• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Stand de l'Inra au Salon international de l'agriculture 2015 :  CHANGEMENT CLIMATIQUE , comprendre, s'adapter, innover. © Inra, NICOLAS Bertrand

Changement climatique & agriculture : comprendre, s’adapter, innover

L'Inra au Salon International de l'Agriculture 2015 (21 février - 1er mars). Visiteurs attentifs sur le stand.. © © INRA, NICOLAS Bertrand

Des pistes d’adaptation pour l’élevage

Les recherche en élevage conduites à l'Inra visent à adapter les systèmes agricoles au changement climatique et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Comment ? En développant des techniques d’élevage et sélectionner des animaux capables de s’adapter aux variations des conditions climatiques ; ou encore en mesurant les émissions de méthane produit par la fermentation des aliments dans le rumen des bovins et des moutons.

Mis à jour le 28/12/2016
Publié le 20/02/2015

Étudier le potentiel biologique et physiologique de cinq espèces

Les recherches réalisées à l’UMR Pegase (unité Physiologie, environnement et génétique pour l’animal et les systèmes d’élevage) ont pour objectif d’évaluer la capacité d’adaptation des animaux et des systèmes d’élevage au changement climatique et d’identifier des leviers d’action. Il s’agit de proposer des solutions pour réduire le degré de vulnérabilité des élevages en promouvant des stratégies d’adaptation (modification de la conduite d’élevage, sélection d’animaux « robustes »...). Pour réaliser ces travaux, l’unité Pegase collabore avec de nombreuses équipes de recherche Inra.

L’objectif de Pegase est de comprendre et de prédire la manière dont les animaux et les systèmes de production animale peuvent s’adapter à un contexte en mutation pour améliorer la durabilité et la compétitivité de l’élevage. Le potentiel génétique, la physiologie, l’efficacité alimentaire et les capacités d’adaptation des animaux sont étudiés sur cinq espèces (porcs, bovins, caprins, poulets et canards).

Ces travaux sont caractérisés par une diversité dans :

  • les niveaux d’approche : des gènes aux systèmes de production animale et de l’expérimentation animale à la modélisation,
  • l’étude des fonctions biologiques et stades physiologiques : périnatalité, croissance, lactation, reproduction,
  • les disciplines : génétique, nutrition, physiologie, éthologie, analyse des systèmes,
  • les espèces d’élevage étudiées : chèvres laitières, bovins laitiers, porcs, porcs miniatures, poules pondeuses, poulets, canards, dindes.

Sur le stand :

  • une animation pour découvrir, au fil des saisons, le comportement d’une vache laitière face aux variations climatiques,
  • tester les réactions de votre organisme à un changement de température extérieure grâce à une caméra thermique,
  • découvrir les pistes de recherche pour aider les animaux et les systèmes à s’adapter aux nouvelles conditions climatiques.

Modifier l'alimentation des ruminants

Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, impliqué dans le réchauffement climatique. L’objectif est de trouver des rations alimentaires permettant de réduire les émissions de méthane. Parallèlement, les chercheurs tentent de percer les mécanismes qui contrôlent la production de méthane, en particulier en analysant le rôle des microbes très actifs dans le rumen.

Plus globalement, l’UMRH (Unité de recherche sur les Herbivores) a pour mission de proposer des systèmes d’élevage d’herbivores durables et efficients, intégrant des préoccupations relatives à la protection de l’environnement (dont l’étude du méthane), au respect du bien-être animal et à une qualité toujours accrue des produits, lait et viande, pour l’Homme. Une attention particulière est portée à l’alimentation à base d’herbe.
L’objectif : trouver de nouvelles méthodes d’alimentation des ruminants permettant de réduire le méthane tout en maintenant la production de lait et de viande.

Sur le stand :

  • un système de mesure du méthane monté sur une vache en résine grandeur nature
  • un système de mesure de la production de méthane in vitro.
Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Bretagne-Normandie