• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

VITAMFERO : des vaccins contre la toxoplasmose

VitamFero est une start-up spécialisée en vaccinologie anti-parasitaire. Basée à Tours, elle utilise une souche mutée du parasite Toxoplasma gondii, brevetée conjointement par l’INRA, le CNRS et l’Université de Tours, pour concevoir de nouveaux vaccins vétérinaires destinés, notamment, à prévenir la toxoplasmose ovine. Créée en 2005 et récompensée lors du Concours de Création d’Entreprise Innovante la même année, VitamFero travaille aujourd’hui sur plusieurs projets prophylactiques en santé animale, mais également en santé humaine.

Mouton Romane (INRA401).. © © INRA, CAUVIN Brigitte
Mis à jour le 18/09/2017
Publié le 07/05/2008

Une innovation INRA/CNRS/Université de Tours

L’histoire débute en 2002 dans le laboratoire d’immunologie parasitaire, de vaccinologie et de biothérapie infectieuse commun à l’INRA et à l’université de Tours. Les travaux du Pr Daniel Bout, menés en collaboration avec le CNRS, aboutissent à la création d’une souche mutée de Toxoplasma gondii, parasite responsable de la toxoplasmose ovine. Deux gènes à l’origine de la virulence du protozoaire, mic1 et mic3, sont éliminés par des techniques de biologie moléculaire ("Knock Out"). La mutation est stable et prévient tout risque de retour accidentel à la virulence. Le parasite muté obtenu déclenche chez son hôte une réponse immunitaire aussi efficace que la souche sauvage non-mutée sans toutefois engendrer les symptômes et signes cliniques habituels de la toxoplasmose. L’utilisation de cette nouvelle souche dans la fabrication de vaccin anti-toxoplasmose ouvre de nouvelles perspectives dans la lutte contre ce parasite responsable de nombreux avortement dans les troupeaux de moutons contaminés.

La toxoplasmose a des conséquences économiques très importantes pour les éleveurs de moutons, plus d’un million d’animaux sont ainsi perdus par an en Europe. C’est la cause principale d’avortement et de malformations d’agneaux. Une étude réalisée par l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) montre que la contamination du cheptel élevé en Europe est sous-évaluée et qu’aucun pays n’en est exempt. Il existe bien un traitement antibiotique contre T. gondii, mais qui ne détruit pas les kystes (spores) du parasite. Peu de vaccins sont à l’heure actuelle proposés, le marché de la vaccination anti-toxoplasmose vétérinaire présente une faible concurrence.

Des résultats valorisés par une création d’entreprise

Convaincu du caractère novateur de sa découverte, le Pr. Bout prend contact avec l’Incubateur de la région Centre pour valoriser ses résultats de recherche. Le potentiel de l’innovation présentée, dite "Toxo KO", convainc Pascal Breton de travailler à l’éventuelle création d’une entreprise qui se chargera de développer et d’exploiter cette nouvelle approche vaccinale. Les deux hommes vont alors porter ce projet en parallèle de leur carrière professionnelle. Le Pr. Bout poursuit sa carrière universitaire et Pascal Breton, son parcours en entreprise dans la région parisienne. Progressivement, le projet prend forme. En 2003, Daniel Bout et Pascal Breton décident de recruter un chercheur motivé par le programme de recherche en vaccinologie anti-parasitaire et par l’idée de participer à la création d’une entreprise. Edouard Sèche, à l’époque jeune étudiant chercheur en biologie moléculaire et aujourd’hui responsable du développement, adhère au projet avec enthousiasme. Ce poste est financé dans un premier temps par l’incubateur puis par l’Université de Tours.
A ce stade, les résultats obtenus chez la souris étaient particulièrement encourageants. En 2004, une demande de brevet est déposée conjointement par l’INRA, le CNRS et l’Université de Tours pour couvrir "Toxo KO", son procédé d’obtention et son utilisation dans la préparation de vaccins.

