• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Marché alimentaire à Udaipur, Rajasthan,  INDE . © LE BASTARD Rémi

Nourrir les hommes durablement

Des initiatives pour gaspiller moins

De la méthanisation pour réduire les déchets agricoles à la réduction du nombre de portions dans les cantines scolaires, différentes solutions et projets se développent pour réduire pertes et gaspillages à tous les niveaux de la chaîne alimentaire.  

Mis à jour le 14/02/2013
Publié le 17/01/2013

Améliorer l’efficacité du recyclage en amont pour valoriser les déchets agricoles est la piste que travaillent de nombreux acteurs agricoles. © HOUOT Sabine
Améliorer l’efficacité du recyclage en amont pour valoriser les déchets agricoles est la piste que travaillent de nombreux acteurs agricoles. © HOUOT Sabine
Une nouvelle organisation alimentaire

Améliorer l’efficacité du recyclage en amont pour valoriser les déchets agricoles est la piste que travaillent de nombreux acteurs agricoles. Les matières premières agricoles non consommées, peuvent une fois transformées alimenter les animaux. D’autres solutions permettent de recycler les résidus de récolte pour en extraire de l’engrais ou de l’énergie. La filière méthanisation par exemple, produit du biogaz à partir de déchets agricoles ou agroalimentaires. Le compostage, lui, récupère les déchets verts pour produire de l’engrais.
Dans le secteur de la distribution, les acteurs réfléchissent également à réduire leurs pertes. Les distributeurs installent des brumisateurs sur les étals de fruits et légumes pour allonger leur durée de vie ou, pour ne pas perdre trop le pain qui sèche vite, cuisent des baguettes sur place au fur et à mesure des besoins. Barbara Redlingshöfer de l’Inra, qui a contribué à la prospective Inra-Cirad DuALIne détaille : « d’autres initiatives voient le jour comme le Réseau des épiceries solidaires (Andes) qui propose des ateliers de transformation des fruits et légumes abîmés en compotes ou soupes en partenariat avec les marchés de vente en gros de Rungis et Saint-Charles Perpignan. Par ailleurs, des liens entre les banques alimentaires et la distribution se développent. Mais il ne faut pas voir le don alimentaire comme "LA" solution au gaspillage, mais comme dernier recours s’il n’a pas été possible de maintenir les denrées dans la commercialisation ».
En restauration scolaire, un décret impose depuis 2011 des recommandations sur les tailles des portions. En maternelle et primaire, des expériences sont également faites avec des plateaux à quatre composantes au lieu de cinq en conservant un bon équilibre nutritionnel.
Des campagnes de sensibilisation ont été mises en place par des associations comme France nature environnement, "Gaspillage alimentaire" et le ministère en charge de l’Alimentation, "Stop au gaspillage alimentaire !" donnant des astuces aux ménages pour mieux conserver leurs aliments, accommoder les restes.