• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Bourgeons de hêtres en phase hivernale. © Inra, Fabrice Bonne

Quand le réchauffement climatique perturbe les saisons du vivant

Par Clément Delorme pour Inra Paca
Mis à jour le 12/02/2015
Publié le 07/11/2013

Migration des arbres, retard ou absence totale de récolte fruitière, malformation des feuilles et des fleurs, la flore subit de plein fouet les fluctuations climatiques. L’étude minutieuse du rythme de vie des plantes d’années en années, appelée phénologie, en dit long sur le bouleversement météorologique et les dégâts qu’il peut produire.

Un hiver trop doux ou au contraire trop froid, un été qui tarde à venir ou qui dure trop longtemps… Ces événements de plus en plus fréquents, conséquences directes du réchauffement climatique, semblent, pour l’instant, rester anecdotiques aux yeux de l’homme. Les végétaux, en revanche, dont le développement dépend essentiellement des conditions météorologiques, font d’ores et déjà grises mines quand les températures perdent la boule.

La réponse de la flore

À l’heure où le changement climatique ne fait plus aucun doute (le cinquième rapport du Groupement international expert du climat à paraître en mars 2014 devrait le souligner une fois de plus), des chercheurs de l’Inra Provence-Alpes-Côte d'Azur s’intéressent aux effets des perturbations auxquelles les arbres sont soumis ainsi qu’aux différentes réponses qu’ils y apportent par espèces et par région.

De cette manière, ils espèrent pouvoir identifier les espèces les plus à même de résister aux caprices de la nature et prédire leur comportement pour les dizaines d’années à venir. En effet, qu’elle concerne les cultures forestières ou fruitières, l’adaptation au climat représente des enjeux socio-économiques très importants. Il est donc capital de comprendre dès maintenant leur probable évolution si l’on souhaite avoir une chance d’assurer la survie de ces cultures pérennes telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Patrick Bertuzzi, unité Agroclim.
Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Provence-Alpes-Côte d'Azur