Dès 2005, l’équipe se renforce avec l’arrivée d’Alain de la Bigne qui assure les fonctions de Président et Directeur financier. Issu de l’industrie, ce dernier contribue à intensifier les efforts de recherche de financement. Cette année là, le projet est lauréat du Concours de Création d’Entreprises Innovantes et la société est officiellement créée en octobre 2005. Son nom Vitamfero, "je porte la vie" en latin, évoque l’engagement pour la protection de la vie prénatale.

Un soutien actif de la part d’Inra Transfert, filiale de l’Inra

Intervenant comme interlocuteur entre Vitamfero, d’une part, et l’INRA, le CNRS et l’Université de Tours, d’autre part, INRA Transfert, filiale de valorisation de l’Inra, est mandatée par les trois copropriétaires pour négocier et signer le contrat de licence avec la start-up. Ces discussions aboutissent à la conclusion, en 2006, d’un premier accord d’option de licence et, ensuite, en 2008, d’un accord de licence exclusive et mondiale portant sur le développement de vaccins contre la toxoplasmose et la néosporose.
Pour assurer dans de bonnes conditions le co-développement et la production des premiers vaccins vétérinaires ainsi que leur future distribution, VitamFero a rapidement recherché des partenaires industriels. En janvier 2008, un accord de sous-licence a ainsi été finalisé avec une entreprise de tout premier plan spécialisée dans le secteur vétérinaire. A noter que ces premiers produits ciblent des marchés de niches où il y a pour l’heure très peu de concurrence. Hébergée depuis 2005 au sein du laboratoire Inra/Université de Tours, VitamFero songe aujourd’hui à s’établir dans des locaux plus vastes.

Des perspectives de commercialisation à l’horizon 2010

Les recherches sur l’effet protecteur de la souche atténuée "Toxo KO" sont poursuivies par VitamFero en étroite collaboration avec le laboratoire Inra/Université de Tours, désormais sous la direction du Professeur Isabelle Dimier-Poisson, proche collaboratrice du Professeur Daniel Bout.
La technologie "Toxo KO" et ses évolutions présentent un potentiel extrêmement attractif en vaccinologie. Ainsi, les déclinaisons qu’elle autorise peuvent conduire à de nouveaux vaccins dirigés contre d’autres maladies parasitaires animales ou humaines causées par des agents infectieux de la classe des apicomplexes.
La vaccination des ovins et félins contre la toxoplasmose est une première étape de développement de VitamFero. Les premiers vaccins pourraient être mis sur le marché dès 2012.

Une start-up à la recherche d’investisseurs

Actuellement, VitamFero recherche des investisseurs qui lui permettraient de poursuivre et d’intensifier les phases de recherche et développement de ses futurs vaccins. VitamFero espère pouvoir tirer partie de son expérience et de son savoir-faire pour développer un vaccin humain contre la toxoplasmose, qui, lorsqu’elle touche des femmes enceintes séronégatives, peut être à l’origine de nombreuses malformations néonatales ou d’avortements.

Incontestable procédé innovant, la technologie "Toxo KO" offre des perspectives très intéressantes en santé animale et humaine.

 

Contact :

 © Import
© Import

Pascal Breton
VITAMFERO
25 Chemin de la Milletière
37100 Tours
pbreton61@aol.com

Edouard Sèche
Tel : 06 19 65 45 23
e.seche@vitamfero.com

Contact Inra :

Daniel Bout
UMR483 Immunologie parasitaire, vaccinologie et biothérapie anti-infectieuse
Université Tours - UFR Sciences pharmaceutiques
31 avenue Monge
37200 TOURS
Fax : 02 47 36 72 52
Tél : 02 47 36 71 83
bout@univ-tours.fr

Contact Inra Transfert :

Inra Transfert
Stéphanie Mercier
10 rue Vivienne
75002 PARIS

Tél: 01.55.35.26.30
mercier@paris.inra.fr
http://www.inra-transfert.fr/