR2016050947 protège une composition ou un extrait de B. thetaiotaomicron dans le traitement ou la prévention d’une infection intestinale bactérienne, virale, parasitaire ou par une levure, chez l’animal ou chez l’homme, qui peut être en association avec d’autres bactéries, des prébiotiques ou des antibiotiques.

Type de transfert

Licence ou option de licence avec programme de R&D (échelle TRL 3)