• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Agroécologie : de nouvelles voies de recherche pour les productions animales

Les chercheurs de l’Inra ont défini cinq principes pour réduire l’empreinte écologique  des systèmes d’élevage tout en maintenant leurs performances économiques. Ces principes ouvrent de nouvelles pistes de recherche pour fournir aux éleveurs de nouvelles stratégies de gestion. 

Vache et veaux AUBRAC.. © Inra, WEBER Jean
Mis à jour le 30/09/2014
Publié le 19/09/2013

Les productions animales, un monde négligé par l’agroécologie

Dès les années 80, le néologisme « agroécologie » est apparu dans la littérature scientifique pour désigner une discipline scientifique au carrefour de l'écologie et de l’agronomie. Aujourd’hui, l’agroécologie est considérée à la fois comme pratique agricole et comme mouvement social en réaction à l'intensification de l'agriculture. Elle s’inscrit dans un mouvement de fond autour du « Comment produire autrement », dans des systèmes de production où l’on cherche à concilier les performances techniques, environnementales, économiques et sociales. Néanmoins, malgré leur rôle moteur dans le changement d'usage des terres, les systèmes d'élevage n’ont pas été jusqu'ici été associés aux concepts de l’agroécologie.

 Cinq principes organisateurs

A partir d'une classification proposée dans le domaine de la protection intégrée des cultures, les chercheurs ont édicté cinq principes pour le développement d'une démarche agroécologique pour les productions animales. Ces cinq principes sont :
1) gérer de manière intégrée la santé animale, en favorisant la sélection génétique d’animaux plus résistants, en préservant la santé des animaux en améliorant les conditions d’élevage (respect du bien-être animal), en utilisant des plantes à tannins connues pour leurs propriétés anthelminthiques, des suppléments nutritionnels (prébiotiques, probiotiques), … un métaprogramme Inra est d’ailleurs dédié à cette thématique (Gisa1).
2) diminuer les ressources consommées, en améliorant l’efficacité alimentaire des animaux (sélection génétique), en utilisant des ingrédients favorisant la digestion des nutriments (enzymes d’origine naturelle, …), en utilisant les ressources non directement valorisables par l’homme (prairies et parcours) et en développant de nouvelles ressources alimentaires : sainfoin, sorgho, résidus des industries agro-alimentaires, ….   
3) réduire les pollutions en optimisant le fonctionnement des systèmes d'élevage, en utilisant les déjections animales pour fertiliser les cultures dans des systèmes intégrés, voire comme composant de la ration d’une autre espèce, …
4) renforcer la résilience des systèmes d'élevage grâce à la diversité des ressources et à la complémentarité des animaux, en diversifiant les sources de fourrages pour faire face aux aléas climatiques, en utilisant la complémentarité des trajectoires adaptatives des animaux au sein des troupeaux, …
5) préserver la biodiversité en adaptant les pratiques et en construisant les paysages de manière à assurer les services écosystémiques, par le maintien de la diversité floristique des prairies, des corridors écologiques, …

Des recherches interdisciplinaires

Les chercheurs travaillent actuellement sur les priorités de recherches relevant de l’agroécologie à l’échelle de l'animal et des systèmes d'élevage. Cette réflexion implique des chercheurs de différents départements de l’Institut (Physiologie animale et système d’élevage, Sciences pour l’Action et le Développement et Santé Animale).
Les métaprogrammes Gisa1 et Ecoserv2 offrent un cadre propice pour renforcer le caractère opérationnel de ces recherches et favoriser leur interdisciplinarité.
Sur le Centre de Clermont, les deux expérimentations systèmes, vaches laitières et ovins bio, conduites sur le site de l'Unité Expérimentale des Monts d'Auvergne, contribuent directement à nourrir ces réflexions. Les compétences disciplinaires complémentaires des unités Herbivores, Métafort, Epidémiologie Animale et Ecosystème Prairial seront mobilisées avec l'ambition que le Centre de Clermont devienne un pôle reconnu dans le domaine de l’agroécologie pour les productions animales.
1 : Gisa: Gestion Intégrée de la Santé Animale
2 :EcoServ : Services des Ecosytèmes, Agriculture et Forêt (pratiques et services des systèmes anthropisés agriculture, forêt, eaux)

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Auvergne - Rhône-Alpes

En savoir plus

  • Dumont B., Fortun-Lamothe L., Jouven M., Thomas M. & Tichit M., 2013. Prospects for agroecology and industrial ecology for animal production in the 21 century, Animal 7: 1028-1043.
  • Salon International de l’Agriculture 2013 – Rencontre: agroécologie

Autour du Sommet de l'élevage 2014

L'Inra est présent au Sommet de l'Élevage 2014 :