Visuel dossier renconcontres SIA 2017. © Inra, Véronique Gavalda

Les rencontres du SIA 2017 : les domaines d'innovation

Rencontre Climat et agriculture : quels risques, quels conseils?

Cette rencontre embrasse la problématique de l'agriculture face au changement climatique : constat du réchauffement climatique et de ses implications humaines, conséquences passées et futures sur l'agriculture, leviers d'action.

Par Pascale Mollier
Mis à jour le 01/03/2017
Publié le 01/03/2017

Table ronde organisée par l'Académie d'agriculture de France (AAF), introduite par Philippe Mauguin, sur le stand de l'Inra au Salon international de l'Agriculture (SIA).

Avec des interventions de :

  • Jean Jouzel, climatologue du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) et académicien
  • Katia Laval, professeur émérite, Université Pierre et Marie Curie, sur le thème changement climatique et hydrologie
  • Nathalie de Noblet-Ducoudré, directrice de recherche au CEA et académicienne : Impacts du changement climatique sur l'agriculture
  • Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l'Inra : Leviers pour l'agriculture face au changement climatique

L'ensemble de ces interventions dégage trois étapes dans la réflexion :

Un constat

Un réchauffement climatique bien documenté par les travaux du GIEC, lié à l'augmentation d'émissions de gaz à effet de serre (en particulier CO2), majoritairement d'origine humaine.

Quelques chiffres :

  • Depuis les années 50, augmentation de 40% des émissions de CO2, élévation du niveau des mers de 3 mm  par an, augmentation globale des précipitations mais répartition différente dans le monde, augmentation des évènements extrêmes.
  • En France : augmentation de la température moyenne de 1 à 1,5°C depuis les années 50, augmentation de 0,6 à 1,3°C attendue entre 2021 et 2050, augmentation des épisodes de sécheresse dans le Sud et augmentation des précipitations dans le Nord.

Des conséquences sur l'agriculture

  • Stagnation des rendements pour le blé et le maïs depuis les années 90, attribuée en partie au changement climatique.
  • Changement de la phénologie : vendanges avancées d'un mois pour le Châteauneuf du Pape, vin plus sucré, moins acide, floraison plus précoce pour les fruits (poire, pomme).
  • pour les animaux d'élevage : impacts sur les ressources alimentaires (prairies, céréales) et augmentation de la pression parasitaire (maladies émergentes, en conséquence du changement climatique et de l'intensification des échanges).

Mention du SOERE Tempo : réseau national d'observation de la phénologie (Inra, CNRS, CEFE Montpellier).

Des leviers d'atténuation et d'adaptation

  • S'adapter à la variabilité interannuelle : avec des productions plus robustes et plus résilientes (diversification des cultures).
  • Analyse multicritères de la durabilité : mention de la plateforme Means.
  • Adapter les variétés et races grâce à l'amélioration génétique (phénologie, résistance au stress hydrique).
  • Limiter les émissions de GES en utilisant les légumineuses (économie d'engrais azotés donc limitation des émissions de N2O). Mention de l'étude Inra : 10 actions pour réduire les émissions de GES en agriculture.
  • Favoriser l'élevage à l'herbe et le stockage de carbone dans les prairies.
  • Favoriser le stockage durable du carbone dans le sol, grâce à la couverture du sol par les cultures intermédiaires, à l'agriculture de conservation, à l'agroforesterie, à la restauration des milieux dégradés. Initiative 4 pour mille, à l'échelle mondiale.
  • Plus globalement, aller vers des systèmes plus régulés naturellement, moins anthropisés et donc plus complexes, selon les concepts de l'agroécologie.