Méthode de prétraitement de biomasses lignocellulosiques utilisant des champignons filamenteux

Cette méthode de prétraitement utilisant des champignons filamenteux offre de nombreux avantages, l’utilisation de P. brumalis apporte une très bonne sélectivité dans la dégradation de la lignine.

Méthode de prétraitement de biomasses lignocellulosiques utilisant des champignons filamenteux
Par Laure Akomia (01 42 75 94 43)
Mis à jour le 31/10/2017
Publié le 26/10/2017

L’INRA sur le Campus de Luminy, a développé une méthode de prétraitement de la biomasse lignocellulosique en milieu solide par le champignon P. brumalis, l’hydrolyse et la fermentation de la biomasse.
Les enzymes de délignification fongique permettent une dégradation sélective de la lignine. Ce prétraitement déstructure le réseau hémi-lignocellulosique facilitant les étapes suivantes d’hydrolyse, grâce à une meilleure accessibilité des enzymes à leurs substrats polysaccharidiques.

Le procédé

  • Améliore l'étape d'hydrolyse enzymatique mise en jeu dans la conversion de la biomasse lignocellulosique ;
  • Permet 30 à 50% de délignification (paille de blé) ;
  • Accroît la production de biogaz ;
  • Est peu coûteux énergétiquement et respectueux de l’environnement.

La souche de champignon employée est sauvage, sélective avec une faible dégradation des cellulose et hémicelluloses.
Le type de transfert envisagé est une licence ou une option accompagnée d’un programme R&D.
Voir le document Inra Transfert

Contact(s)
chargée de valorisation Inra Transfert :
Laure Akomia (01 42 75 94 43)

En savoir plus

Application:
Procédé de prétraitement fongique de biomasses lignocellulosiques en fermentation solide pour la production de biocarburants.

Brevet:
Le brevet IB2015/058403 protège l’utilisation de la souche de champignon basidiomycète P. brumalis, pour le prétraitement fongique d’une biomasse lignocellulosique en milieu solide.

Publications :