• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

S’autoriser des comportements peu vertueux après avoir réalisé de bonnes actions

Les chercheurs de l’unité LAMETA utilisent les outils de l’économie expérimentale pour étudier le phénomène de compensation morale qui consiste pour des individus à s’autoriser des comportements peu vertueux après avoir réalisé de bonnes actions.

Sur la  ROUTE  à vélo. © inra, FORMISANO Sophie
Mis à jour le 14/11/2014
Publié le 14/11/2014

Nous sommes constamment bombardés de messages nous encourageant à adopter des comportements plus vertueux : manger plus équilibré, faire plus d’activités physiques, recycler nos déchets, utiliser les transports en commun, faire un don aux associations caritatives, etc

Des recherches récentes, principalement en marketing et en psychologie, ont montré que lorsqu’un individu réalisait une bonne action, celle-ci pouvait avoir pour effet de le désinhiber, l’autorisant ainsi parfois à avoir des actions moins vertueuses. Ce comportement, a priori surprenant, est appelé « effet de compensation morale » (en anglais « licensing effect »).
En réalité, ce phénomène de compensation morale, souvent inconscient, s’observe dans de très nombreux secteurs de la vie quotidienne : le consommateur qui se permet de prendre un cornet de frites parce qu’il a opté pour un coca light ; celui qui se permet de remplir son caddy parce qu’il a fait un don à la banque alimentaire ;  le consommateur qui se permet d’augmenter sa consommation en énergie parce qu’il a déjà fait des économies d’eau.  Cette compensation morale fonctionne d’ailleurs dans les deux sens : c’est la fameuse situation du bouquet de fleurs qu’on offre pour se faire pardonner.

Mieux comprendre le phénomène de compensation morale

Cet effet comportemental de compensation morale a été relativement peu étudié en économie. A l’aide des outils de l’économie expérimentale, les chercheurs de l’UMR LAMETA montrent que cet effet est particulièrement important pour des domaines tels que la consommation alimentaire ou les comportements pro-environnementaux, au point parfois de remettre en cause l’efficacité de certaines politiques publiques.

Ils ont ainsi pu montrer qu’une action en faveur de l’environnement réduisait l’incitation à des comportements pro-sociaux. En revanche, si cette bonne action préalable est rémunérée, l’effet de compensation morale peut dans certains cas s’annuler.

Dans une autre étude expérimentale, il est montré que ce phénomène de compensation morale ne s’appliquait pas uniquement au comportement propre de l’individu, mais pouvait également s’étendre au jugement d’autrui : les individus deviennent plus indulgents vis-à-vis des actions injustes des personnes envers eux, si ces dernières ont commis auparavant des actes pro-sociaux.
D’autres recherches sont en cours pour mieux comprendre ce phénomène de « compensation morale ». Les connaissances acquises seront utiles aux responsables en charge des politiques publiques, tant en matière de politique nutritionnelle qu’en matière de développement durable. Elles le seront aussi aux responsables d’entreprises pour mieux comprendre le comportement des consommateurs.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Lisette Ibanez (03 83 39 68 64) UMR LAMETA INRA 2, place Viala,34060 Montpellier cedex1
Département(s) associé(s) :
Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Montpellier

En savoir plus

  • Clot, S., Grolleau, G., Ibanez, L., Ndodjang, P., 2014. “L’effet de compensation morale oucomment les « bonnes actions » peuvent aboutir à une situation indésirable”. Revue Economique,
    Vol. 65 (3), pages 557-572. 
  • Clot, S., Grolleau, G., Ibanez, L., 2013. "Self-Licensing and Financial Rewards: Is Morality For Sale?," Economics Bulletin, vol. 33(3), pages 2298-2306
  • Ndodjang, P. & Grolleau, G., Ibanez, L., 2013. "Do previous good deeds to a third party make people more tolerant of bad deeds against them? An experimental investigation," Economics Letters, vol. 121(3), pages 364-368.