• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Vers une nouvelle stratégie de lutte contre la coccidiose aviaire

Les chercheurs de l’Inra et de l’Université de Tours ont identifié de nouveaux composés anticoccidiens, efficaces in vitro, ciblant une aminoprotéase d’Eimeria tenella, nouvelle cible dans la lutte contre la maladie. Ces travaux ouvrent une nouvelle voie dans la lutte contre la coccidiose et la résistance aux anticoccidiens actuels.

coccidie. © inra, UMR ISP
Mis à jour le 02/03/2016
Publié le 12/01/2016

La coccidiose est une des pathologies majeures dans le monde de l’aviculture. Annuellement, cette maladie coûte à la filière plus de 2,4 milliards de dollars par an par pertes de production, traitements préventifs et curatifs.
La coccidiose aviaire est causée par sept espèces d’Eimeria, des protozoaires apicomplexes - comme l’agent responsable de la malaria ou celui de la toxoplasmose - qui colonisent de façon spécifique des zones de l’intestin du poulet.
Il est possible de lutter contre ces parasites soit en utilisant des vaccins, qui sont onéreux, soit en utilisant des molécules coccidiostatiques introduites quotidiennement dans l’alimentation. L’utilisation de ces molécules, seules ou en association, par rotations successives, permet de traiter les élevages de façon préventive ou curative. Mais depuis quelques années émergent des souches résistantes. Les mécanismes d’action des anticoccidiens actuels étant mal connus, le développement de nouvelles stratégies de lutte contre ces résistances est impossible. Il devient nécessaire d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques chez les Eimeria et de développer de nouvelles molécules anticoccidiennes.  

Identification d’une nouvelle cible thérapeutique …

Les chercheurs de l’équipe Apicomplexes et Immunité Mucosale (AIM) de l’unité Infectiologie et Santé Publique (ISP, UMR INRA – Université de Tours) par leurs travaux sur le développement d’E. tenella chez le poulet, ont mis en évidence la présence d’une aminoprotéase, nommée Et-ApN1 (de la famille M1 des métalloprotéases), pouvant être une cible thérapeutique potentielle. Les aminoprotéases sont des protéines enzymatiques capables de cliver d’autres protéines au sein d’une cellule. Elles sont associées à des fonctions cellulaires essentielles, et chez les apicomplexes, certaines de ces enzymes sont des facteurs de virulence parasitaires impliqués par exemple dans l’invasion cellulaire, l’échappement au système immunitaire…
En criblant une partie de la chimiothèque (des composés inhibiteurs de l’activité d’aminopeptidases) de l’équipe RICM (Recherche et Innovation en Chimie Médicinale, Université de Tours), les chercheurs ont identifié un composé polyhétérocyclique capable de stopper in vitro le développement d’E. tenella par interaction directe (démontrée) avec Et-APN1. Cette première molécule, nommée C36, non toxique pour les cellules du test in vitro, présente une efficacité de 15µM (concentration qui inhibe 50% de l’activité du parasite, IC50).

…qui peut être inhibée par de nouvelles molécules

Les chimistes de l’équipe RICM ont ensuite amélioré les performances de ce composé en réalisant des modifications de la structure de base (pharmacomodulation). En changeant les chaînes latérales de cette première molécule, les chercheurs ont obtenu un composé, nommé C36.04, avec une IC50 de 7,4µM. Il reste à confirmer si ce dérivé conserve la même cible que le C36. Ces composés ont fait l’objet d’une demande de brevet  (WO2015044348).
Les chercheurs souhaitent développer ces résultats de recherche en partenariat avec des industriels du secteur de la santé animale intéressés par le développement de nouveaux anticoccidiens actifs vis-à-vis de résistances classiques. Ainsi, la cible Et-ApN1 pourrait être utilisée pour le criblage des banques de molécules et/ou leurs dérivés.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Anne Silvestre (02 47 42 76 21) UMR1282 ISP - Site 213-INRA Centre Val de Loire,37380 Nouzilly
Département(s) associé(s) :
Santé animale
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire

En savoir plus

  • Thèse Simon Gras «Caractérisation des aminopeptidases N du parasite Eimeria tenella et implication en tant que cibles thérapeutiques de nouvelle génération pour lutter contre les coccidioses aviaires », soutenue le 6 décembre 2013
  • Thèse Laurence Silpa, « Synthèse de nouveaux composés pour la prévention et/ou le traitement des coccidioses aviaires » soutenue le 19 décembre 2014
  • Brevet WO2015044348  “Prevention and/or treatment of parasitoses induced by parasites from the apicomplexa phylum”