• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Convoyeur de la plateforme Phénoarch contenant des plantes sous éclairage.. © Inra, SLAGMULDER Christian

Serre pour simulation simultanée

Les préoccupations de l’agriculture face au changement climatique rendent urgent le développement de plantes qui tolèrent des contraintes environnementales plus fortes comme le déficit hydrique, des températures plus élevées ou un air plus sec.  Pour cela les chercheurs de l’Inra de Montpellier disposent depuis l'année dernière d’une plateforme unique en France : PhénoArch.

Mis à jour le 05/02/2016
Publié le 31/01/2013

La plateforme PhénoArch permet l’analyse de 1 650 plantes, simultanément avec les conditions climatiques et l’état hydrique du sol mesurés toutes les minutes. Les plantes, qui peuvent être des céréales, de la vigne ou des petits arbres, sont cultivées dans des pots qui se déplacent sur des convoyeurs gérés informatiquement. La teneur en eau du sol est automatiquement contrôlée dans chaque pot par pesée et arrosage automatique pour obtenir une humidité cible pour chaque plante étudiée.
Le premier défi était technologique car il faut pouvoir mesurer sur des milliers de plantes plusieurs caractéristiques de façon simultanée et automatique, en même temps que les conditions environnementales.
Un second défi était -et reste- scientifique, pour gérer et organiser de grandes quantités d’information, calculer des variables ayant un sens biologique à partir de variables brutes et les mettre en relation avec les conditions environnementales et les caractéristiques des génomes.
Reportage sur cette opération qui a pu être réalisée grâce à un financement exceptionnel de l’Inra, au soutien du Conseil régional Languedoc-Roussillon et de partenaires (CNRS, Cirad, Université Montpellier 2 et Montpellier SupAgro).