• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Phénotyper le développement racinaire grâce aux rhizotrons

Analyser en continu et sans destruction les plantes en conditions contrôlées est aujourd’hui possible grâce aux technologies de phénotypage haut-débit. Plus spécifiquement, les rhizotrons permettent de caractériser la morphométrie du système racinaire de plantes, isolées ou en association, ainsi que les interactions entre plantes et micro-organismes du sol. L’Inra et son partenaire, la société Inoviaflow ont breveté un tel dispositif.

L’Inra et son partenaire Inoviaflow ont breveté un dispositif d’analyse morphométrique du système racinaire des plantes : les rhizotrons. © Inra
Mis à jour le 08/01/2018
Publié le 17/10/2017

Description du dispositif des rhizotrons

En collaboration avec la société bourguignonne Inoviaflow, l’Inra a développé des rhizotrons (ou rhizotubes) permettant de phénotyper en continu et durant leur croissance, un grand nombre de plantes. Ainsi, sur la plateforme 4PMI (Phenotyping Platform for Plant and Plant Microorganisms Interactions) de Dijon, plus de 1200 plantes par jour peuvent être caractérisées sur un grand nombre de paramètres, de manière automatisée, en milieu parfaitement isolé et contrôlé au niveau microbiologique. Ce système breveté est constitué de deux lames de verre, entre lesquelles sont placées la plante et la terre, ce qui permet d’observer in situ les systèmes racinaires et l’interaction des végétaux avec les micro-organismes pathogènes ou mutualistes du sol. Très peu étudiées auparavant, car difficiles d’accès, ces interactions le sont désormais grâce à ces nouveaux outils. Elles constituent un déterminant majeur de l’adaptation des plantes à l’environnement et aux systèmes de cultures. Il permet, par exemple, de visualiser à la fois le développement et la croissance du système racinaire et leur modulation en réponse à des variations environnementales abiotiques (e.g. disponibilité en nutriments ou en eau, enrichissement en dioxyde de carbone atmosphérique…) ou biotiques (interactions avec les micro-organismes telluriques en particulier symbiotiques). Actuellement, le système a été testé avec succès sur une vingtaine d’espèces (blé, pois, tournesol…) soumises à différentes conditions environnementales (contraintes hydriques, nutrition azotée contrastée etc.).

Des rhizotrons pour étudier les caractères d’intérêt agronomique et tester l’effet de molécules  sur le développement racinaire

Ces dispositifs permettent l’identification et la caractérisation des déterminants génétiques impliqués dans les traits clés permettant d’améliorer la réponse des plantes cultivées aux stress environnementaux et leurs interactions avec les micro-organismes de la rhizosphère. Cet ensemble est indispensable pour (i) renforcer les approches de génétique quantitative ou d’association (reposant sur de grands effectifs de plantes) pour les caractéristiques des racines, (ii) permettre un phénotypage plus précis des réponses de différentes génotypes aux contraintes environnementales, et (iii) caractériser des interactions entre les microorganismes de la rhizosphère et le système racinaire. Il permet ainsi d’alimenter les recherches sur les déterminants génétiques impliqués dans les traits agronomiques d’intérêt pour les programmes de sélection. Par ailleurs, les Rhizotubes permettent aussi de tester différentes molécules pour la nutrition des plantes, le biocontrôle ou la biostimulation et d’évaluer l’impact de ces molécules sur la croissance et le développement racinaire.

Les perspectives d’évolution offertes par la technologie des rhizotrons

Ces Rhizotubes sont maintenant distribués par trois entreprises : Inoviaflow qui les a développés avec l’Inra, QUBIT et Phenotrait. De nouveaux rhizotrons sont en cours de développement avec les entreprises en fonction de leurs besoins propres, en particulier des rhizotrons couplés à la technique d’hydroponie.

Ces résultats de recherche ont été obtenus par l'UMR Agroécologie, l'un des 14 laboratoires membres de Plant2Pro.
Pour cette innovation, Christophe Salon, directeur de recherche Inra, vient de recevoir le 3ème prix FIEEC, remis à l’occasion des rendez-vous Carnot le 19 octobre 2017. En savoir plus

.. © Inra
© Inra

En savoir plus

Publication :

Jeudy, C., et al. (2016). RhizoTubes as a new tool for high throughput imaging of plant root development and architecture: test, comparison with pot grown plants and validation. Plant Methods, 12. DOI : 10.1186/s13007-016-0131-9

Brevet en co-dépôt Inra - Innoviaflow EP 2679088 A1

Rhizotron et utilisations de celui-ci
La présente invention est relative à un rhizotron (10) comportant :

  • une paroi interne (12),
  • une paroi externe (13), définissant avec la paroi interne (12) un espace de propagation racinaire (11), destiné à recevoir un substrat,
  • au moins un logement (45) en partie supérieure pour supporter, indépendamment de la présence de substrat dans l'espace de propagation racinaire (11), une semence, ce logement (45) communiquant avec l'espace de propagation racinaire.

A propos de

Plant2Pro®

Logo Institut Carnot Plant2Pro. © Inra, INRA
© Inra, INRA

L’institut Carnot Plant2Pro® propose une offre R&D intégrée et pluridisciplinaire « du laboratoire au champ » dédiée aux productions végétales agricoles.

Plant2Pro® regroupe 14 laboratoires de recherche académique et 3 instituts techniques agricoles pour accompagner les entreprises et stimuler l’innovation et le transfert dans les domaines de l’innovation variétale, de la protection des cultures et du biocontrôle, de l’agronomie, des systèmes de cultures et de l’agriculture de précision, à travers notamment les applications du numérique.

Contact : Alice VALLES, Chargée d’Affaires du Carnot Plant2Pro ; Tel : +33 (0) 1 42 75 92 49 ;
plant2pro@instituts-carnot.fr
INRA Transfert, 28 rue du Docteur Finlay, 75015 Paris

Suivez-nous sur Twitter : @Plant2pro 

 http://www.instituts-carnot.eu/fr/institut-carnot/plant2pro et prochainement sur notre site web

Le réseau Plant2Pro®:

1 300 chercheurs et ingénieurs
300 doctorants et post-doctorants
14 Laboratoires de Recherche
3 Instituts Techniques Agricoles
23 plateformes technologiques
8 Centres de Ressources Biologiques

Chiffres clés 2016 :

506 contrats de recherche avec 238 acteurs privés
837 publications de rang A
13 brevets déposés