Différentes variétés de tomates © Frederic Combes, Fotolia

La tomate, les défis du goût

Par Géraud Chabriat
Mis à jour le 21/02/2014
Publié le 18/01/2013

Cœur de bœuf ou cerise ? Croquante ou fondante ? Sucrée ou acide ? Vous l’aimez comment votre tomate ?

La question suscite des réponses aussi variées que tranchées. Elle illustre bien une des difficultés majeures de l’amélioration de la qualité sensorielle (ou organoleptique) des fruits et légumes : comprendre, en parallèle du fonctionnement de la plante, les perceptions et les attentes des consommateurs afin d’orienter les pistes de recherches.
Comment retrouver le plaisir simple de manger des fruits et légumes savoureux ? Dans cette quête qui mène de la sensation à la consommation, la tomate tient un rôle à part. Il va bien au-delà de son importance dans notre régime alimentaire.
Pour la communauté scientifique internationale, elle est en effet devenue le modèle d’étude qui sert à comprendre les bases biologiques très complexes des caractères de qualité aussi bien chez ses espèces cousines que pour tous les fruits charnus. Cette importance scientifique est reflétée par l’ampleur du dispositif pluridisciplinaire consacré par l’Inra à la qualité sensorielle de la tomate.
Ce dossier consacré à la tomate souligne, à travers cet exemple, l’ampleur de l’implication de l’Inra dans l’amélioration de la qualité des fruits.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Mathilde Causse, unité Génétique et amélioration des fruits et légumes (GAFL).
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Provence-Alpes-Côte d'Azur