• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
TROUPEAU  d'ovins de race mérinos d'Arles - Domaine du Merle, Salon-de-Provence (Bouches du Rhône). © Marc VINCENT

Sélection animale : Comment ? Pourquoi ? Par qui ?

Le séquençage des génomes d’animaux d’intérêt agronomique

Les premiers animaux domestiques dont le génome ait été séquencé sont dans l'ordre : la poule, le chien, la vache, le cheval et récemment le porc. A quoi sert de séquencer ces génomes ? Pourquoi avoir choisi ces animaux plutôt que d'autres ? Quelles sont les attentes des chercheurs et celles de la société ? Selon les animaux séquencés ou en cours de séquençage, les réponses à ces questions diffèrent parfois.

Mis à jour le 29/01/2013
Publié le 20/05/2010

Etant donné le coût des programmes engagés, la production de connaissances nouvelles, motivation première de la recherche, n’est plus la seule motivation. La mise en œuvre des projets de séquençage doit également tenir compte des retombées économiques qui s'en suivront.

Le génome de la poule

Poule Vedette Inra. © Inra, INRA
Poule Vedette Inra © Inra, INRA
En 2004, la séquence du génome de la poule est rendue publique.

Pourquoi avoir choisi la poule comme premier animal d'élevage ? Tout d’abord, parce qu’après plusieurs mammifères et quelques poissons, il devenait déterminant de s’attaquer au séquençage du génome des oiseaux. La poule était un parfait candidat car on disposait déjà de divers outils pouvant en faciliter le séquençage et son intérêt agronomique est très important. De surcroît, c'est un modèle expérimental pour la recherche biomédicale en immunologie et en biologie du développement.

A l'heure actuelle, le fait de disposer de la séquence complète de la poule permet d’étudier le fonctionnement du génome d'autres espèces d'oiseaux, comme la caille ou le canard pour ne citer que des espèces d’élevage.

Le génome du chien

En 2005, le génome d'un chien, un boxer femelle âgé de 12 ans, est séquencé.

Le chien intéresse les chercheurs par la diversité génétique qui existe au sein de cette espèce. Il faut savoir qu'aujourd'hui, 350 races de chiens existent. Celles-ci sont très différentes les unes des autres, alors qu’à l'intérieur d'une même race, les chiens se ressemblent beaucoup. On espère ainsi en apprendre davantage sur les liens entre les gènes et leurs expressions (pelage, taille, etc.).

Contrairement aux espèces d’intérêt agronomique comme la poule ou la vache, le séquençage du génome du chien se justifie principalement par son intérêt en tant que modèle expérimental de maladies humaines. Sur le plan médical, l'espèce canine est l’une des mieux connues, après l'espèce humaine. On doit ces connaissances développées au coût investi par les particuliers dans les soins de leurs animaux de compagnie.

Le génome de la vache

La séquence du génome bovin, disponible dans les bases de données depuis 2006,  a été officiellement publiée en 2009. Il s’agit d’une vache de race Hereford. Cette espèce a été choisie comme candidate au séquençage pour son intérêt agronomique et c’est dans cette espèce que la sélection génomique a pris son essor...
La vache pourrait aussi devenir un excellent animal-modèle pour l'Homme. Elle est d’ailleurs déjà utilisée en biologie du développement car sa durée de gestation est comparable à celle de l’Homme. Nous avons plus de similitudes génétiques avec elle qu’avec la souris ou le rat.

Le génome du cheval

Le génome du cheval a été entièrement séquencé en 2009. Ce travail apporte des informations pour mieux comprendre la biologie de cette espèce et l’évolution comparée des mammifères. Il aura des applications nombreuses pour les filières équines, en élargissant les outils utiles à la sélection des animaux. La santé et le bien être des animaux pourront aussi être améliorés grâce à l’identification des anomalies génétiques à l’origine de pathologies.

Le génome du porc

Gel de séquence chez le porc © Import
Gel de séquence chez le porc © Import
En 2012, la séquence du génome du porc a été officiellement publiée.

L’intérêt du séquençage du génome porcin vient principalement de son intérêt agronomique. La viande de porc est l'une des plus consommées et les exigences qualitatives des consommateurs se renforcent. De ce fait, les producteurs se voient dans l'obligation de s'adapter à un marché en perpétuelle évolution. Les acteurs les plus influents se réjouissent du projet de séquençage du génome du porc, car ils espèrent ainsi être plus à même d’utiliser les biotechnologies dans la sélection animale.

En recherche biomédicale, le porc est très utilisé en tant que modèle expérimental pour certaines maladies humaines, et fait l’objet de nombreuses recherches pour la greffe d’organes chez l’Homme.