• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des gènes de résistance au portage de Salmonelle chez le poulet d’élevage

Pour protéger la filière avicole ainsi que les consommateurs des salmonelles pathogènes, la sélection de poulets résistants au portage est une voie que les chercheurs de l’Inra explorent avec succès. Une équipe du centre de Nouzilly a localisé des zones d’intérêt pour cette sélection sur le génome d’une lignée commerciale.

Poules en cage de contrôle individuel de ponte.. © Inra, WEBER Jean
Mis à jour le 17/07/2013
Publié le 11/01/2010

La sélection de poulets résistants à la salmonellose, maladie causée par les salmonelles, est une idée qui a longtemps été privilégiée. Cette sélection permettrait de limiter la létalité des épidémies et par conséquent les pertes économiques pour la filière avicole. Cependant cette résistance serait dangereuse pour le consommateur. Elle conduirait à accroître le nombre d’animaux porteurs sains, qui ne montreraient pas de signes cliniques d’infection et qui pourraient entrer dans la chaîne alimentaire. Pour ces raisons, la recherche s’est orientée vers la sélection d’oiseaux résistant au portage en renforçant leur aptitude génétique naturelle à éliminer les salmonelles.

Dans le cadre du projet européen SABRE (Sustainable Animal Breeding), les chercheurs de l’unité Recherche Avicole du centre Inra de Nouzilly ont travaillé à la localisation de petites régions du génome de poulet impliquées dans la résistance au portage. Dans une première phase du programme de recherche, ces petites régions nommées QTL (Quantitative Trait Loci) ont été localisées sur les chromosomes de lignées de poulet d’étude (génération F2 de croisement N x 61 White Leghorn). Ces poulets étaient volontairement contaminés avec des salmonelles (ingestion de 5 x 104 S. Enteridis). Puis pour évaluer la résistance au portage, une quantification des salmonelles était pratiquée au niveau du cloaque après 4 semaines et 5 semaines d’élevage ainsi que sur les caeca complets après abattage des animaux. En parallèle, des échantillons de sang ont été prélevés et l’ADN des animaux analysé (génotypage). Les scientifiques ont confirmé l’implication dans la résistance au portage de 2 zones sur les chromosomes 2 et 16.

Dans une seconde phase, les scientifiques ont montré que ces premiers résultats étaient transposables sur une lignée commerciale de poulet. Pour prouver que les mêmes régions chromosomiques, ainsi que d’autres régions également identifiées dans des lignées expérimentales, étaient impliquées dans la résistance au portage chez une lignée commerciale, les chercheurs ont utilisés un protocole proche du précédent (contamination, prélèvement, génotypage). Les régions chromosomiques cibles de la lignée commerciale étaient identifiées par des marqueurs microsatellites connus (LEI0258, MCW316…). Les microsatellites sont des zones contenant de très courtes séquences répétitives d’ADN et sont utilisés pour cartographier les chromosomes. Ces marqueurs ont été choisis en fonction de leurs positions génomiques, très proches de la position des QTL identifiés sur les chromosomes des lignées expérimentales.

La mise en relation des analyses bactériologiques et du génotypage par les microsatellites a montré que certaines régions génomiques sont impliquées dans la résistance au portage chez les deux types de lignées de poulets, mettant ainsi en évidence que des QTL de résistance au portage existent chez la lignée commerciale. L’étude de lignées expérimentales de poulet contribue donc à une meilleure connaissance du contrôle génétique de la résistance au portage chez les lignées commerciales.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Génétique animale
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire

En savoir plus

  • Calenge F., Lecerf F., Demars J., Feve K., Vignoles F., Pitel F., Vignal A., Velge P., Sellier N., Beaumont C. QTL for resistance to Salmonella carrier state confirmed in both experimental and commercial chicken lines. Animal Genetics, 2009, 40, 590-597
  • Projet SABRE (6e Programme Cadre) : http://www.sabre-eu.eu/