• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
ARABIDOPSIS THALIANA

Mutations spontanées ou provoquées chez les végétaux

Origine spontanée de la mutation

Les mutations spontanées responsables de traits agronomiques d'intérêt chez les végétaux - par exemple le nombre de grains présents sur un épi de blé - sont exploitées par l'Homme depuis le début de la domestication . Elles constituent la base de la sélection génétique en agriculture.

Par Direction scientifique agriculture
Mis à jour le 28/05/2013
Publié le 13/10/2011

Pour un gène, la fréquence des mutations spontanées est faible. Pour une espèce donnée, le nombre de mutations spontanées identifiées augmente avec la taille de la population et le nombre d’observateurs susceptibles de les sélectionner. Ceci explique la grande diversité décrite chez les espèces potagères, fruitières et horticoles où les jardiniers se sont attachés à trier et conserver les variations spontanées observées. Tel n’est pas le cas pour d’autres espèces végétales.

Brocoli, chou-fleur et chou Romanesco sont des mutants spontanés du chou sauvage qui diversifient notre alimentation. Il existe un très grand nombre de mutations spontanées pour toutes les espèces. Le facteur limitant est souvent la capacité des humains à les détecter et à les conserver. Historiquement, les jardiniers ont cherché à conserver et à valoriser toutes les variations qu'ils observaient. C'est pour cela que l'on a aujourd'hui plus de mutations en potagères.© Inra, B. Nicolas, V. Chable. © Inra
Brocoli, chou-fleur et chou Romanesco sont des mutants spontanés du chou sauvage qui diversifient notre alimentation. Il existe un très grand nombre de mutations spontanées pour toutes les espèces. Le facteur limitant est souvent la capacité des humains à les détecter et à les conserver. Historiquement, les jardiniers ont cherché à conserver et à valoriser toutes les variations qu'ils observaient. C'est pour cela que l'on a aujourd'hui plus de mutations en potagères.© Inra, B. Nicolas, V. Chable © Inra

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Christian Huyghe, direction scientifique agriculture