• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le tournesol : une culture pour le futur

Les atouts du tournesol sont multiples et variés : huiles alimentaires, alimentation animale, alternative aux produits dérivés du pétrole... Au cœur de la première région française productrice de cette culture, la région Midi Pyrénées, l’Inra vient d’inaugurer un pôle de recherche en agrogénomique pour l’amélioration de la compétitivité de cette culture.

Capitule de tournesol.. © Inra, CARRERAS Florence
Par Sophie Chaveroux
Mis à jour le 08/10/2017
Publié le 21/02/2013

La culture du tournesol offre des débouchés diversifiés :

Alimentation humaine

Les huiles, valorisation principale des graines de tournesol - plus de 80% de la valeur de la graine - jouent un rôle nutritionnel fondamental dans l’alimentation humaine, comme apport essentiel d’énergie et d’acides gras dans la ration alimentaire quotidienne. Riche en vitamine E anti-oxydante et en acide gras essentiels, l’huile de tournesol est particulièrement bénéfique pour la santé humaine.
La consommation d’huile végétale en France a plus que doublé ces 30 dernières années et la part de l’huile de tournesol, déjà importante depuis la fin des années 70, n’a cessé de progresser depuis à un rythme soutenu.

Alimentation animale

Les tourteaux de tournesol, résidus solides obtenus après extraction de l’huile des graines, constituent une importante source de protéines pour l’alimentation animale. Dans un contexte de demande supérieure à l’offre au niveau européen, (comblée notamment par l’importation d’importantes quantités de tourteaux de soja), le tournesol contribue de façon non négligeable à réduire le déficit européen dans ce domaine. Des investissements industriels significatifs sont d’ailleurs en passe d’être réalisés pour accroître la valorisation de cette composante de la graine.

Chimie verte

Les huiles végétales et leurs dérivés, biodégradables et d’origine renouvelable, possèdent des propriétés sol¬vantes, hydrauliques, lubrifiantes, émollientes ou tensioactives, qui leur confèrent un intérêt croissant pour remplacer les produits dérivés du pétrole.
On les retrouve dans les produits de grande consommation (savons, crèmes, rouge à lèvre, mousse à raser, produits d’entretien) ou industriels (encres d’imprimerie, fluides hydrauliques ou lubrifiants).
Certaines fractions de la plante entière de tournesol peuvent aussi être utilisées comme alternative à des matériaux issus de la pétro-chimie ou comme agromatériaux pour le bâtiment, avec des propriétés isolantes supérieures aux matériaux isolants classiques.
Les débouchés dans ce domaine sont donc variés et de nombreuses pistes restent encore à explorer.

Une culture écologique

Le tournesol est une culture qui nécessite peu d’interventions phytosanitaires, notamment grâce aux programmes d’amélioration génétique pour la résistance aux différents bio-agresseurs (mildiou, phomopsis, sclerotinia, ...) qui ont permis de limiter les traitements. Ainsi les applications phytosanitaires requises pour une conduite de culture optimale restent très modérées : un ou deux passages pour le désherbage, au plus un traitement fongicide, voire exceptionnellement un traitement anti-pucerons.
De plus les besoins totaux du tournesol en azote sont globalement faibles en comparaison d’autres plantes majeures de grande culture (blé, maïs, colza) car son enracinement profond permet une exploitation optimale du sol qui couvre au moins 50 % de ses besoins.
Enfin le tournesol présente de très bonnes capacités de résistance à la sécheresse comme l’ont encore démontré ces dernières années marquées par d’importants déficits hydriques estivaux. Ain¬si le tournesol est capable d’aller puiser l’eau en profondeur grâce à sa longue racine pivotante, il peut également adapter son cycle de développe¬ment en fonction de la disponibilité de l’eau.

De nombreux atouts agronomiques

Utilisé dans le cycle de rotation, le tournesol offre les conditions optimales d’implantation aux céréales d’hiver. Il permet la lutte contre certaines graminées et surtout, il assure une rupture du cycle des maladies des céréales (fusariose, piétin, etc ) Ainsi on observe que le rendement du blé suivant une culture de tournesol est augmenté d’environ 15%.

Mais des points qui peuvent être améliorés…

Malgré de nombreux atouts, le tournesol reste une culture insuffisamment compétitive. En dépit d’un progrès génétique certain, le gain de productivité s’est ralenti depuis 20 ans. La compétitivité de la culture passera nécessairement par une amélioration de la stabilité de production.
Par ailleurs le tournesol est une culture traditionnellement conduite sur des milieux à fortes contraintes et son programme de sélection inter¬national est relativement jeune. Il y a donc un réel potentiel d’amélioration des qualités agronomiques de la plante, notamment par l’exploitation plus raisonnée des ressources génétiques sauvages.