• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Tiques. Femelles Ixodes ricinus © Gwenaël Vourc'h

Réservoir de recherches, vecteur de solutions : rôle clé de l'Inra sur les maladies à tiques

Portrait d’une tique

On trouve des tiques absolument partout dans le monde. Près de 900espèces différentes sont à ce jour recensées. Les scientifiques de l’Inra les étudient pour leur rôle dans la transmission de maladies, en particulier la maladie de Lyme. Au niveau mondial, les tiques sont le deuxième vecteur de pathologies pour l’Homme et le premier chez l’animal.

Mis à jour le 19/05/2017
Publié le 05/05/2017

Différentes stades de la tique Ixodes ricinus : larve, adulte femelle et mâle.
Différentes stades de la tique Ixodes ricinus : larve, adulte femelle et mâle.

La tique est un arthropode hématophage. Elle se nourrit de sang et a 4 stades de développement : œuf, larve, nymphe, adulte mâle et femelle. Les larves, nymphes et femelles piquent l’Homme ou les animaux. En France, plusieurs espèces ont une grande importance en santé publique et vétérinaire. Ixodes ricinus, vecteur de la maladie de Lyme, est la plus importante car la plus abondante distribuée quasiment sur tout le territoire. Elle aime les forêts, jardins, prairies, pâtures avec animaux (chevreuils, vaches, chevaux). Ses saisons préférées sont le printemps et l’automne.

La tique mange sur tout ce qui bouge !

Ses hôtes sont tous les animaux sauvages : oiseaux, petits rongeurs, gros mammifères - sangliers, cervidés et les animaux domestiques – bovins, ovins, chevaux, chiens, chats…

Repas de sang

Imaginez : la faim tiraille une larve dans le sol. Elle grimpe donc sur un brin d’herbe et se met à l’affût attendant qu’un hôte passe à côté d’elle. Elle le détecte grâce à un système de repérage, l’organe de Haller (organe sensoriel, unique chez les arthropodes), des capteurs de gaz carbonique situés sur sa première paire de pattes. Elle se jette alors sur l’animal ou l’Homme pour prendre son repas sanguin. Il peut durer longtemps, trois à quatre jours. Une fois gorgée (le volume d’une larve peut se multiplier par 50), elle se détache, tombe dans la végétation pour retrouver l’humidité dont elle a besoin, et mue pour devenir une nymphe. Le cycle recommence. Le repas de la nymphe sera encore plus long, cinq à sept jours. Puis la nymphe tombe, mue pour donner un adulte, etc. Chez les adultes, seule la femelle prend son repas sanguin, le mâle n’est là que pour assurer l’accouplement. Mais les femelles ont besoin d’être fécondées pour faire des repas complets qui leur permettra de pondre. Mâles et femelles s’accouplent donc soit avant la fixation de la femelle, soit pendant le repas de sang. Le repas terminé, la femelle tombe de l'hôte et pond ses œufs dans la végétation. Elle meurt, le mâle aussi.

Les tiques ont un cycle complexe, avec plusieurs hôtes successifs. Modifié d'après Gray et Nernario. © Inra
Les tiques ont un cycle complexe, avec plusieurs hôtes successifs. Modifié d'après Gray et Nernario © Inra

La morsure d’une tique est indolore car la tique injecte des substances anesthésiantes dans la peau. Elle peut rester accrochée à son hôte et se gorger de sang pendant plusieurs jours… La tique n’a ni yeux ni tête mais est pourvue d’un rostre qui pénètre la peau comme un harpon. En même temps que les substances anesthésiantes, la tique sécrète une sorte de colle qui l’aide à maintenir le rostre à l’intérieur de la peau. Voilà pourquoi il ne faut pas tirer sur la tique pour l’enlever, car ainsi on risque d'arracher les pièces buccales du reste du corps de l’acarien. Il faut tourner, dévisser la tique (avec un tire-tiques ou avec ses doigts) et bien se désinfecter après.

Transmission des microbes

La larve au cours de son premier repas sanguin peut s’infecter elle-même par des microbes présents dans le sang de son hôte. Elle transmet ensuite ses microbes au deuxième hôte (animal ou homme) et va ainsi pouvoir transmettre des maladies. Certains microbes (mais pas ceux responsables de la maladie de Lyme) se transmettent de la femelle adulte aux larves qui peuvent alors infecter les hôtes lors de leur repas.
La faune sauvage, en particulier les rongeurs et les oiseaux, mais aussi les cervidés jouent un rôle important dans le cycle des tiques et des maladies à tiques parce qu’ils peuvent nourrir un très grand nombre de tiques. En effet, un chevreuil peut « héberger » jusqu’à plusieurs centaines de tiques. Les tiques sont des vecteurs car elles véhiculent les microbes de la faune sauvage à l’Homme ou l’animal.

Parmi les maladies transmises par les tiques chez l’Homme, deux sont bien connues des médecins : l’encéphalite à tique, très fréquente en Europe du Nord-Est (quelques cas par an en France). La deuxième est la maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, vectorisée par au moins cinq espèces de tiques appartenant au complexe burgdorferi sl. Quelques jours après la morsure de tique, un érythème migrant (halo rouge caractéristique sur la peau) peut apparaître autour du point de morsure et s’étendre. À ce stade, un traitement antibiotique permet d’enrayer la maladie. En l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être très invalidantes. D’où l’importance d’un diagnostic rapide après une morsure par des tiques. La maladie de Lyme n’est pas une maladie à déclaration obligatoire. Le nombre de nouveaux cas est estimé à 30 000 par an par Santé Publique France (SPF).

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Muriel Vayssier-Taussat, chef du département scientifique Santé animale
Département(s) associé(s) :
Santé animale