• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
ARABIDOPSIS THALIANA

Mutations spontanées ou provoquées chez les végétaux

Mécanisme, origines et utilisations des mutations chez les végétaux

Les mutations sont au cœur de l’existence même de l’évolution et de l’adaptation des espèces aux variations de leur environnement. Dans la nature, le matériel génétique de tous les êtres vivants est sans cesse l’objet de modifications.

Par Direction scientifique et agriculture
Mis à jour le 28/05/2013
Publié le 13/10/2011



Les mutations peuvent concerner différents niveaux, soit les bases nucléotidiques, les chromosomes ou l'ensemble du génome. Elles sont qualifiées de "ponctuelles" quand le changement ne porte que sur la nature d'une seule base nucléotidique (substitution, insertion ou délétion). Des inversions ou des duplications de séquences entières peuvent modifier l'ordre de gènes au sein d’un chromosome, voire le nombre de copies de certains gènes dans le génome.

L'apparition d'une mutation n'entraîne pas systématiquement sa fixation au sein d'une lignée d'individus. Il existe en effet des systèmes de réparation de l’ADN. De plus, pour les espèces disséminées par graines, seules les mutations de l'ADN porté par les cellules reproductrices sont héritées. Par ailleurs, la redondance du code génétique fait qu’une part importante des mutations ponctuelles sont silencieuses et par suite n’entraînent pas de modifications phénotypiques. Mais certaines mutations confèrent aux individus un avantage sélectif ou un caractère recherché par l’Homme révélé dans des conditions particulières du milieu.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Christian Huyghe, direction scientifique et agriculture