• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
couverture livre conserver grain apres recolte. © quae

La conservation des grains après récolte

Cet ouvrage est une véritable référence pratique pour tous ceux qui œuvrent sur le terrain pour réduire les pertes de grains intervenant après la récolte. Il aborde les différents aspects de la conservation des grains : ses caractéristiques, les méthodes et outils de sa conservation, les modes de stockage, les déprédations par les insectes ou les rongeurs, ainsi que les moyens de s'en prémunir.

Mis à jour le 06/07/2016
Publié le 04/07/2016

Lutter contre les pertes au stockage est une problématique essentielle de survie, partout dans le monde. Elle est encore plus cruciale lorsque le paysan voit ses efforts pour produire l'aliment récompensés par une bonne récolte, mais que l'étape suivante du processus, dite "post-récolte", est mal maîtrisée pour des raisons économiques, techniques ou climatiques.

Conserver le grain en bon état est pourtant le gage de :
- nourrir les communautés humaines sur l'année,
- resemer le champ l'année suivante grâce à des semences préservées,
- différer l'emploi de cette ressource, la transformer en un aliment conservable, ou en faire du commerce.

Produire une fois l'an... manger toute l'année

En moyenne, il est admis que 30 % de la production alimentaire brute du globe est perdue pour cause de mauvaises conditions de stockage, d'infestation par des insectes ou des moisissures, ou à cause de sa consommation par des animaux tels que des rongeurs. Ce sont des pertes, un gaspillage "post-récolte".

Cet ouvrage est un manuel opérationnel. Il regroupe aussi bien des connaissances anciennes que des savoirs plus récemment élaborés. Les pratiques ancestrales, dites "villageoises" ou "paysannes" y tiennent une bonne place. Il constitue une référence pratique, et il est principalement destiné aux terrains tropicaux. Car les conditions de stockage sont parfois précaires : chaleur et humidité se conjuguent pour déprécier les grains, voire les rendent toxiques, quand ce ne sont pas les insectes ou les rongeurs qui les soustraient en quantité et les déprécient en qualité.

Ce manuel sera utile aux ingénieurs et aux étudiants devant se pencher sur le grain stocké en pays tropical, ainsi qu'aux  personnes s'occupant de matériels ou de logistiques ayant trait aux récoltes. Edité dans la même collection, un ouvrage sur les semences le complète.

________________________________________

"La conservation des grains après récolte"

Editions Quae, CTA et Presses agronomiques de Gembloux, collection Agricultures tropicales en poche - 2016, 256 p., 25 € (16,99 € en édition numérique).
Sommaire disponible sur le site de Quae.

Les auteurs :
- Jean-François Cruz est chercheur au Cirad à Montpellier dans l’UMR QualiSud (Démarche intégrée pour l’obtention d’aliments de qualité). Il est spécialiste des technologies post-récolte des céréales tropicales.
- Joseph D. Hounhouigan, doyen de la Faculté des Sciences Agronomiques du Bénin, est professeur et enseignant-chercheur en sciences et technologie alimentaires à l’Université Abomey Calavi de Cotonou au Bénin.
- Francis Fleurat-Lessard est chercheur à l’Inra de Bordeaux dans l’unité Mycologie et Sécurité des Aliments. Expert international reconnu en protection intégrée des denrées alimentaires, il co-anime avec l’Acta le réseau mixte technologique Qualité sanitaire des productions végétales de grande culture (Quasaprove) depuis 2009*. Il a coédité plusieurs ouvrages collectifs sur les solutions alternatives à l’usage de pesticides et a reçu en 2014 la médaille d’or de l’Académie d’agriculture de France.
(avec la collaboration de Francis Troude)

En complément, sous la signature de Francis Fleurat-Lessard, les Editions-Quae et l'ACTA (instituts des filières animales et végétales pour la France) publiaient en 2015 :

"Résidus de pesticides dans les céréales alimentaires",

un livre sur les résultats du travail collectif mené dans le réseau Quasaprove (2008/2014-2018). Quasaprove a pour objectif d'améliorer la situation sanitaire en pré- et en post-récolte des productions végétales françaises (céréales, oléo-protéagineux, cultures légumières, filière cidricole et cultures biologiques).