• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Hiphen, le phénotypage haut débit des plantes au champ

Hiphen est une jeune société spécialisée dans le phénotypage rapide et le monitoring d'essais variétaux au champ. Elle valorise des méthodes et des dispositifs issus de recherches menées en partenariat entre Arvalis et l'Inra pour proposer des services auprès des semenciers, groupements de producteurs et autres acteurs de la sélection variétale.

phénotypage rapide et le monitoring d'essais variétaux au champ. © Inra, Alexis Comar
Mis à jour le 18/09/2017
Publié le 28/09/2015

La société Hiphen Integrated Plant Phenotyping Systems est née de la volonté de l’Inra et d’Alexis Comar, ancien doctorant Cifre à l’UMR Emmah Inra Avignon, de créer une entreprise pour exploiter les outils de caractérisation des cultures développés au sein de l’UMR Emmah et de l’UMT Capte.
Hiphen propose plusieurs produits, dont les développements sont de niveaux de maturité différents :

  • Pastis : système simple et robuste de mesure de transmittance sous couvert pour évaluer la quantité de feuilles. Le système est actuellement commercialisé.
  • Piéton : système portable de mesure de transmittance sous couvert, en cours de tests.
  • Phénomobile : il s’agit d’un robot qui porte un ensemble de capteurs (caméra RGB, Lidar, spectromètre), il peut ainsi automatiquement observer la végétation. Une première version développée par Arvalis et l’Inra pour les cultures basses est opérationnelle. Une seconde version et adaptée à une large gamme de cultures (maïs, tournesol, colza…) est en cours de développement par l’Inra dans le cadre du projet Phénome. Son coût est actuellement très important, il est donc envisagé d’être proposé par Hiphen sous forme de service intégré.

Airphen : le projet Airphen est composé d’un drone hexacoptère (développé par la société Atechsys - www.atechsys.fr) qui embarque une caméra multispectrale développée par l’Inra dans le cadre du projet Phénome, et testée par Hiphen. Pour le moment Hiphen opère directement, sous forme de prestation de service, avec le drone équipé de ses capteurs.

A terme, Hiphen proposera un système clé en main opérable directement par le client comprenant le vecteur drone, le capteur et la chaîne de traitement associée. L’objectif de l’année 2015 est de démontrer la pertinence de la solution drone.

Le marché visé par Hiphen est d’une part le phénotypage au champ au service des semenciers, groupements de producteurs et autres acteurs de la sélection variétale et d’autre part l’agriculture de précision. En effet les connaissances acquises dans le cadre du phénotypage pourraient être, à terme, utilisées dans l’aide à la décision, après calage des méthodes de caractérisation sur différents cultivars et mise au point d’algorithmes pour exploiter les images aériennes provenant de drone, ULM ou satellites.

La société, créée en 2014, a été lauréate du Trophée de l’intelligence alimentaire 2014 de l’AgroParc Avignon et du concours i-Lab 2014 catégorie « Aide à la création d’entreprise »

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Frédéric Baret (+33 4 32 72 23 63) Inra UMR-Emmah, UMT-Capte - 228 Route de l'aérodrome CS 40509 F-84914 Avignon, France
Société Hiphen :
Alexis Comar - Société Hiphen, 228 Route de l'aérodrome CS 40509 - 84914 Avignon
Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Provence-Alpes-Côte d'Azur

Entrevue avec Alexis Comar, co-fondateur d’Hiphen

Qu'est-ce qui a motivé votre esprit entrepreneurial ? Integrated plant phenotyping systems. © Inra
Integrated plant phenotyping systems © Inra

  • l’envie de concrétiser les travaux de recherches de l’UMT Capte pour qu’ils soient utilisés dans le monde professionnel,
  • l’envie de faire partie de la révolution numérique qui arrive en agriculture –
  • le goût pour l’innovation,

Qu'elle a été l'aide proposée par l'Inra ?
M. Bariteau, président du centre Inra Paca m’a proposé d’accueillir la spin-off dans les locaux de l’UMR Emmah en pépinière pour une durée de 3 ans. De plus, la direction de la valorisation de l’Inra en partenariat avec Inra Transfert m’a proposé de valoriser sous licence le brevet déposé par l’UMT Capte. Cela a permis à M. Baret d’apporter son concours scientifique à l’initiative grâce à la loi sur la recherche et l’innovation.

Avez-vous un conseil à donner aux futurs entrepreneurs ?
Il faut avoir beaucoup d’optimisme, beaucoup d’énergie et ne jamais se décourager. Et il faut se méfier des délais administratifs. C’est le plus grand des dangers qui guettent les start-up.

Quels enseignements tirez-vous de cette expérience ?
L’heure n’est pas encore au bilan mais à la construction!

l’UMT Capte

UMT CAPTE (Capteurs et Télédétection). © Inra
UMT CAPTE (Capteurs et Télédétection) © Inra
L'unité mixte technologique (UMT) Capte (Capteurs et télédétection pour caractériser l’état et le fonctionnement des cultures) rassemble des chercheurs, ingénieurs et techniciens de l’UMR Emmah ainsi que d’Arvalis - Institut du végétal à l’Inra d’Avignon. Les responsables de cette UMT sont Benoît de Solan pour Arvalis, Frédéric Baret et Martine Guérif pour l’UMR Emmah. L’objet de l’UMT Capte est de développer des outils d’acquisition et des méthodes d’utilisation de ces observations de l’échelle de la micro-parcelle (environ 10 m²) à celle de la parcelle agricole (environ 10 ha) pour contribuer aux trois leviers principaux de l’amélioration de l’efficience des grandes cultures :

  • la sélection variétale, au travers du phénotypage haut débit
  • l’expérimentation en conduite et systèmes de cultures
  • l’aide au pilotage des cultures en parcelles agricoles distribuées sur un territoire.