• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
couverture livre residus pesticides cereales alimentaires. © quae

Résidus de pesticides dans les céréales alimentaires

Les Editions Quae* et l'ACTA** publient un ouvrage d'un chercheur de l'Inra-Bordeaux sur les résidus de pesticides dans les céréales à destination de l'alimentation. Car produire des graines demande souvent l'emploi de pesticides, mais les conserver en silos en ajoute aussi, tel est l'enjeu du sujet traité.

Publié le 10/11/2015

Stocker des céréales pose de nombreux problèmes de conservation quant à la préservation de leurs qualités technologique, nutritionnelle, sanitaire, voire germinative s'il s'agit de semences. Il faut notamment lutter contre les attaques d’insectes qui les dégradent, déprédations auxquelles les professionnels répondent le plus souvent par une application de pesticides en silos. On sait par ailleurs que la durée de vie de ces molécules peut s'étendre bien au-delà de la période de stockage : de ce fait, on peut retrouver leurs traces dans des aliments à base de céréales. Protéger le consommateur, c'est bien la raison primordiale pour que des usages soient adaptés ou que des réglementations évoluent, qu'ils soient "au champ", dans la sphère de l'organisme stockeur de grains, ou pour l'échange des denrées sur les marchés internationaux.

"Pesticides or not pesticides"... et comment ?!

L'auteur, chercheur à l'Inra-Bordeaux est un expert internationalement reconnu pour ses travaux sur le stockage de graines, l'analyse des lots, les pratiques des professionnels ou la mise en oeuvre d'outils pour réduire l'emploi de produits phytosanitaires. Récemment, il participe et co-anime le réseau mixte technologique Quasaprove*** démarré en 2008 sur le sujet. Le document est co-édité par l'ACTA : pour minimiser les résidus de pesticides dans les silos, il faut -d'abord et avant tout- que la céréale récoltée sur un champ en contienne déjà le moins possible. Les structures qui accompagnent l'agriculture sont donc d'emblée concernées, et depuis plusieurs décennies.

Une première partie de l'ouvrage est consacrée au stockage "à l'abri des altérations", c'est-à-dire que les pertes soient minimisées en volume comme en qualités, donc en valeur ; il aborde aussi bien les insectes que les risques biologiques (mycotoxines). La partie médiane est dédiée aux insecticides dans la filière "du grain au pain" : leur persistance, les usages, la réglementation en vigueur, les analyses possibles selon les risques et l'évaluation bénéfice-risque. La dernière partie développe les solutions alternatives : elles sont en rapport avec le vocable de "lutte intégrée", c'est-à-dire "du bon usage de tous les moyens" pour contrer les agresseurs des grains stockés, c'est-à-dire en utilisant peu ou pas de pesticides, et en se fixant un seuil de nuisibilité acceptable. Dans ces derniers chapitres, sont abordés les leviers pouvant jouer vers moins de produits ajoutés dans ces filières : blé-pain, blé-pâtes, alimentation animale, orge-bière, autres céréales ou considérées comme telles (sarrasin...).

Dans l'ensemble du livre, le lecteur trouvera aussi bien les bases conceptuelles du sujet, que des outils de gestion ou d'aide aux prises de décisions. Pratiques, usages, évolutions possibles et coûts sont au cœur de cet ouvrage principalement destinés aux professionnels et aux étudiants.

* Partenaire de l'Inra pour l'édition
**ACTA, les instituts des filières animales et végétales
*** Le réseau mixte technologique Quasaprove (2008/14-2018) a pour objectif d’améliorer la situation sanitaire en pré- et post-récolte des grandes productions végétales françaises (céréales, oléo-protéagineux, cultures légumières, filière cidricole et cultures biologiques).

___________________________________________________________________

L'auteur :

Francis Fleurat-Lessard, chercheur Inra- Bordeaux dans l’unité Mycologie et Sécurité des Aliments, co-anime avec l’Acta le réseau Quasaprove depuis 2009. Il a coédité plusieurs ouvrages collectifs sur les solutions alternatives à l’usage de pesticides. Il a reçu la médaille d’or de l’Académie d’agriculture de France en 2014.

Référence :

"Résidus de pesticides dans les céréales alimentaires - Origine, devenir et gestion raisonnée"

Editions Quae, collection Savoir-Faire, co-édition Quae-ACTA - 2015, 160 p., 32,00 €. Sommaire sur le site de l'éditeur.