• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
SIA 2014 Dossier L' ALIMENTATION du futur © Inra Véronique GAVALDA

L'alimentation du futur

Par Eric Connehaye
Mis à jour le 27/02/2014
Publié le 21/02/2014

Pour vous présenter notre sélection de projets qui élaborent notre alimentation future et pour mettre en valeur certaines innovations qui y participent déjà, nous vous proposons un menu "Agriculture du futur" composé d'exemples de recherches menées par l’Inra et ses partenaires.

L’alimentation du futur… Ce n’est plus un sujet de projections fantasmées ou de craintes millénaristes portées par les ouvrages d’anticipation de la fin des années 60. C’est avant toute chose, un défi environnemental, un objectif humanitaire et une gageure scientifique. C’est aussi et surtout la combinaison de nouveaux modes de production responsables, d’une meilleure répartition des ressources, d’autres habitudes de consommation et d’aliments alternatifs inédits d’origine végétale, animale ou minérale.
Dans les laboratoires de l’Inra, certains chercheurs développent les outils d’aide à la formulation de nouvelles caractéristiques sensorielles. D’autres travaillent à produire des variétés de fruits et légumes, résistantes aux maladies et de qualités culinaire et gustative exceptionnelles. Tous cherchent à assurer, pour les années à venir, un système alimentaire, sain et durable pour un objectif majeur : Nourrir le monde.

Satisfaire nos besoins, connaître nos préférences

L’alimentation de demain, sans forcément être étonnante, sera innovante. Nos repas seront mieux adaptés aux besoins de l’organisme (qui plus est sur les populations spécifiques que sont les séniors, les enfants, les sportifs), nos denrées seront mieux construites pour libérer les composés actifs et stabiliser les fonctionnalités des ingrédients. En amont, les procédés de conception, de fabrication et de production devront faciliter une industrie agro-alimentaire durable et écoresponsable. Et dans l’assiette, à terme, sans doute pourrons-nous profiter de ces recherches spécialisées pour mieux identifier les molécules responsables de nos préférences et mieux comprendre les mécanismes de détermination de nos profils alimentaires.

Menu « agricultures du futur » Inra au SIA 2014

Apéritif : Cocktail MATAHI

MATAHI  ©: Un projet économique, social, éco-responsable et humain. © MATAHI, MATAHI ©
© MATAHI, MATAHI ©
Naturel, éco-responsable, et plein d’énergie ! Boisson à base de baobab, fruit le plus énergisant : 7 fois plus d’antioxydants que dans la grenade, 20 fois plus de vitamine C que dans l’orange, 4 fois plus de calcium que dans le lait et 2 fois plus de fer que dans la viande rouge ! Le problème : sa pulpe est très sèche et fibreuse. Un vrai défi technique.

 Entrée : Salade de tomates GARANCE et ses filets de poissons ARRAINA 

TOMATE  Garance (Unité GAFLE). © DAMIDAUX René
© DAMIDAUX René
  • Variété dite hybride F1, structure génétique qui offre une vigueur intéressante pour l’agriculture biologique. Croquante puis fondante, parfumée, haute en couleur, résistante à huit maladies, riche en lycopène (pigment qui protègerait des maladies cardiovasculaires).
  • Saumon de l'Atlantique, carpe, truite arc-en-ciel, bar et daurade nourris de produits d’origine végétale. Avec pour objectif valider l’usage de microparticules ou nanocapsules pour l’apport de nutriments visant notamment les très jeunes et les géniteurs.
Saumon de fontaine. Espèce résistante à la septicémie hémorragique. © MARIE Didier
© MARIE Didier

 Plat : Pâtes aux légumineuses PASTALEG à la sauce TERRADOU 

Pâtes alimentaires. Spaghetti.. © Inra, SLAGMULDER Christian
© Inra, SLAGMULDER Christian
  • Pâtes riches en protéines et équilibrées en acides aminés indispensables. Elles sont également riches en fibres, en vitamine B1, en magnésium et en phosphore. Elles sont pauvres en lipides et en α-galactosides, substances caractéristiques des légumineuses et responsables de flatulences. - Index glycémique (IG) aussi bas que celui des pâtes au blé dur.
  •  Riche en lycopène et vitamine C, la tomate Terradou résiste à quatre maladies. Elle est dotée d’un taux très élevé en matière sèche, autrement dit moins riche en eau, ce qui permet un meilleur rendement de la transformation en industrie. La cuisson concentre le lycopène et conserve une partie des vitamines. Les préparations qui en sont issues pourront donc offrir une excellente qualité nutritionnelle.

