• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
couverture livre etude CIPAN. © quae

Les cultures intermédiaires pour une production agricole durable

Commanditée par les Ministères de l'Agriculture et de l'Environnement, l'étude restituée dans l'ouvrage vise à évaluer l’efficacité des cultures intermédiaires pour piéger l’azote nitrique du sol durant l’interculture et avant son transfert vers les eaux. Elle synthétise aussi les services agronomiques et écologiques rendus par les cultures intermédiaires : bilan d'eau, érosion, gaz à effet de serre, impacts sur les ravageurs et  adventices...

Mis à jour le 27/02/2015
Publié le 19/09/2013

La présence de nitrate en excès dans les eaux de surface et les nappes phréatiques, due à une fertilisation azotée trop importante et à la production naturelle de nitrate par minéralisation des matières organiques du sol, constitue un double enjeu de santé publique et de protection de l’environnement. L’introduction d’une culture intermédiaire piège à nitrate (CIPAN) en interculture permet de piéger l’azote minéral du sol avant la période de drainage à l’automne, et de réduire les fuites de nitrate et la concentration nitrique de l’eau de drainage qui alimente les nappes. Dans quelles conditions peut-on mettre en place des CIPAN ? Comment évaluer leur potentiel agronomique et écologique en fonction des pédoclimats et des systèmes de culture français ? Quelle est leur efficacité pour réduire les pertes de nitrate, notamment dans les zones classées vulnérables pour la qualité de l’eau ? Quels sont les autres services environnementaux ?

C'est dans le cadre de la préparation du 5e programme d’action « directive européenne Nitrate » que l’Inra a fait le point des acquis, des incertitudes et des questions à approfondir sur la gestion de l’azote durant l’interculture. L’étude s’appuie sur une analyse bibliographique et sur l’utilisation de simulations. Elle démontre l’efficacité des CIPAN dans la plupart des situations. Elle évalue le niveau d’efficacité « piège à nitrate » en fonction des contextes pédoclimatiques et des pratiques, et dresse le bilan des éventuels impacts négatifs et des autres services écosystémiques : réduction de l'érosion hydrique, séquestration de carbone, impact sur les gaz à effet de serre, contribution au contrôle des adventices, maladies et ravageurs...

___________________________________

Editions Quae, collection Matière à débattre et à décider, 2013, 112 pages, 25,00 €