• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Devenir des oestrogènes dans les stations d’épuration

Les chercheurs du Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement de Narbonne ont étudié le devenir des oestrogènes dans les stations d’épuration, au cours de la méthanisation et du compostage. Réalisé sur une station expérimentale, ce travail de thèse a permis de définir les conditions techniques de ce suivi.

Station d'épuration d'eaux usées.. © Inra, BERTIN Jean
Mis à jour le 27/08/2013
Publié le 10/07/2009
Mots-clés :

Les oestrogènes sont parmi les principaux perturbateurs endocriniens transférés vers les milieux naturels via les eaux usées. Ils sont susceptibles de provoquer, à des concentrations de l’ordre du ng/L, des altérations de la croissance, du comportement et de la reproduction. Une des sources majeures de ces oestrogènes sont les êtres humains qui les excrètent naturellement via leurs urines. Il existe également des oestrogènes synthétiques utilisés comme contraceptif ou lors de thérapie. Toutes ces molécules se retrouvent donc dans les eaux usées urbaines.

L’objectif de ce travail de recherche était d’étudier le devenir de ces oestrogènes lors du traitement des eaux usées par les stations d’épuration urbaines. Les chercheurs ont étudié la dynamique et l’activité oestrogénique au niveau d'une station d'épuration en combinant des évaluations chimiques et biologiques. Ils ont abordé le devenir des oestrogènes et de diverses activités endocriniennes au cours de la méthanisation et du compostage des boues grâce à la validation d'une méthode analytique spécifique aux matrices solides. Enfin, ils ont caractérisé les bactéries impliquées dans le mécanisme de biodégradation des oestrogènes en combinant des méthodes de microbiologie classique et moléculaire : ils ont montré qu’il s’agissait de bactéries non cultivées ou déjà reconnues pour dégrader des oestrogènes et autres micropolluants.

Les résultats de cette étude montrent que, pour la station d’épuration étudiée, les oestrogènes sont efficacement éliminés par biodégradation au cours du traitement des eaux usées urbaines. Bien que faibles en quantité, les oestrogènes adsorbés sur les boues et leur toxicité associée persistent au cours de la méthanisation et du compostage.

Contacts scientifiques :

Mathieu Muller ou Jean-Philippe Steyer

INRA, UR050

Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement

Avenue des Etangs

11100 Narbonne

steyer@supagro.inra.fr

En savoir plus :

Ce travail de recherche a été soutenu financièrement par l’ADEME, le département "Environnement et Agronomie" et le département "Microbiologie et chaîne alimentaire" de l’INRA.

Le texte de la thèse est téléchargeable à l’adresse suivante :

http://www1.montpellier.inra.fr/narbonne/documents/Theses/MullerThese2008TI.pdf