Fromage : Pavé d'Affinois au lait STLO et baguette MIE’NUTIE 

Fromage de vache
© Inra, FROMAGERIE GUILLOTEAU
  • Fromage fabriqué à partir d’un procédé d’ultrafiltration du lait pour retenir les protéines solubles et les sels minéraux (Calcium et oligoéléments).
  • Élaborée à partir d’un mélange de variétés de blé dur, la farine obtenue se caractérise par une granulométrie inférieure à 200 µm, une forte capacité d’hydratation et de bonnes propriétés de façonnage.
Une farine de blé dur adaptée à la fabrication de Baguettes traditionnelles. © inra
© inra

Dessert : Compote MODERNE de fruits frais label OPTIFEL 

Pommes récoltées dans le verger de l'Unité Expérimentale Recherches Intégrées de Gotheron (UERI). © © INRA, SLAGMULDER Christian
© © INRA, SLAGMULDER Christian
  • Deux caractéristiques sensorielles majeures des purées de fruits, consistance et  granulosité, peuvent être directement contrôlées respectivement par la quantité d’insolubles (parois cellulaires au sein de la pulpe) et par la taille des particules de pulpe.
  • L'objectif d'Optifel : assurer une perception du goût adaptée aux préférences et attentes organoleptiques spécifiques aux séniors ; sur le plan santé, garantir une meilleure préservation des nutriments pendant le traitement de conservation ; sur le plan fonctionnel, faire face à la perte de capacités masticatoires par des textures adéquates.

Café : accompagné de son biscuit GENIAL 


Biscuit à faibles teneurs en matières grasses et en sucres, enrichi en protéines et en fibres.

Boissons : Vins "DQA" et Eau "GRENELLE" 

Vin de Corbières, AOC production INRA © INRA
© INRA
  • Vins de qualité à teneur réduite en alcool avec des raisins moins riches en sucre. La recherche se poursuit sur la création de levures, qui permettront une fermentation avec moins d’éthanol.
  • Eau de source préservée par la réorganisation territoriale entreprise à partir de 1987 afin de protéger les ressources en eau minérale de Vittel.
Bouteilles d'eau en plastique. © Inra, Yaskii - Fotolia
© Inra, Yaskii - Fotolia

 

Les agricultures du futur. © Inra

Les agricultures du futur

Demain, comment produirons-nous ? Que mangerons-nous ? Pour la 51e édition du Salon de l’agriculture, les équipes de recherche de l’Inra présentent aux visiteurs leurs travaux sur : « Les agricultures du futur ». Dossier >

Le colloque organisé par l'Inra au Salon international de l'agriculture 2014 porte sur la conception de systèmes agricoles innovants à hautes performances. En savoir plus >

Rencontres Inra SIA 2014. © Inra

Les rencontres du SIA 2014

Lors du Salon international de l'agriculture de 2014, les rencontres organisées par l'Inra à destination des partenaires portent sur des thématiques prioritaires de l'Institut en lien avec l'agriculture et l'alimentation. Huit de ces thématiques font l'objet de métaprogrammes qui fédèrent de nombreuses équipes de différentes disciplines. Deux autres rencontres traitent de l'agriculture de conservation et de l'agriculture biologique. Dossier >

Métier recherche © TOILLON Sylvie

Les métiers de la recherche ont de l’avenir !

Faites connaissance avec les femmes et les hommes de l’Inra qui travaillent chaque jour pour notre alimentation à venir à l’occasion du Salon international de l’agriculture du 22 février au 2 mars 2014. Dossier >

L’Inra organise le 25 février une conférence sur son stand « Le rendez-vous de l’emploi » afin de présenter la diversité de ses métiers ouverts dans des domaines très variés, à tous niveaux de diplômes du CAP au doctorat. Cette conférence s'adresse aux étudiants, formateurs ou conseillers d’orientation. En savoir plus >